Biographie de Alexis de Tocqueville

Voir son actualité

fermer

François Hollande en Chine : une visite trop normale
Le Club de Mediapart
A l'issue du 18ème congrès du Parti communiste chinois en effet, Wang Qishan, nouvellement promu au comité permanent du Bureau politique, a recommandé à ses collègues de la lecture de L'Ancien régime et la Révolution, d'Alexis de Tocqueville (ce qui ...

et plus encore »



Lembranças de 1848
Digestivo cultural
Em 'Lembranças de 1848', Alexis de Tocqueville oferece seu testemunho daquele momento da história da França e de toda a Europa, reconstituindo os fatos e personagens da revolução, desde seu ponto de vista de cidadão, deputado e ministro do 'partido ...




La Métropole s' étoffe, l'OIN avance, les polemiques fusent
Nice Premium
D'autre part, Alexis de Tocqueville n'avait-t-il pas parlé de la "dictature de la majorité" en parlant de la démocratie et de son fonctionnement ? Deux ont été les points importants qui ont été soumis à délibération et voté. L'un , l'adhésion à la ...




Enquête & Débat

Mémoire sur le paupérisme, d'Alexis de Tocqueville
Enquête & Débat
Ce site est édité par Enquête & Débat, SARL au capital de 1120 euros, immatriculée 523 108 512 RCS Paris au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris. Adresse du siège social et de la rédaction : 103 rue Albert 1er - 41 000 Blois - Téléphone : 09 ...

et plus encore »



Douai : une convention entre Châtelet et la fac de droit pour les ...
La Voix du Nord
Mercredi à l'université Alexis-de-Tocqueville, une convention a été signée entre le recteur, Jean-Jacques Pollet, Francis Marcoin, président de l'université d'Artois et Denis Bruyère, proviseur de la cité scolaire Albert-Châtelet. Cette signature a eu ...




La Manif pour tous vue des Etats-Unis : « Regardons la France ! »
Aleteia
Ils nous rappellent que ce génie français qu'était Alexis de Tocqueville n'avait que vingt-cinq ans quand il écrivit son ouvrage classique De la démocratie en Amérique. Comme Tocqueville, ces jeunes Français sont pour la plupart chrétiens. Leur révolte ...




What Germany's Iron Chancellor Can Show Red China
Bloomberg
More than a century and a half after it was published, Alexis de Tocqueville's “The Old Regime and the Revolution” has become an unlikely best-seller in China. Wang Qishan, China's anti-corruption czar, is reportedly among the senior leaders obsessed ...




Un testament intellectuel
Nonfiction.fr
Dans la lignée de son maître à penser, Alexis de Tocqueville, Furet creuse ainsi inlassablement un nombre réduit de concepts ou de définitions. En début d'entretien, il revient par exemple sur la distinction entre le mensonge, qui est délibéré, et l ...

et plus encore »



JOL Press (Blog)

Comment Louis Napoléon Bonaparte s'est installé à l'Elysée
JOL Press (Blog)
Il se fiait à son étoile ; il se croyait fermement l'homme de la destinée », constate Alexis de Tocqueville. Méprisé par les élites mais porté par une vague de popularité, le prince remporte une écrasante victoire lors du premier scrutin présidentiel ...




Fête du 20 mai : une escroquerie historico-politique (suite et fin)
Cameroonvoice
Alexis de Tocqueville, qui a étudié le régime américain et les régimes européens lui emboite le pas en reconnaissant l'incapacité des Etats jacobins à impulser l'unité et le développent. C'est pourquoi, de façon presque péremptoire, il écrit: « Un ...

et plus encore »

Alexis Henri Charles Clérel, vicomte de Tocqueville, né à Paris le 29 juillet 1805, mort à Cannes (Alpes-Maritimes) le 16 avril 1859, fut un penseur politique, historien et écrivain français. Il est célèbre pour ses analyses de la Révolution française, de la démocratie américaine et de l'évolution des démocraties occidentales en général. Raymond Aron, entre autres, a mis en évidence son apport à la sociologie. François Furet, quant à lui, a mis en avant la pertinence de son analyse de la Révolution française.

Ses œuvres comprennent :

  • Du système pénitentiaire aux États-Unis et de son application en France (1833), (avec la collaboration de Gustave de Beaumont)
  • De la démocratie en Amérique (1835 et 1840)
  • Quinze jours dans le désert américain (1840)
  • Souvenirs (1850)
  • L'Ancien Régime et la Révolution (1856)


Alexis de Tocqueville appartient à une ancienne famille aristocratique normande dont les ancêtres auraient participé à la bataille de Hastings en 1066, et compte plusieurs aïeux illustres. Il est par sa mère arrière-petit-fils de Malesherbes et neveu du frère aîné de Chateaubriand. Ses parents, Hervé Louis François Jean Bonaventure Clérel, comte de Tocqueville, soldat de la Garde constitutionnelle du Roi Louis XVI, et Louise Madeleine Le Peletier de Rosanbo, évitent la guillotine grâce à la chute de Robespierre en l'an II (1794). Après un exil en Angleterre, ils rentrent en France durant l'Empire, et Hervé de Tocqueville devient pair de France et préfet sous la Restauration.

Licencié de droit, Alexis de Tocqueville est nommé juge auditeur au tribunal de Versailles où il rencontre Gustave de Beaumont, substitut, qui collaborera à plusieurs de ses ouvrages. Tout deux sont envoyés aux États-Unis pour y étudier le système pénitentiaire, d'où ils reviennent avec Du système pénitentiaire aux États-Unis et de son application (1832). Il s'inscrit ensuite comme avocat, et publie en 1835 De la démocratie en Amérique, œuvre fondatrice de sa pensée politique. Grâce à son succès, il est nommé chevalier de la légion d'honneur (1837) et est élu à l'Académie des sciences morales et politiques (1838), puis à l'Académie française (1841).

À la même époque il entame une carrière politique, en devenant en 1839 député de la Manche (Valognes), siège qu'il conserve jusqu'en 1851. Il défendra au Parlement ses positions abolitionnistes et libre-échangistes, et s'interrogera sur la colonisation, en particulier en Algérie. En 1842, il est également élu conseiller général de la Manche par le canton de Sainte-Mère-Église, qu'il représente jusqu'en 1852. Le 6 août 1849, il est élu, au second tour de scrutin par 24 voix sur 44 votants, président du conseil général[2], fonction qu'il occupe jusqu'en 1851[3].

Après la chute de la Monarchie de Juillet, il est élu à l'Assemblée constituante de 1848. Il est une personnalité éminente du "parti de l'Ordre". Il est membre de la Commission chargée de la rédaction de la constitution. Il y défend le bicamérisme et l'élection du président de la République au suffrage universel. Il est élu à l' Assemblée législative dont il devient vice-président.

Hostile à la candidature de Louis Napoléon Bonaparte à la présidence, lui préférant Cavaignac, il accepte cependant le ministère des Affaires étrangères entre juin et octobre 1849 au sein du deuxième gouvernement Odilon Barrot. Opposé au Coup d'État du 2 décembre 1851, il fait partie des parlementaires qui se réunissent à la mairie du Xe arrondissement. Incarcéré à Vincennes puis relâché, il quitte la vie politique. Retiré en son château de Tocqueville, il entame l'écriture de L'Ancien Régime et la Révolution, paru en 1856. La seconde partie reste inachevée quand il meurt en convalescence à la Villa Montfleury de Cannes, où il s'était retiré six mois plus tôt avec sa femme, pour soigner sa tuberculose. Il est enterré au cimetière de Tocqueville.

Il est considéré comme l'un des défenseurs historiques de la liberté et de la démocratie, il fut anti-collectiviste et est l'une des références des libéraux. Théoricien du colonialisme, légitimant l'expansion française en Afrique du Nord (1841-1846), il fustige néanmoins la barbarie des armées françaises en Afrique, s'oppose à l'application du régime militaire en Algérie (1848), et défend parmi les premiers l'abolition de l'esclavage dans les colonies (1839).



Son œuvre fondée sur ses voyages aux États-Unis est une base essentielle pour comprendre ce pays et en particulier lors du XIXe siècle.



Durant son séjour aux États-Unis, Tocqueville s'interroge sur les fondements de la démocratie. Contrairement à Guizot, qui voit l'histoire de France comme une longue émancipation des classes moyennes, il pense que la tendance générale et inévitable des peuples est la démocratie. Selon lui, celle-ci ne doit pas seulement être entendue dans son sens étymologique et politique (pouvoir du peuple) mais aussi et surtout dans un sens social.



Ainsi la première caractéristique de la société démocratique est l'égalité des conditions. Celle-ci n'est pas rigoureusement définie chez Tocqueville. Elle est à la fois un principe et un fait et ce qu'elle recouvre évolue avec la société démocratique. Tocqueville a écrit que l'égalité des conditions impliquait l'absence de castes et de classes tout en indiquant que celle-ci n'équivalait pas à la suppression de la hiérarchie sociale. Contrairement à la société aristocratique, aucun des membres de la société démocratique ne subit sa destinée du fait de la position sociale qu'il occupe et la hiérarchie sociale ne renvoie plus à un ordre social préétabli qui assigne à chacun une place, des droits et des devoirs propres.
L'égalité des conditions constitue une autre appréhension de la structure sociale : les positions ne sont certes pas équivalentes mais elles ne cristallisent pas la totalité de l'existence sociale des individus. Ce qui constitue la condition sociale évolue avec la société démocratique (la fortune ou la propriété voient leur rôle se transformer). L'égalité des conditions se redéfinit sans cesse et ne peut se dissocier de la dynamique sociale. Mais plus que d'égalité, il faut parler d'égalisation dans la perspective de l'ordre social démocratique.

Pour Tocqueville, il y a quasi équivalence entre la démocratie (au sens politique) et l'égalité des conditions. Tocqueville considère que tous les hommes possèdent comme attribut la liberté naturelle c’est-à-dire la potentialité d'agir librement. La liberté se traduit dans la cité par l'égalité des droits civils et civiques. On fait référence ici à la liberté c'est-à-dire de ne pas être obligé de faire telle ou telle chose, mais aussi la liberté de prendre part à la vie publique. L'égalité des conditions renvoie à la citoyenneté.

Pour exemple Tocqueville expose la relation qui s'établit entre un maître et son serviteur dans la société démocratique par rapport à celle qui règne dans la société aristocratique. Dans les deux cas il y a inégalité mais dans l'ancienne société elle est définitive alors que dans la société moderne elle est libre et temporaire. Libre car c'est un accord volontaire, que le serviteur accepte l'autorité du maître et qu'il y trouve un intérêt. Temporaire parce qu'il y a le sentiment désormais partagé entre le maître et le serviteur qu'ils sont fondamentalement égaux. Le travail les lie par contrat et une fois terminé, en tant que membres du corps social, ils sont semblables. Les situations sociales peuvent être inégalitaires, mais elles ne sont pas attachées aux individus. Ce qui compte c'est l'opinion qu'en ont les membres de la société : ils se sentent et se représentent comme égaux, et le sont comme contractants.
L'égalité des conditions est donc un fait culturel, une construction sociale, une représentation. C'est cette attitude mentale qui fait de l'homme démocratique un homme nouveau dont les actes sont marqués par ce qui prend l'allure d'une évidence.
L'égalité des conditions pour Tocqueville articule ce qui est de l'ordre du principe : absence de distinctions sociales fondées juridiquement, égalité des droits, sentiment collectif de l'égalité.



La nouvelle société est mobile, matérialiste et assure différemment l'intégration de ses membres.
Dans la société aristocratique, les positions sociales sont figées. Or pour Tocqueville, à partir du moment où il n'existe plus aucun obstacle juridique ou culturel au changement de position sociale, la mobilité sociale (ascendante ou descendante) devient la règle. La transmission de l'héritage ne suffit plus à maintenir un niveau social et la possibilité de s'enrichir se présente à tous. La société démocratique apparaît comme une société où les positions sociales sont constamment redistribuées.
Cette société ouverte permet une transformation de la stratification sociale, des normes et des valeurs. Dans une société où les positions sociales sont héréditaires, chaque classe pouvait développer des traits communs suffisamment marqués pour lui permettre d'affirmer des valeurs propres. En revanche, dans la société démocratique les traits culturels de chaque classe s'estompent au profit d'un goût commun pour le bien être. Ce matérialisme s'affirme lorsque l'accès à la richesse devient possible pour les pauvres et que l'appauvrissement menace les riches.



Tocqueville va montrer les mécanismes par lesquels on tend vers l'état de la société : l'égalité est un principe, l'égalisation un processus. La question est de savoir comment et pourquoi la société démocratique est appelée à suivre un tel mouvement.

Pour Tocqueville si l'égalité est hors d'atteinte, c'est pour deux raisons : d'une part les hommes sont naturellement inégaux, d'autre part, le fonctionnement de la société démocratique est lui-même à l'origine de mouvements inégalitaires.
L'inégalité naturelle des individus fait que certains possèdent certaines aptitudes intellectuelles ou physiques. Or en démocratie c'est l'intelligence qui est la première source des différences sociales. Il y a une institutionnalisation des inégalités fondées sur le mérite, on parle donc de méritocratie. Si les dispositions intellectuelles ne sont pas équivalentes, il est possible par l'instruction d'égaliser les moyens de leur mise en œuvre.

Comme il a été dit plus haut la société démocratique se caractérise par la mobilité sociale et la recherche du bien-être matériel. Pour des raisons diverses comme les inégalités naturelles, certains réussiront mieux que d'autres. Il y a donc un paradoxe puisque l'égalité des conditions conduit à alimenter les inégalités économiques. Si les membres de la société démocratique cherchent à s'enrichir, c'est aussi pour se différencier socialement. Il y a donc la conjonction de deux mouvements : une aspiration égalitaire (conscience collective) et une aspiration inégalitaire (conscience individuelle). L'homme démocratique désire l'égalité dans le général et la distinction dans le particulier.

La société démocratique est de cette manière traversée par des forces divergentes. D'une part un mouvement idéologique irréversible qui pousse vers toujours plus d'égalité et de l'autre des tendances socio-économiques qui font que les inégalités se reconstituent sans cesse.



C'est dans le renoncement à la liberté que se trouve le danger majeur pour la société démocratique. le premier risque est celui de la tyrannie de la majorité: Un régime politique se caractérise par la règle de la majorité qui veut que, par le vote, la décision soit celle du plus grand nombre. Tocqueville relève que la démocratie comporte le risque d'une toute puissance de la majorité. Parce qu'il s'exerce au nom du principe démocratique, un pouvoir peut s'avérer oppressif à l'égard de la minorité qui a nécessairement tort puisqu'elle est minoritaire. Il est évident que le vote traduit des divergences d'intérêt et de convictions au sein de la société. Il peut ainsi se faire que la poursuite de l'égalité s'exerce au détriment exclusif d'une partie de la population. Selon Tocqueville la démocratie engendrerait le conformisme des opinions dans la société à cause de la moyennisation de la société. Ainsi il dénonce l'absence d'indépendance d'esprit et de liberté de discussion en Amérique. Quand toutes les opinions sont égales et que c'est celle du plus grand nombre qui prévaut, c'est la liberté de l'esprit qui est menacée avec toutes les conséquences qu'on peut imaginer pour ce qui est de l'exercice effectif des droits politiques.
La puissance de la majorité et l'absence de recul critique des individus ouvrent la voie au danger majeur qui guettent les sociétés démocratiques : le despotisme. Enfin le deuxième risque des sociétés démocratiques selon Tocqueville est le despotisme démocratique. Les hommes démocratiques sont dominés par deux passions : celles de l'égalité et du bien-être. Ils sont prêts à s'abandonner à un pouvoir qui leur garantirait de satisfaire l'un et l'autre même au prix de l'abandon de la liberté. Les hommes pourraient être conduits à renoncer à exercer leur liberté pour profiter de l'égalité et du bien-être. Les individus pourraient remettre de plus en plus de prérogatives à l'État. Dans les sociétés démocratiques, il est plus simple de s'en remettre à l'État pour assurer une extension de l'égalité des conditions dans le domaine politique qui est encadré par les lois. C'est l'État qui a pour charge leur élaboration et leur mise en œuvre.
A partir de là, l'État peut progressivement mettre les individus à l'écart des affaires publiques. Il peut étendre sans cesse les règles qui encadrent la vie sociale. Le despotisme prend la forme d'un contrôle. On arrive ainsi à l'égalité sans la liberté.

La société démocratique transforme le lien social en faisant émerger un individu autonome. C'est une source de fragilisation qui peut déboucher sur une attitude de repli sur soi. Tocqueville va montrer que l'individualisme peut naître de la démocratie. La démocratie brise les liens de dépendance entre individus et entretient l'espérance raisonnable d'une élévation du bien-être ce qui permet à chaque individu ou à chaque famille restreinte de ne pas avoir à compter sur autrui. Il devient parfaitement possible pour son existence privée de s'en tenir aux siens et à ses proches.

« L'individualisme est un sentiment réfléchi qui dispose chaque citoyen à s'isoler de la masse de ses semblables de telle sorte que, après s'être créé une petite société à son usage, il abandonne volontiers la grande société à elle-même ».

En choisissant de se replier sur ce que Tocqueville appelle « la petite société », les individus renoncent à exercer leurs prérogatives de citoyen. L'égalisation des conditions en rendant possible l'isolement vis-à-vis d'autrui remet en cause l'exercice de la citoyenneté. Le premier danger de la société démocratique est de pousser les citoyens à s'exclure de la vie publique. La société démocratique peut donc conduire à l'abandon de leur liberté par ses membres, parce qu'ils sont aveuglés par les bienfaits qu'ils attendent de toujours plus d'égalité directement ou indirectement. Tocqueville souligne que l'égalité sans la liberté n'est en aucun cas satisfaisante. L'accepter c'est se placer dans la dépendance.

Selon Tocqueville, une des solutions pour dépasser ce paradoxe, tout en respectant ces deux principes fondateurs de la démocratie, réside dans la restauration des corps institutionnels intermédiaires qui occupaient une place centrale dans l'Ancien Régime (associations politiques et civiles, corporations, etc.). Seules ces instances qui incitent à un renforcement des liens sociaux, peuvent permettre à l'individu isolé face au pouvoir d'État d'exprimer sa liberté et ainsi de résister à ce que Tocqueville nomme « l'empire moral des majorités ».



Pour Tocqueville, le changement social résulte de l'aspiration à l'égalité des hommes.

Pour lui, si l'humanité doit choisir entre la liberté et l'égalité, elle tranchera toujours en faveur de la seconde, même au prix d'une certaine coercition, du moment que la puissance publique assure le minimum requis de niveau de vie et de sécurité.

L'enjeu, toujours d'actualité, est l'adéquation entre cette double revendication de liberté et d'égalité : « les nations de nos jours ne sauraient faire que dans leur sein les conditions ne soient pas égales ; mais il dépend d'elles que l'égalité les conduise à la servitude ou à la liberté, aux lumières ou à la barbarie, à la prospérité ou aux misères ».

Pour Tocqueville, la société démocratique caractérisée par l'égalité des conditions est l'aboutissement du changement social.



Dans son ouvrage L'Ancien Régime et la Révolution, Tocqueville montre que la Révolution de 1789 ne constitue nullement une rupture dans l'Histoire de France. Selon lui, l'Ancien Régime s'inscrit déjà dans le processus d'égalisation des conditions qui s'explique par deux évolutions complémentaires :

  • d'une part, sur le plan institutionnel, la France pré-révolutionnaire est marquée par la remise en cause progressive du pouvoir de la noblesse par l'État (on assiste par exemple à un accroissement du pouvoir des intendants aux dépens des Seigneurs). Cependant, son étude sur les intendants ne se base que sur la généralité de Tours, proche de Paris et fidèle au pouvoir royal. Cette idée de centralisation avec l'intendance doit être nuancée. (cf. travaux d'Emmanuelli notamment).
Dans son annexe, il fait de l'activité du Parlement du Languedoc sous l'Ancien Régime un exemple.
  • d'autre part, sur le plan des valeurs, Tocqueville rend compte de la montée de l'individualisme sociologique qui place l'individu-citoyen et avec lui le concept d'égalité au centre des préoccupations morales et politiques (Jean-Jacques Rousseau : Discours sur l'origine de l'inégalité parmi les hommes).
C'est la convergence de ces deux logiques qui rend de plus en plus inacceptable l'inégalité des conditions : « le désir d'égalité devient toujours plus insatiable à mesure que l'égalité est plus grande ».

Il en conclut que le progrès de l'égalité a précédé la Révolution ; il en est une des causes et non une de ces conséquences : « tout ce que la Révolution a fait, se fût fait, je n'en doute pas, sans elle ; elle n'a été qu'un procédé violent et rapide à l'aide duquel on a adapté l'état politique à l'état social, les faits aux idées, les lois aux mœurs ».



Délaissée en France pendant plusieurs décennies mais toujours lue surtout aux États Unis, l'œuvre de Tocqueville fut remise à l'honneur par Raymond Aron (notamment dans son Essai sur les libertés) qui sut reconnaître en Tocqueville un précurseur. Par la suite, les historiens François Furet, André Jardin et le philosophe Pierre Manent contribuèrent à comprendre la richesse de l'œuvre de Tocqueville.

Souvent mal compris et mal interprété, l'apport de Tocqueville a souvent été réduit à quelques expressions (du type "La liberté est plus importante que l'égalité") qui le trahissent. Par ailleurs, sa qualité de libéral l'a souvent disqualifié aux yeux de nombreux intellectuels en France, Raymond Aron et François Furet ayant eux-mêmes été l'objet de vives critiques (par exemple quant à leur dépréciation du communisme).



  • De la démocratie en Amérique, Schoenhofs Foreign Books (23 mai 1986), collection Folio, (ISBN 2070323544)
  • L'Ancien Régime et la Révolution. Paris, Garnier-Flammarion, n° 500 (édition F. Mélonio).
  • Lettres Choisies et Souvenirs (1814-1859). Gallimard, collection Quarto (édition: Françoise Mélonio et Laurence Guellec). 2003.
  • De la démocratie en Amérique, Souvenirs, l'Ancien Régime et la Révolution. Paris, Bouquins. Éditions Robert Laffont, 1986. 1 volume.
  • Œuvres Complètes. Paris, Gallimard, 1951-2002 (29 volumes parus).
  • Sur l'Algérie, GF Flammarion, présentation de Seloua Luste Boulbina.
  • Mémoire sur le paupérisme 1835, Mémoire présenté à la Société académique cherbourgeoise et publié en 1835 par celle-ci dans les Mémoires de la Société académique de Cherbourg, 1835, pp. 293-344


  • une bibliographie sur le web très complet qui comprend la littérature internationale  :
http://faculty.law.lsu.edu/ccorcos/resume/tocquebib.htm
  • Serge Audier, Tocqueville retrouvé : Genèse et enjeux du renouveau tocquevillien, Paris, Librairie Philosophique Vrin, 2004, 322 p. (ISBN 2-711-61630-4)
  • Gilles Le Béguec, Tocqueville et la modernité politique, Tulle, Éditions Mille Sources, 2007, 96 p.
  • Jean-Louis Benoît :
    • Tocqueville : un destin paradoxal, Paris, Bayard, 2005, 371 p. (ISBN 2-227-47429-7)
    • Tocqueville moraliste, Honoré Champion, Paris 2004, 672p. (ISBN 2-7453-0953-6)
    • Comprendre Tocqueville, Armand Colin/Cursus, Paris 2004, 216p. (ISBN 2-200-26532-8)
  • Jean-Louis Benoît et Eric Keslassy, Alexis de Tocqueville. Textes économiques. Anthologie critique, Pocket/Agora, Paris 2005, 480p. (ISBN 2-233-13352-7)
  • Raymond Boudon, Tocqueville aujourd’hui, Paris, Odile Jacob, 2005, 299 p. (ISBN 2-738-11549-7)
  • Émile-François Callot, La Pensée libérale au XIXe siècle à travers trois moments de sa formation : Benjamin Constant, Alexis de Tocqueville, Lucien A. Prévost-Paradol, Lyon, Éditions L'Hermès, 1987, 146 p. (ISBN 2-85934-192-7)
  • Jacques Coenen-Huther, Tocqueville, Paris, Presses universitaires de France, collection « Que sais-je ? », n° 3213, 1997, 127 p. (ISBN 2-13-048025-X)
  • Pascal Dupont, La bannière étiolée : voyage sur les traces de Tocqueville, Paris, Éditions du Seuil, 1993, 299 p. (ISBN 2-02-015148-0)
  • Laurence Guellec :
    • Tocqueville et les langages de la démocratie, Paris, Honoré Champion, 2004 (ISBN 2-745-31028-3)
    • Tocqueville : l'apprentissage de la liberté, Paris, Michalon, 1996, 121 p. (ISBN 2-841-86041-8)
  • André Jardin, Alexis de Tocqueville : 1805-1859, Paris, Hachette, 1984, 582 p. (ISBN 2-01-004710-9)
  • Lucien Jaume, Tocqueville : Les sources aristocratiques de la liberté, Fayard, 2008, 473pp., (ISBN 978-2213635927)
  • Eric Keslassy, Le libéralisme de Tocqueville a l'épreuve du paupérisme, Paris, L'Harmattan, 2000, 285 p. (ISBN 2-738-49221-5)
  • Antoine Leca, Lecture critique d'Alexis de Tocqueville, Thèse de doctorat d'État, Aix-en-Provence, Presses universitaires d'Aix-Marseille, 1988, 829 p.
  • Pierre Manent, Tocqueville et la nature de la démocratie, Paris, Fayard, 1993, 181 p. (ISBN 2-213-03036-7) (rééd. Tel-Gallimard, 2006)
  • Françoise Mélonio, Tocqueville et les Français, Paris, Aubier Montaigne, 1993, 408 p. (ISBN 2-700-72244-2)
  • Olivier Meuwly, Liberté et société : Constant et Tocqueville face aux limites du libéralisme moderne, Genève, Droz, 2002, 258 p. (ISBN 2-600-00630-3)
  • Gilles de Robien : Alexis de Tocqueville.- Flammarion, 2000, 465 p. (ISBN 2-08-067825-6)




Voir aussi sur Wikiquote les citations «  Alexis de Tocqueville ».




  1. Portrait d'Alexis de Tocqueville
  2. Julien Gilles Travers, Annuaire du Département de la Manche, Saint-Lô, 1850, p. 27.
  3. Essè Amouzou, La sociologie de ses origines à nos jours, L'Harmattan, 2008, p. 104.






Informations générales

Biographie relatives

Catégories