Biographie de Alexandre Soljenitsyne

Voir son actualité

fermer

1914-2014 : Un siècle de témoignages
Fabula
La figure du témoin s'incarnait en Alexandre Soljenitsyne et en Elie Wiesel. Ce dernier, parlant au nom de sa génération, a d'ailleurs revendiqué la paternité du genre : « Si les Grecs ont inventé la tragédie, les Romains la correspondance et la ...




La Manif pour tous vue des Etats-Unis : « Regardons la France ! »
Aleteia
Le grand écrivain russe, Alexandre Soljenitsyne, a défié la tyrannie de l'ancienne Union soviétique. Il n'a pas appelé le peuple russe à renverser leurs dictateurs communistes par la force, mais il leur a dit que ceux-ci ne peuvent tenir que si vous ...




Newsring

Béatrice Bourges : «La présence de Copé hier est clairement une ...
Newsring
Cela me rappelle Alexandre Soljenitsyne, le dissident russe. Quand il est parti dans les camps de concentration, on disait de lui que c'était un danger pour l'URSS. Ça se passe ainsi dans les pays totalitaires. Je ne dis pas que c'est le cas en France ...

et plus encore »



Le Monde

"Le courage politique, une vertu hier célébrée dont on se méfie à ...
Le Monde
Les écrivains et les intellectuels qui se sont opposés au communisme tels Alexandre Soljenitsyne et Andreï Sakharov bénéficiaient d'une très grande estime en raison de leurs prises de position. Le poète Ossip Mandelstam était admiré pour son épigramme ...




Roue libre / URD : Oumar Ibrahim, l'agneau du sacrifice
Slate Afrique
Roue libre / URD : Oumar Ibrahim, l'agneau du sacrifice. Après avoir fait huit ans de bagne, l'écrivain russe Alexandre Soljenitsyne fut réhabilité en 1957. C'est alors qu'il aggrava son cas en écrivant des romans et chroniques dénonçant le stalinisme ...




Comment être dissident aujourd'hui ?
Le Monde
Le Mal, c'était le parti unique, le racisme d'Etat ou la répression des libertés publiques. Alexandre Soljenitsyne, Andréï Sakharov, Vaclav Havel étaient emprisonnés, mais admirés. De Nelson Mandela à Aung San Suu Kyi, les dissidents ont été célébrés ...




“Une vie au Goulag” de Dimitri Vitkovski
LesObservateurs.ch
Dans les premières pages de son Archipel du Goulag, Alexandre Soljénitsyne rend hommage à Dimitri Vitkovski. Dimitri Vitkovski aurait dû être le correcteur du grand œuvre de l'écrivain russe, parce qu'il avait “la plus vaste expérience des camps“, y ...




BAZANCOURT / Comité de lecture Ils ont découvert la littérature russe
L'Union
Pour nombre des lecteurs, les œuvres de Fiodor Dostoïesvski, Nicolas Gogol, Andreï Kourkov, Alexandre Soljenitsyne, Anton Tchekov, Léon Tolstoï, Ivan Tourgueniev sont connus soit par le livre mais aussi par les adaptations au théâtre et au cinéma.




Vous êtes sur le profil de Victoire Nguyen
MyBoox
CritiqueLa formulation choisie par Alexandre Soljénitsyne " La Roue Rouge " pour évoquer son œuvre fleuve de 7 tomes concernant l'histoire de la Russie puis de l'URSS s'adapte parfaitement à ce troisième roman de Sofi Oksanen. Premièrement parce ...

et plus encore »



Un des fils de Soljenitsyne au Puy du Fou
maville.com
Un des fils de Soljenitsyne au Puy du Fou. Nicolas de Villiers, Ermolaï Soljenitsyne, son épouse Nadia et de sa fille Katerina, Philippe de Villiers, Dominique Souchet qui avait permis la venue d'Alexandre Soljenitsyne en 1993, et Véronique Besse. L ...

et plus encore »

Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne, en russe : Александр Исаевич Солженицын, (11 décembre 1918, Kislovodsk – 3 août 2008, Moscou) est un romancier et dissident russe, auteur notamment de Une journée d'Ivan Denissovitch et de L'Archipel du Goulag.



La mère d'Alexandre, Taisia Chtcherbak (Щербак), d'origine ukrainienne, partit étudier à Moscou où elle rencontra un jeune officier de l'armée, Isaakiy Soljenitsyne. En 1918, Taisia est enceinte d'Alexandre. Peu après l'annonce de la grossesse de sa compagne, Isaakiy meurt dans un accident de chasse. Alexandre naît à Kislovodsk, une station thermale russe du kraï de Stavropol dans le nord du Caucase. Le 7 avril 1940, il épouse Natalia Alekseïevna Rechetovskaïa, une étudiante en chimie[1] dont il divorce en 1952, puis se remarie en 1957, divorce à nouveau en 1972, et, l'année suivante, il épouse Natalia Dmitrievna Svetlova, une mathématicienne.

Sa mère avait encouragé son penchant pour la littérature et les études scientifiques, mais mourut peu avant leur début, en 1940. Élève à l'école et à l'université des sciences de Rostov-sur-le-Don, il étudie la littérature, les mathématiques et la doctrine communiste. Il adhère à l’idéologie officielle de l'époque[2]. Lors de l'invasion allemande en 1941, il se bat comme artilleur dans l'Armée rouge[2]. Il est condamné en 1945 à 8 ans de prison dans les camps de travail pour « activité contre-révolutionnaire », après avoir entretenu une correspondance critique à l'égard de la politique de Staline et de ses compétences guerrières[3].




Il fut condamné à l'époque comme traître. À sa sortie du camp en 1953, quelques semaines avant la mort de Staline[2], il est envoyé en exil perpétuel au Kazakhstan. Il est réhabilité en 1956 et s'installe à Riazan, à 200 km au sud de Moscou, où il enseigne les sciences physiques.



C'est son ouvrage Une journée d'Ivan Denissovitch, publié en 1962 dans la revue soviétique Novy Mir, grâce à l'autorisation de Nikita Khrouchtchev en personne, qui lui acquiert une renommée tant dans son pays qu’internationalement. Le roman décrit les conditions de vie dans un camp de travail forcé russe du début des années 1950 à travers les yeux d'Ivan Denissovitch Choukhov, archétype du paysan russe moyen que l'on suit au cours d'une journée.

Il est reçu au Kremlin par Khrouchtchev. Cependant, deux ans après, sous Brejnev, il lui est de plus en plus difficile de publier ses textes en Union des républiques socialistes soviétiques. En 1967 dans une lettre au Congrès des écrivains soviétiques, il exige la « suppression de toute censure – ouverte ou cachée – sur la production artistique ».

Ses romans Le Premier Cercle et Le Pavillon des Cancéreux, ainsi que le premier tome de son épopée historique La Roue rouge, paraissent en Occident où il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1970, récompense qu'il ne pourra percevoir que quatre ans plus tard après avoir été expulsé d'URSS. Il n'a en effet pas pu se rendre à Stockholm de peur d'être déchu de sa nationalité soviétique et de ne pouvoir rentrer en URSS, le gouvernement suédois ayant refusé de lui transmettre le prix à son ambassade de Moscou. Sa vie devient une conspiration permanente pour voler le droit d’écrire en dépit de la surveillance de plus en plus assidue du KGB. Une partie de ses archives est saisie chez un de ses amis en septembre 1965, et il manque d'être assassiné en août 1971 (par un « parapluie bulgare »). Une de ses plus proches collaboratrices a échappé de justesse à un étranglement et un accident de voiture.

En décembre 1973, paraît à Paris (en version russe) L'Archipel du Goulag où il expose le système concentrationnaire soviétique du Goulag, qu'il a vécu de l'intérieur, et la nature totalitaire du régime. Écrit entre 1958 et 1967 sur de minuscules feuilles de papier enterrées une à une dans des jardins amis, une copie avait été envoyée en Occident pour échapper à la censure. Il décida sa publication après qu'une de ses aides fut retrouvée pendue : elle avait avoué au KGB la cachette où se trouvait un exemplaire de l’œuvre. Cette publication lui vaut d'être déchu de sa citoyenneté et d'être arrêté puis expulsé d’Union Soviétique en février 1974. Ses textes continuent d’être diffusés clandestinement, sous forme de samizdats.



Il s'installe d'abord en Suisse, puis émigre aux États-Unis. Après une période agitée d'interviews et de discours (comme le fameux discours de Harvard prononcé en 1978), aux États-Unis, Soljenitsyne fut souvent invité à d’importantes conférences. Le 15 juillet 1975, il fut même invité à donner une conférence sur la situation mondiale au Sénat américain. L'occident découvre alors un homme orthodoxe conservateur et profondément slavophile très critique sur la société occidentale de consommation[2].

Il se retire avec sa famille à Cavendish dans le Vermont pour écrire l'œuvre dont il rêvait depuis sa jeunesse : La Roue rouge. Épopée historique qui retrace l'embourbement de la Russie dans la folie révolutionnaire, elle compte plusieurs milliers de pages.



Dans le cadre de la Glasnost menée par Mikhaïl Gorbatchev, sa nationalité russe lui est restituée et l'Archipel du Goulag est publié en URSS à partir de 1989. Après la fin de l’URSS, via la France (inauguration du mémorial des Lucs-sur-Boulogne (Vendée) le 25 septembre 1993), il rentre en Russie le 27 mai 1994, où il résidera jusqu'à sa mort. Jusqu'en 1998, il conserve une activité sociale intense, a sa propre émission de télévision, voyage à travers la Russie, rencontre une multitude de personnes. La maladie interrompt cette activité.

Soljenitsyne vit ensuite retiré près de Moscou, au milieu de sa famille. Le Fond Soljenitsyne aide les anciens zeks et leurs familles démunies en leur versant des pensions, en payant des médicaments. Après avoir cru qu'il jouerait un rôle décisif dans la Russie post-communiste, puis, déçus, après l'avoir déjà plus ou moins « enterré », les Russes semblent ces derniers temps s'intéresser de nouveau à sa figure et redécouvrir la valeur de ses écrits politico-sociaux. Un colloque international sur son œuvre lui a été consacré en décembre 2003 à Moscou.

Le 12 juin 2007, le président Vladimir Poutine rend hommage à Soljenitsyne en lui décernant le prestigieux Prix d'État[4]. L’ancien dissident Viktor Erofeev a estimé que « c’était vraiment un paradoxe douloureux de voir comment l’ancien prisonnier pouvait sympathiser avec l’ancien officier du KGB »[5]. Malgré plusieurs rencontres privées avec Poutine et des marques de sympathie, Soljenitsyne a accusé la politique impérialiste d'épuiser à l'extérieur les forces vives de la Nation. Ces positions sur la politique extérieure de la Russie sont expliquées dès 1990 dans son essai Comment réaménager notre Russie[6].

Il meurt à son domicile moscovite à 89 ans dans la nuit du 3 au 4 août 2008 d'une insuffisance cardiaque aiguë[2]. Il est enterré au cimetière du monastère de Donskoï.



Longtemps un des symboles de la résistance intellectuelle à l'oppression soviétique, Alexandre Soljenitsyne a été régulièrement attaqué. Les opérations de déstabilisation à son encontre n'ont pratiquement jamais cessé des années 1960 jusqu’aux années 1980. Un zek (détenu), manipulé par le KGB, l'a accusé d'être un informateur des autorités communistes, et a pour cela écrit une fausse dénonciation. Le KGB a fait écrire quelques livres contre lui par d'anciens amis, comme son ancien éditeur, Alec Flagon[7], et même par sa première femme.

Durant sa carrière littéraire, il aurait été successivement ou simultanément accusé d'être nationaliste, tsariste, ultra-orthodoxe, antisémite ou favorable à Israël, traître, complice objectif de la Gestapo, de la CIA, des francs-maçons, des services secrets français et même du KGB. Soljenitsyne a répondu à ces accusations en les juxtaposant pour qu'elles s'annulent entre elles, dans son autobiographie littéraire, Le grain tombé entre les meules, et encore récemment dans un article de la Litératournaïa Gazeta, « Les barbouilleurs ne cherchent pas la lumière ».

Selon Soljenitsyne, la guerre avec l'Allemagne nazie aurait pu être évitée si le gouvernement soviétique avait trouvé un compromis avec Hitler. Soljenitsyne accusa le gouvernement soviétique et Joseph Staline d'avoir été plus responsable qu'Hitler des terribles conséquences de la guerre sur le peuple soviétique. Ses ouvrages et interprétations historiques ont été souvent dénoncés, « plus d’un historien relèvera des erreurs, des déformations »[8]. L’historien Boris Souvarine, précurseur de la dénonciation du stalinisme, lui reproche ses multiples erreurs historiques dans Lénine à Zurich[9].

Ses prises de position pour « une période autoritaire de transition », puis en faveur de la dictature franquiste, lui valent de sévères critiques de la part de dissidents comme Andreï Sinyavsky et Andreï Sakharov[10].

Il ne croit pas que le pays puisse passer, du jour au lendemain, d'un régime totalitaire à une régime de type démocratie occidentale. S'il est favorable à un pouvoir présidentiel fort, il est surtout partisan de la démocratie locale : pour Soljenitsyne, la vraie démocratie n'est pas constituée par le système électoral mais par un tissu d'associations locales gérant les affaires indépendamment du pouvoir central qui, lui, ne devrait s'occuper que des affaires nationales (armée, politique étrangère, etc.). S’affirmant comme un fervent patriote, voire comme un nationaliste, il s'est opposé à la Première guerre de Tchétchénie, mais a approuvé la seconde. Il a eu un commentaire favorable au président Poutine lors de son arrivée au pouvoir, espérant de lui des changements significatifs. Alexandre Soljenitsyne n'a jamais démenti les accusations de royalisme portées contre lui par le pouvoir soviétique. Ses convictions religieuses orthodoxes suscitent également de la méfiance dans les milieux progressistes.

Selon Moshe Lewin, qui relaie ces critiques, « aussi longtemps qu'[Alexandre Soljenitsyne] a mené sa bataille de l'intérieur, les observateurs étrangers ont supposé qu'il luttait pour une démocratisation du système [...]. Mais, une fois Soljenitsyne exilé en Occident, ils ont vite compris que l'anticommunisme n'était pas automatiquement porteur de démocratie. Le combat de Soljenitsyne était en fait au service d'une idéologie profondément antidémocratique, qui mêlait des éléments de "national-étatisme" à des traits archaïques de la religion orthodoxe, opposés au concept même de Démocratie. Bref il y avait chez Soljenitsyne un attachement profond à un autoritarisme de son cru, qui, s'il n'était pas formulé lors de ses premières apparitions sur la scène publique, s'est développé au cours de son combat[11] ».

L'historien américain Richard Pipes, dont les travaux sur l'histoire de la Russie soviétique avaient été qualifiés par Soljenitsyne de « version polonaise de l'histoire russe » (Pipes est d'origine polonaise), a répondu à celui-ci en le taxant d'antisémitisme et d'ultra-nationalisme. En 1985, Pipes a ainsi développé son propos dans sa critique d'une nouvelle de Soljenitsyne, Août 1914 : « Chaque culture a une forme propre d'antisémitisme. Dans le cas de Soljenitsyne, celui-ci n'est pas racial. Cela n'a rien à voir avec le sang. Il [Soljenitsyne] n'est pas raciste, la question est fondamentalement religieuse et culturelle. Il présente de nombreuses ressemblances avec Dostoïevski, qui était un chrétien fervent, un patriote et un antisémite farouche. Soljenitsyne se place incontestablement dans la vision de la Révolution défendue par l'extrême droite russe, comme une création des Juifs[12]. »

Il a ainsi fait régulièrement l'objet d'accusations d'antisémitisme, entre autres en raison de la publication du nom des responsables administratifs du Goulag, de l’orientation de ses travaux historiques sur la révolution bolchevique et, plus récemment, en raison de son opposition aux oligarques russes et de la publication de son ouvrage historique Deux siècles ensemble sur les relations entre Juifs et Russes de 1795 à 1995 : l'écrivain et ancien dissident soviétique Vladimir Voinovich a ainsi voulu démontrer le caractère antisémite de ce livre dans une étude polémique[13]. En France, l'historien trotskiste Jean-Jacques Marie a consacré un article à chaque tome de Deux siècles ensemble, qu'il qualifie de « Bible antisémite ». Selon Jean-Jacques Marie, « Soljenitsyne expose, dans Deux siècles ensemble, une conception de l'histoire des Juifs en Russie digne de figurer dans un manuel de falsification historique » en rétablissant une histoire des pogroms « telle qu'elle a été vue par la police tsariste[14] ». L'historien britannique Robert Service a cependant défendu le livre de Soljenitsyne, arguant qu'une étude de la place des juifs dans le parti bolchevique était pleinement justifiée[15].



La datation des œuvres d'Alexandre Soljenitsyne est difficile à établir avec précision, car la plupart d'entre elles ont connu une gestation très longue et plusieurs versions (y compris parfois une réécriture quasi complète). En ce sens, l'exergue placé au début du Premier Cercle est significatif : Écrit de 1955 à 1958. Défiguré en 1964. Réécrit en 1968.

  • Une journée d'Ivan Denissovitch (1962)
  • Le Pavillon des cancéreux (1968)
  • Les Droits de l'écrivain (1969)
  • Le Premier cercle (commencé en 1955, version finale en 1968) ISBN 2-213-01157-5
  • Août 14, premier nœud (série de livres (nœuds) en plusieurs volumes (tomes) réédités en 1983 sous le titre commun La Roue rouge) (1972)
  • L'Archipel du Goulag (tomes I et II) (1974)
  • Le chêne et le veau (1975)
  • Discours américains (1975)
  • Des voix sous les décombres (1975)
  • Lénine à Zurich (1975)
  • L'Archipel du Goulag (tome III) (1976)
  • Flamme au vent (1977)
  • Le Déclin du courage (1978)
  • Message d'exil (1979)
  • L'erreur de l'Occident (1980)
  • Les tanks connaissent la vérité (1982)
  • Nos Pluralistes (1983)
  • La Roue rouge, tome 2 : Deuxième nœud - Novembre 16 (1985)
  • Comment réaménager notre Russie ? (1990)
  • Les Invisibles (1992)
  • La Roue rouge, tome 3 : Troisième nœud - Mars 17 (4 tomes) (1993-1998)
  • Le « Problème russe » à la fin du XXe siècle (1994)
  • Ego (1995)
  • Nos jeunes (1997)
  • Le Grain tombé entre les meules (1998), éd. Fayard, 500 pages.
  • La Russie sous l'avalanche (1998)
  • Deux récits de guerre (2000)
  • Deux siècles ensemble, 1795-1995, tome 1 : Juifs et Russes avant la révolution (2002)
  • Deux siècles ensemble, 1917-1972, tome 2 : Juifs et Russes pendant la période soviétique (2003)
  • Esquisses d'exil – Le grain tombé entre les meules, tome 2, 1979-1994, traduit du russe par Françoise Lesourd, (2005)
  • Aime la révolution ; Les yeux dessillés, (2007)
  • Réflexions sur la révolution de février, (2007)
  • Une minute par jour, (2007)
  • La Roue rouge : Quatrième nœud : Avril 17 (2009)
Alexandre Soljenitsyne a également écrit au cours des années 60 des nouvelles publiées dans la revue Novy Mir. Certaines ont été publiées en France dans les recueils :

  • La Maison de Matriona (1963) qui contient aussi L'Inconnu de Krétchétovka et Pour le bien et la cause
  • Zacharie l'escarcelle (1971)


  1. Terras, Victor. Handbook of Russian Literature, p. 436. Yale University Press, 1985, ISBN 0-300-04868-8.
  2. ↑ a  b  c  d  e  « La mort d'Alexandre Soljenitsyne », Libération.fr, 3 août 2008.
  3. « Nous étions deux qui échangions nos pensées en secret : c'est-à-dire un embryon d'organisation, c'est-à-dire une organisation ! » (Alexandre Soljénitsyne, L'Archipel du Goulag, Paris, Éd. du Seuil, 1974, p. 56.)
  4. Le Figaro, 13 juin 2007
  5. Alexandre Soljénitsyne, sur Bibliomonde
  6. « Décès d'Alexandre Soljenitsyne, conscience d’un siècle », La Croix, 4 août 2008.
  7. Vladimir Volkoff, Petite histoire de la désinformation, Rocher, 1999, p. 122-123.
  8. Soljenitsyne, l’archipel d’une vie, Libération, 5 août 2008.
  9. Boris Souvarine, « Controverse avec Soljénitsyne », Paris, 1990.
  10. Soljenitsyne, l’archipel d’une vie, Libération, 5 août 2008.
  11. Moshe Lewin, Le siècle soviétique, p. 249-250, ed. Fayard
  12. Richard Pipes, New York Times, 13 novembre 1985.
  13. Vladimir Voinovich, A Portrait Against the Background of a Myth, 2002
  14. Jean-Jacques Marie, « L'antisémitisme complaisant de Soljenitsyne », dans les Cahier du mouvement ouvrier (publication du CERMTRI) n°17, p.146-147. Voir aussi l'article consacré au tome II de Deux siècles ensemble, dans le Cahier n°22, p.81-85
  15. Cf. « Solzhenitsyn breaks last taboo of the revolution », The Guardian, 25 juin 2003.






  • Georges Nivat, Soljénitsyne, collection "Écrivains de toujours" aux éditions du Seuil, 1983.












Informations générales

Biographie relatives