Biographie de Auguste Raffet

Voir son actualité

Auguste Raffet (1804-1860) est un dessinateur et graveur français qui a joué un rôle notable dans la diffusion de la légende napoléonienne.



Né le 2 mars 1804 à Paris, Denis Auguste Marie Raffet fut d'abord décorateur de porcelaine à la Manufacture nationale de Sèvres. Attiré par la peinture, il entre à l’atelier de Suisse, puis passe par celui de Gros, et est enfin l'élève de Charlet. Il se consacre au dessin lithographique et à l'aquarelle après qu'un échec au Prix de Rome l'a poussé à délaisser la peinture d'histoire. En 1837, il participe à l'expédition scientifique franco-russe dans la Russie Méridionale dirigée par le prince Anatole Demidoff et en ramène une série de planches publiées dans le Voyage en Crimée rédigé par celui-ci.

Puisant ses thèmes de prédilection dans le genre militaire, il est un des principaux illustrateurs de la légende napoléonienne et popularise puissamment le type du Grognard. Il dessine aussi le siège d'Anvers (1832), la conquête de l'Algérie et le siège de Rome par les troupes françaises en 1849. Illustrateur attitré des Histoires d'Adolphe Thiers, il dessine également, entre autres ouvrages, les gravures de Napoléon en Égypte et de la Némésis de Barthélémy.

Plusieurs de ses tableaux figurent dans les collections nationales. Les deux plus connus, consacrés à la retraite de Russie, sont accrochés au Louvre.

Ses gravures les plus célèbres sont Le Réveil, composition fantastique où l'on voit les généraux du Premier Empire se presser devant l'ombre de Napoléon Ier, et Ils grognaient et le suivaient toujours, où les grenadiers de la Garde avancent derrière l'Empereur en baissant leurs ours sous une pluie battante.

Raffet meurt à Gênes (Italie) le 16 février 1860. Rapatrié en France, son corps est inhumé à Paris au cimetière Montparnasse. Le catalogue de son œuvre a été publié en 1863 par Hector Giacomelli.





« Auguste Raffet », dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions] (Wikisource)