Biographie de Alma Mahler

Voir son actualité

fermer

Violinist Gil Shaham returns to Kansas City Symphony
Kansas City Jewish Chronicle (blog)
Manon was the daughter of Alma Mahler (widow of composer Gustav Mahler) and architect Walter Gropius. Inscribed on the concerto's title page, “In Memory of an Angel,” Berg intended to “translate characteristics of the young girl's nature into musical ...




hoyesarte.com

“Los músicos tenemos que romper tabúes heredados”
hoyesarte.com
H.P.: Sí, Mahler estaba mucho en casa de Schönberg. Todo esto es como un ... Creo que el cuarteto de cuerda es un paradigma de todo esto: del trabajo lento, concienzudo, con cariño en el que entregas tu alma, tu energía… C.S.: Me he acordado de una ...

et plus encore »



Inspired by nature
World Architecture News
Hannes Meyer was for a time a committed supporter and Walter Gropius was connected through his brief marriage to Alma Mahler, who had an interest in the associated philosophy of Theosophy. Later in the 20th century, the German artist Joseph Beuys ...




OPERA BASTILLE, NOUVELLE CONQUE ET « BABY YAR » DE ...
Mediapart
Il s'agit d'une œuvre fortement pessimiste, hantée par la célèbre Alma Mahler la femme du maestro, par son propre état psychique, celui de la fin d'une vie. L'orchestration mêle la puissance d'un gros orchestre et le retour d'une obsession thématique ...




Korngold, Strauss, and Mahler: The Philadelphia Orchestra in ...
WRTI
The concerto was dedicated to Alma Mahler, the widow of Korngold's childhood mentor Gustav Mahler. It was premiered on February 15, 1947 by Jascha Heifetz. Heifetz's performance launched the work into the standard repertoire, and it quickly became ...




Ölüm döşeğindeki erkek kıskanılır mı?
Hürriyet
Alma Mahler'le sağlık kürü için gittikleri bir yerde tanışmış ve aralarında büyük bir aşk başlamıştır. Alma, müziğinden başka hiçbir şey düşünmeyen kocası Mahler'in gölgesinde ezilmiş bir kadındır. Zaman zaman küçümsenmiş, çoğu zaman görmezden ...




FRANCE: Agenda des actions africaines en région parisienne de ...
Togosite.com
... en master sur la résolution des conflits par l'Union Africaine, en présence de : • Hassatou BALDE, docteur en Droit, consultante sur des questions de paix et de sécurité et Jessica RANOHEFY, juriste, spécialiste en gestion des conflits - Lieu ...




L'auditorium fait recette…
Bordeaux Gazette
... le célèbre concerto d'Alban Berg, au titre évocateur « A la mémoire d'un ange » écrit en 1935 – l'année de sa mort - pour commémorer la disparition très jeune de Manon Gropius, la fille d'Alma Mahler et d'un très fameux architecte germano-américain.




Boston Globe

Musical exploration filled with beauty at PEM
Boston Globe
In 1935, Alban Berg slipped it into the final section of his Violin Concerto, which he wrote in memory of Manon Gropius, the daughter of Walter Gropius and Alma Mahler, who, just 18, had died of polio earlier that year. Aucoin (who is the son of Globe ...




Diario Uno

El siempre vigente Dorian Gray y su obra
Diario Uno
El artista, ahora con el ansia de satisfacer su objetivo de hacer el musical de Broadway Nine, reparte su tiempo entre el trabajo con Cibrián-Mahler y la escuela de comedia musical que fundó el año pasado, la cual le demanda una gran dedicación.

et plus encore »

Alma Maria Mahler (née Schindler, Vienne, 31 août 1879 – New York, 11 décembre 1964), artiste, compositrice et peintre, fut successivement l'épouse de trois des plus grands artistes de leur temps : le compositeur Gustav Mahler, l'architecte Walter Gropius et le romancier Franz Werfel.



Fille de l'artiste Emil Jakob Schindler et de sa femme Anna von Bergen, Alma grandit dans un milieu privilégié à Vienne. Parmi les amis de son père, on comptait Gustav Klimt, à qui elle aurait donné son « premier baiser ».

Jeune femme, elle fréquenta quelques-uns des éminents personnages de Vienne, dont Klimt, le directeur de théâtre Max Burckhard et le compositeur Alexander von Zemlinsky avant d'épouser en 1902 Gustav Mahler de vingt ans son aîné. Elle eut avec lui deux enfants, Maria Anna (1902-1907), qui mourut de la scalartine ou de la diphtérie, et Anna (1904-1988) qui plus tard allait devenir sculpteur.

En épousant Mahler, il était convenu qu'elle abandonnerait ses propres aspirations artistiques en musique et en peinture. Frustrée, elle s'engagea dans une relation extra-conjugale avec l'architecte du Bauhaus Walter Gropius. Mahler eut, notamment, une consultation avec le docteur Sigmund Freud au sujet des causes de l'échec de leur relation. Lorsque Mahler mourut en 1911, Alma épousa Gropius.

Leur mariage fut cependant tumultueux. Pendant deux ans, Alma fut la maîtresse d'Oskar Kokoschka, qui peignit notamment sa fameuse toile La Fiancée du vent pour représenter leur amour. Effrayée par la passion qu'elle suscitait en lui, Alma quitta Kokoschka pour le romancier Franz Werfel, et se trouva enceinte de lui alors qu'elle était toujours mariée à Gropius. Elle divorça donc et épousa Werfel en 1929, mais leur enfant, Martin Carl Johannes, naquit prématurément et mourut à l'âge de dix mois.

La fille d'Alma et de Gropius, Manon (née en 1916), mourut de la poliomyélite en 1935, à l'âge de 18 ans. Le compositeur Alban Berg écrivit son concerto pour violon À la mémoire d'un ange en son honneur.

En 1938, Alma et Werfel durent fuir l'Anschluss et se réfugièrent en France. Mais l'invasion et l'occupation de la France par les Allemands les contraignirent à fuir avec l'aide du journaliste américain Varian Fry à Marseille. Fuyant le régime nazi, après un périple par les Pyrénées vers l'Espagne puis le Portugal, ils s'embarquèrent pour New York.

Ils s'installèrent à Los Angeles, où Werfel connut le succès lorsque Le Chant de Bernadette fut adapté au cinéma, avec notamment Jennifer Jones. Après la mort de Werfel en 1945, Alma retourna à New York où elle fut une actrice culturelle majeure jusqu'à sa mort en 1964.

L'histoire de sa vie a été adaptée au cinéma dans le film de Bruce Beresford, Alma, la fiancée du vent et fut également l'objet d'un best-seller de Françoise Giroud (Alma Mahler, ou l'art d'être aimée).



Alma Schindler commença des études de composition avec Alexander von Zemlinsky en 1897. Elle composa des lieder et des pièces instrumentales, tout en commençant à travailler sur un opéra.

En 1910 cinq Lieder furent publiés :

  • Die stille Stadt, (Richard Dehmel)
  • In meines Vaters Garten, (Otto Erich Hartleben)
  • Laue Sommernacht, (Gustav Falke)
  • Bei dir ist es traut, (Rainer Maria Rilke)
  • Ich wandle unter Blumen, (Heinrich Heine)
En 1915 quatre autres Lieder furent publiés :

  • Licht in der Nacht, (Otto Julius Bierbaum)
  • Waldseligkeit, (Richard Dehmel)
  • Ansturm, (Richard Dehmel)
  • Erntelied, (Gustav Falke)
En 1924 cinq autres Lieder furent publiés :

  • Hymne, (Novalis)
  • Ekstase, (Otto Julius Bierbaum)
  • Der Erkennende, (Franz Werfel)
  • Lobgesang, (Richard Dehmel)
  • Hymne an die Nacht, (Novalis)
En 2000 deux nouveaux Lieder furent publiés (Susan M. Filler, Hildegard Publ. Comp., Bryn Mawr, USA)

  • Kennst du meine Nächte, (probablement de Rilke)
  • Leise weht ein erstes Blühn, (Rainer Maria Rilke)
Sa musique est toujours jouée de nos jours. Elle aurait composée une centaine de Lieder qui restent encore inédits.

Également artiste peintre, elle est généralement reconnue comme une femme ambitieuse. On la dit souvent assoiffée de pouvoir.



Guide de la Mélodie et du Lied, sous la direction de Brigitte François-Sappey et Gilles Cantagrel, Fayard, 1994



(en) Biographie de Alma Mahler-Werfel

Alma ou place des femmes dans l'art