Biographie de André Dussollier

Voir son actualité

fermer

LaDépêche.fr

Caussade. Les films de la semaine
LaDépêche.fr
«Diplomatie», de Volker Schlöndorff, avec Niels Arestrup, André Dussollier, Robert Stadlober, Jochen Hagele, Burghart Klaußner. Séances: Mercredi à 18 h 30, vendredi et mardi à 21 heures, dimanche à 16 heures, lundi à 15 heures. «Les Grandes Ondes (à ...

et plus encore »



Europe1

Diplomatie, ou quand Paris devait disparaître
Europe1
On a vu les acteurs André Dussolier et Niels Arestrup au théâtre, dans la pièce éponyme. C'est tout naturellement qu'ils ont repris leurs rôles pour le film. Celui du consul de Suède Raoul Nordling pour André Dussolier, et celui du général allemand ...




Cinéma Nièvre du mercredi 2 au mardi 8 avril
Le Journal du Centre
Drame de Volker Schlöndorff, avec André Dussollier, Niels Arestrup, Burghart Klaußner (mercredi, 14 h 30, 21 h ; vendredi, lundi, 17 h 30 ; samedi, 21 h ; dimanche, 17 h, 19 h). Mère et fils. (1 h 52 - Vo). Drame de Calin Peter Netzer, avec Luminita ...




De beaux hommages à Alain Resnais
LaPresse.ca
Il ne s'agit toutefois pas d'une rétrospective. Lors des obsèques d'Alain Resnais, André Dussollier, aussi acteur fétiche depuis 30 ans, a lu ce très beau texte, mis en ligne sur le site de la Cinémathèque française. Cher Alain par André Dussollier ...




Midi Libre

Les films à l'affiche des cinémas du Biterrois cette semaine
Midi Libre
Diplomatie : avec André Dussollier. Séances mercredi, samedi, dimanche à 18 h ; jeudi, vendredi, lundi à 11 h 15, 13 h 45, 18 h ; mardi à 11 h 15, 13 h 45. Fiston : avec Kev Adams. Séances mercredi, samedi, dimanche à 16 h, 18 h, 20 h ; jeudi, vendredi ...




« Aimer, boire et chanter », testament enjoué d'Alain Resnais
La Croix
Enfin, Simeon (André Dussollier), laconique gentleman-farmer dépassé par les événements, partage sa vie au fond des bois avec la blonde et fragile Monica (Sandrine Kiberlain), l'institutrice du village qui fut l'étudiante, puis la femme de George ...




Télé Loisirs.fr

Programme TV : quel film regarder ce soir (chaînes payantes ...
Télé Loisirs.fr
Blessé sur le champ de bataille, il est défiguré et va devoir apprendre à accepter son nouveau visage. André Dussollier en chirurgien blasé et Sabine Azéma en infirmière dévouée complètent le casting de ce film qui s'impose comme un hymne à la tolérance.

et plus encore »



melty.fr

Lambert Wilson : De Comme Les Autres à Matrix, Top 5 de ses ...
melty.fr
Lambert Wilson y joue le rôle de Marc Duveyrier, patron d'une agence immobilière où l'un de ses employés, Simon (André Dussollier), se morfond de Camille (Agnès Jaoui). L'œuvre d'Alain Resnais a été particulièrement bien reçue grâce à l'originalité de ...




LaDépêche.fr

L'Isle-Jourdain. A l'affiche aujourd'hui à l'Olympia
LaDépêche.fr
Oskar est un adolescent fragile et marginal, totalement livré à lui-même et martyrisé par les garçons de sa classe ; à 18 h 15, «Diplomatie», film historique de Volker Schlöndorff avec André Dussollier, Niels Arestrup, Burghart Klaußner, Robert ...




76actu

Cinéma : on a vu le dernier film d'Alain Resnais
76actu
À l'écran, on retrouve les serviteurs habituels d'Alain Resnais : Sabine Azéma, André Dussollier, Michel Vuillermoz et Hippolyte Girardot officient pour notre plus grand plaisir. Aimer, boire et chanter met du baume au cœur. Les dialogues savoureux ...


André Dussollier est un acteur français né le 17 février 1946 à Annecy (France).



Né à Annecy, il passe toute son enfance à Cruseilles (ville située entre Annecy et Genève), André Dussollier ressent très vite le gout de la comédie. En effet, à 10 ans, il monte sur scène lors d'une représentation scolaire de L'enfant de la rivière. Mais après son bac, son père le pousse à suivre des études universitaires. Il entame donc des études de lettres modernes à Grenoble où il obtient deux licences et une maitrise. Cependant sa passion pour la comédie ne l'ayant pas abandonné, il décide de monter à Paris afin d'y devenir acteur.

Il arrive à Paris à l'âge de 23 ans, où il suit les cours d'art dramatique de Jean Périmony, qui le préparent à entrer au Conservatoire. Il y est admis et en ressort avec un premier prix. Les portes de la Comédie-Française lui sont alors grandes ouvertes, et il en devient pensionnaire à partir de 1972. Cette même année, il obtient le premier prix de comédie avec Francis Perrin. Francois Truffaut, l'ayant remarqué au théâtre pour sa prestation dans Léonce et Lena de Büchner aux côtés de Jacques Spiesser, lui offre son premier grand rôle au cinéma dans Une belle fille comme moi.

Depuis il alterne films populaires et films d'auteurs, notamment avec Alain Resnais.

Grand amateur de radio, André Dussollier ne se contente pas de l'écouter : il en fait beaucoup. Pour l'Atelier de Création du Grand Ouest de Radio France, il interprète en 1991 le rôle de Prisca dans la dramatique de André Targe Lettres d'Aymonville[1], aux côtés de Cécile Backès et de Paul Leperson.

Il remporte le César du meilleur acteur en 1998 pour son rôle dans On connaît la chanson d'Alain Resnais, le César du meilleur acteur dans un second rôle dans Un cœur en hiver de Claude Sautet en 1993 ainsi qu'en 2002 pour son interprétation dans La chambre des officiers de François Dupeyron. Il reçoit notamment le 7 d'or du meilleur acteur pour Music Hall de Marcel Bluwal en 1985.

Il prête également sa voix à la lecture de quelques textes d'A la recherche du temps perdu, de Marcel Proust.





  • 1972 : Les Chemins de pierre, de Joseph Drimal (série TV)
  • 1972 : Une belle fille comme moi, de François Truffaut
  • 1972 : Les Boussardel, de René Lucot (feuilleton TV)
  • 1973 : Les Fourberies de Scapin, de Jean-Paul Carrère (TV)
  • 1974 : Toute une vie, de Claude Lelouch
  • 1974 : La Gifle, de Claude Pinoteau
  • 1974 : Madame Bovary, de Pierre Cardinal (TV)
  • 1975 : Un divorce heureux, de Henning Carlsen
  • 1976 : Il pleut sur Santiago, de Helvio Soto
  • 1976 : Histoire de rire, de Yves-André Hubert (TV)
  • 1976 : Marie-poupée, de Joël Séria
  • 1977 : Alice ou la dernière fugue, de Claude Chabrol
  • 1977 : Le Couple témoin, de William Klein
  • 1977 : Ben et Bénédict, de Paula Delsol
  • 1977 : Rossel et la commune de Paris, de Serge Moati (TV)
  • 1978 : Un ours pas comme les autres, de Nina Companeez (feuilleton TV)
  • 1978 : Perceval le Gallois, d'Éric Rohmer
  • 1979 : L'Amour en fuite, de François Truffaut
  • 1979 : La Muse et la Madone, de Nina Companeez (TV)
  • 1979 : Orient-Express, de Daniele D'Anza (feuilleton TV) (segment Jenny)


  • 1980 : Pollufission 2000, de Jean-Pierre Prévost (TV)
  • 1980 : Le Barbier de Séville, de Jean Pignol (TV)
  • 1980 : La Fraîcheur de l'aube (TV)
  • 1980 : Extérieur, nuit, de Jacques Bral
  • 1981 : Ideiglenes paradicsom, d'András Kovács
  • 1981 : Les Filles de Grenoble, de Joël Le Moigné
  • 1982 : La Triple mort du troisième personnage (La Triple muerte del tercer personaje), de Helvio Soto
  • 1982 : L'Épreuve, de Claude Santelli (TV)
  • 1982 : Qu'est-ce qui fait courir David ?, d'Élie Chouraqui
  • 1982 : Le Beau Mariage, d'Éric Rohmer
  • 1983 : Elle voulait faire du cinéma, de Caroline Huppert (TV)
  • 1983 : La vie est un roman, d'Alain Resnais
  • 1983 : Liberty belle, de Pascal Kané
  • 1983 : Au théâtre ce soir : Monsieur Masure, de Georges Folgoas (TV)
  • 1984 : Première classe, de Mehdi El Glaoui
  • 1984 : Les Enfants, de Marguerite Duras, Jean Mascolo et Jean-Marc Turine
  • 1984 : L'Aide-mémoire, de Pierre Boutron (TV)
  • 1984 : Frontières (Grens, De), de Leon de Winter
  • 1984 : L'Amour à mort, d'Alain Resnais
  • 1984 : Stress, de Jean-Louis Bertucelli
  • 1984 : L'Amour par terre, de Jacques Rivette
  • 1984 : Just the Way You Are, d'Édouard Molinaro
  • 1985 : Music Hall, de Marcel Bluwal (TV)
  • 1985 : Trois Hommes et un couffin, de Coline Serreau
  • 1986 : Triple sec, de Yves Thomas (court-métrage)
  • 1986 : Yiddish Connection, de Paul Boujenah
  • 1986 : Mélo, d'Alain Resnais
  • 1987 : De sable et de sang, de Jeanne Labrune
  • 1988 : Fréquence meurtre, d'Élisabeth Rappeneau
  • 1988 : L'Enfance de l'art, de Francis Girod
  • 1988 : Mon ami le traître, de José Giovanni
  • 1988 : Palace, de Jean-Michel Ribes (série TV)


  • 1990 : Pour un oui ou pour un non, de Jacques Doillon (TV)
  • 1990 : Le Chemin solitaire, de Luc Bondy (TV)
  • 1990 : La Femme fardée, de José Pinheiro
  • 1991 : Le Piège, de Serge Moati (TV)
  • 1991 : Sushi Sushi, de Laurent Perrin
  • 1992 : Border Line, de Danièle Dubroux
  • 1992 : Roi blanc, dame rouge (Belyy korol, krasnaya koroleva (Russkie)), de Sergei Bodrov
  • 1992 : Un cœur en hiver, de Claude Sautet
  • 1992 : Chien et chat, de Philippe Galland et Marc Simenon (série TV)
  • 1993 : La Petite apocalypse, de Costa-Gavras
  • 1993 : Les Marmottes, d'Élie Chouraqui
  • 1994 : Montparnasse-Pondichéry, de Yves Robert
  • 1994 : Aux petits bonheurs, de Michel Deville
  • 1994 : Le Colonel Chabert, de Yves Angelo
  • 1995 : Les Fleurs de Maria Papadopylou, de Dodine Herry (court-métrage)
  • 1995 : Le Roman d'un jeune homme pauvre (Romanzo di un giovane povero), d'Ettore Scola
  • 1995 : Belle Époque, de Gavin Millar (feuilleton TV)
  • 1996 : Notre homme, d'Élisabeth Rappeneau (TV)
  • 1997 : Quand le chat sourit, de Sabine Azéma (TV)
  • 1997 : Quadrille, de Valérie Lemercier
  • 1997 : Un air si pur..., de Yves Angelo
  • 1997 : On connaît la chanson, d'Alain Resnais
  • 1997 : Vérité oblige, de Stéphane Kappes, Jacques Malaterre et Claude-Michel Rome (série TV)
  • 1998 : Voleur de vie, de Yves Angelo
  • 1999 : Les Enfants du marais, de Jean Becker
  • 1999 : Sade en procès, de Pierre Beuchot (TV) (voix)




  • 1972 : La Grande Muraille de Max Frish, mise en scène Jean-Pierre Miquel, Théâtre de l'Odéon
  • 1973 : Les Fourberies de Scapin de Molière, mise en scène Jacques Echantillon, Comédie-Française
  • 1973 : Le Bourgeois gentilhomme de Molière, mise en scène Jean-Louis Barrault, Comédie-Française
  • 1973 : La Critique de l'école des femmes, mise en scène Jean-Laurent Cochet, Comédie-Française
  • 1974 : Par-dessus bord de Michel Vinaver, mise en scène Roger Planchon, Théâtre national populaire
  • 1976 : Le Bain de vapeur de Roland Dubillard, mise en scène Roland Dubillard et Philippe Chérisey, Théâtre de l'Atelier
  • 1978 : Trois Lits pour huit d'Alan Ayckbourn, mise en scène Pierre Mondy, Théâtre Montparnasse Théâtre de la Madeleine
  • 1979 : La Fraicheur de l'aube d'Herb Gardner, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre de l'Athénée
  • 1980 : L'Aide mémoire de Jean-Claude Carrière, mise en scène Yves Bureau, Théâtre Saint-Georges
  • 1981 : Faisons un rêve de Sacha Guitry, mise en scène Jacques Sereys, Théâtre de l'Athénée
  • 1983 : Trahisons d'Harold Pinter, mise en scène Raymond Gérôme, Théâtre Montparnasse
  • 1985 : Love de Murray Schisgal, mise en scène Michel Fagadau, Théâtre de la Gaîté-Montparnasse
  • 1988 : La Mouette d'Anton Tchekov, mise en scène Andrei Konchalovsky, avec Juliette Binoche, Théâtre de l'Odéon
  • 1989 : Les Caprices de Marianne d'Alfred de Musset, Théâtre Montparnasse
  • 1989 : Le Chemin solitaire d'Arthur Schnitzler, mise en scène Luc Bondy, Théâtre du Rond-Point Paris
  • 1995 : Scènes de la vie conjugale d'Ingmar Bergman, mise en scène Rita Russek et Stephan Meldegg, Théâtre de la Madeleine
  • 2001-2003 : Monstres sacrés, sacrés montres, spectacle conçu et interprété par André Dussolier, avec les textes de Charles Baudelaire, Sacha Guitry, Victor Hugo, Molière, Jacques Prévert
  • 2006 : Les Athlètes dans leur tête, one-man-show sur un texte de Paul Fournel, mis en scène par André Dussollier. Il exprime les joies, les angoisses et les attentes d'une dizaine de sportifs qui se sont battus toute leur vie pour une seule minute de gloire sur la plus haute marche du podium.




  • André Dussollier sur l'Internet Movie Database
  • André Dussollier sur le site de l'association des anciens élèves du Conservatoire national supérieur d'art dramatique de France

Informations générales

Biographie relatives