Biographie de Charles Gravier de Vergennes

Voir son actualité

Charles Gravier, comte de Vergennes est un homme d'État français, secrétaire d'État aux Affaires étrangères sous Louis XVI, né le 29 décembre 1719 à Dijon et mort le 13 février 1787 à Versailles. Selon le jugement de l'historien Albert Sorel, il fut "le plus sage ministre que la France eût rencontré depuis longtemps, et le plus habile qui se trouvât aux affaires en Europe"



Vergennes est né à Dijon, dans une famille de noblesse récente. Son père est maître ordinaire en la Chambre des Comptes de Bourgogne et son grand-père fut trésorier général de France à Dijon. Il étudie au collège des jésuites de sa ville natale puis à la Faculté de Droit.



Il est formé à la diplomatie par son grand-oncle, Théodore de Chavigny, ambassadeur à Lisbonne en 1740 puis il le suit à Munich en 1743 au moment de la guerre de Succession d'Autriche. Il s'initie alors aux arcanes de la politique du Saint Empire.

Sa défense réussie des intérêts français à la cour de Trèves et Hanovre entre 1751 et 1754 l'amène à être envoyé à Constantinople en 1754, d'abord en tant que ministre plénipotentiaire, puis en tant qu'ambassadeur. Il y reste 14 ans et se convainc de l'impérieuse nécessité du maintien de l'empire Ottoman pour la défense des intérêts français.

Il est rappelé en 1768, officiellement pour épouser Anne Duvivier (1730-1798), fille d'Henri Duvivier et de Maria Bulo de Péra et veuve de Francesco Testa (ca 1720-1754), membre de l'une des plus anciennes et distinguées familles latines de Péra. Les mauvaises langues la prétendaient une ancienne esclave. Il connaît quelques années de disgrâce à cause de ses mauvaises relations avec Choiseul et celui-ci l'envoie comme ambassadeur à Stockholm de 1771 à 1774 pour aider le parti aristocratique des "Chapeaux" avec des conseils et de l'argent. La révolution au travers de laquelle Gustave III de Suède raffermit son pouvoir est un grand succès diplomatique pour la France.



Avec l'accession de Louis XVI au trône de France, Maurepas, sur les conseils de l'abbé de Véri, choisit Vergennes comme Secrétaire d'État aux Affaires étrangères au motif qu'il est « sans entours ». Devant tout à Maurepas, ce dernier escompte qu'il lui sera fidèle. Il a alors pour politique d'être en relations amicales avec l'Autriche, de limiter l'ambition de l'empereur Joseph II, de protéger la Turquie et de s'opposer à la Grande Bretagne.

Sa haine des Britanniques et son désir de se venger de la guerre de Sept Ans l'amène à soutenir les colons américains lors de la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique. Il cède à la demande de Beaumarchais de procurer secrétement des armes et des volontaires aux Américains. En 1777, il déclare la France prête à former une alliance offensive et défensive avec le nouveau pays que forment les treize colonies.

Pour les affaires intérieures, il demeure conservateur et intrigue notamment contre Necker, qu'il regarde comme un dangereux réformateur, républicain, étranger et protestant. En 1781, il est nommé secrétaire des finances et soutient la nomination de Calonne comme contrôleur général des finances en 1783. Pour pallier l'impasse financière de l'État, il conseille au roi de réunir l'Assemblée des notables, mais il meurt le 13 février 1787, peu de temps avant sa réunion.

Le tombeau de sa famille nivernaise, se trouve dans le cimetière de Raveau (58400) où son fils, Jean-Charles Gravier, baron de Vergennes, puis sa descendance possédaient le château de Mouchy (baronie de Passy) de 1782 à 1871.



L'étude française la plus récente et complète est : Jean-François Labourdette, Vergennes, Paris, 1991. Voir aussi : J.F. Labourdette, Vergennes ou la tentation du "ministériat", la Revue Historique, janvier-mars 1986, pp.73-107. J.F. Labourdette, L'ambassade de Monsieur de Chavigny à Lisbonne (1740-1743), Bulletin du centre d'Histoire des Espaces atlantiques, série n°1, 1983, p. 27-80.

Voir aussi :

  • Arnaud de Maurepas, Antoine Boulant, Les ministres et les ministères du siècle des Lumières (1715-1789). Etude et dictionnaire, Paris, Christian-JAS, 1996, 452 p.
  • P. Fauchelle, La Diplomatie francaise et la Ligue des neutres de 1780 (1776-83), Paris, 1893
  • John Jay, The Peace Negotiations of 1782-83 as illustrated by the Confidential Papers of Shelburne and Vergennes, New York, 1888
  • L. Bonneville de Marsangy, Le Chevalier de Vergennes, son ambassade à Constantinople, Paris, 1894
  • L. Bonneville de Marsangy, Le Chevalier de Vergennes, son ambassade en Suède, Paris, 1898
  • A. Gautier, Anne Duvivier, comtesse de Vergennes (1730-1798), ambassadrice de France à Constantinople, Le Bulletin, Association des anciens élèves, Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), novembre 2005, pp.43-60.
  • Marie de Testa & Antoine Gautier, Deux grandes dynasties de drogmans, les Fonton et les Testa, in Drogmans et diplomates européens auprès de la Porte ottomane, éditions ISIS, Istanbul, 2003, pp. 129-147.

Informations générales