Biographie de Bukka White

Voir son actualité

fermer

Luke Winslow-King charmed with old and new blues at New Orleans Jazz Fest
NOLA.com
Early on, he and his combo trotted out Bukka White's "Jitterbug Swing." Winslow-King worked his guitar's neck with a slide, his playing fleet and nimble as traced the song's rolling rhythm. His own "You and Me," from his new Bloodshot Records release ...




Vivid portraits in William Stout's 'Legends of the Blues'
Los Angeles Times
... to mention the basic details of birth, life and death. At the center here, however, remains the music -- which is made explicit by the inclusion of a CD featuring, among others, Bukka White, Mississippi Fred McDowell and Blind Willie McTell. It's a ...




Mother Jones

13 Cartoon Portraits of Legendary Blues Artists
Mother Jones
The book comes with a 14-track CD compilation, with some nice gritty old tunes from the likes of Mississippi Fred McDowell, Bukka White, and Rev. Robert Wilkins—I'm listening to it right now! But the real treat is Stout's Crumby (sorry) portraits ...




Riverside JR & Co
dé Weekkrant
Het wasbord, de contrabas en de akoestische (slide-) gitaar creëren een authentieke sfeer in de pre-war traditie van onder meer 'Son House', 'Bukka White' en vele anderen. 'Delta blues' is overigens een levendige muziekstroming uit het zuiden van de ...




Music Feeds

Robert Plant & The Sensational Space Shifters, Rod Laver Arena, Melbourne ...
Music Feeds
Ramble On followed in the same path, being one of the songs performed that was given the full Zeppelin treatment, while Plant's Mississippi Blues influences were highlighted with his cover of Bukka White's Fixin' To Die. Not satisfied with stunning the ...


Bukka White, né Booker T. Washington White le 12 novembre 1906 à Houston, Mississippi, et mort le 26 février 1977 à Memphis, Tennessee, est un guitariste et chanteur de blues américain.



Élevé dans la ferme de son grand père, près de Houston, Mississippi, son père, ouvrier des chemins de fer, l'initie à la guitare lorsqu'il a neuf ans. Après une rencontre avec Charley Patton et quelque temps passé chez son oncle à Clarksdale, Bukka White part pour Saint Louis à l'âge de 14 ans. À partir de 1920, il voyage à travers le Mississippi et les états du Delta, jouant dans les bars et Honky Tonks. En 1930, il enregistre une première session de quatorze morceaux à Memphis, pour Victor Records, dont trois gospels avec Memphis Minnie. Quelques années plus tard, sollicité par Big Bill Broonzy, il enregistre de nouveau pour un producteur indépendant, Mr. Melrose, à Chicago. De retour dans le Mississippi, il poursuit une vie itinérante dans la région du Delta, alternant musique, travail dans les fermes et boxe professionnelle.

Au cours de l'été de 1937, il blesse un agresseur à la cuisse d'une balle de revolver au cours d'une bagarre et est condamné à une peine d'emprisonnement qu'il purgera au pénitencier de Parchman's Farm. Peu avant son incarcération, il enregistre deux morceaux pour Vocalion, dont Shake 'em on down, l'un de ses morceaux les plus célèbres, qui connut un grand succès et dont le thème sera repris par Big Bill Broonzy. Alors qu'il est emprisonné à Parchman's Farm, en 1939, Bukka White enregistre quelques morceaux pour Alan Lomax qui travaillait alors sur le recueil de la tradition orale pour la Bibliothèque du Congrés. Après sa libération, en 1940, Bukka White se rend à Chicago et enregistre douze morceaux d'une grande violence expressive, sur les thèmes de la prison, de l'isolation et de la solitude. Installé à Memphis, c'est à cette époque qu'il jouera occasionnellement avec son jeune cousin, BB King. Mais la guerre mettra fin à sa carrière musicale et, en 1944, il trouve un travail dans un camp militaire. Il l'occupait encore lorsqu'il sera redécouvert par John Fahey lors du "blues revival" du début des années 1960. Il entame alors une seconde carrière qui le menera notamment en Californie.

Il meurt en 1977, victime d'un cancer.



Le plus souvent accompagné d'une guitare métallique, jouée en slide guitar à l'aide d'un bottleneck, le chant de Bukka White est particulièrement puissant, porté par une voix gutturale lancée dans de longues improvisations de type talking blues.