Biographie de Claude Bernard

Voir son actualité

fermer

Le Progrès

Dans les coulisses du baccalauréat à la cité scolaire Claude Bernard
Le Progrès
... coulisses du baccalauréat à la cité scolaire Claude Bernard. Epreuves Alors que la plupart des lycéens sont en pleine révision, le lycée Claude Bernard de Villefranche se prépare à faire passer les épreuves du bac à des centaines de candidats, dès ...




Le Progrès

Deux cents ans après sa naissance Claude Bernard inspire les ...
Le Progrès
Deux cents ans après sa naissance Claude Bernard inspire les lycéens. Histoire-Education. Le 12 juillet 1813, le célèbre médecin et physiologiste français voyait le jour, à Saint-Julien. À Villefranche, dans le lycée qui porte son nom, les professeurs ...




Législative partielle: Cahuzac fait imploser la majorité PS-EELV ...
Le Huffington Post
Avec seulement 23,69% des voix (représentant moins de 12% des inscrits), le candidat du PS Bernard Barral n'a pu se qualifier pour le second tour, où s'affronteront le maire UMP de Fumel, Jean-Louis Costes, arrivé en tête avec 28,71% des voix, et le ...

et plus encore »



Affaire Tapie : Sarkozy aurait demandé une médiation dès 2004
Le Monde
Nicolas Sarkozy est intervenu dès 2004, alors qu'il était ministre de l'économie, pour un règlement à l'amiable du conflit entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais, en donnant l'instruction d'entamer une médiation, contre l'avis du Consortium de ...




Les Chauffaillons en haut du podium
Le JSL
Les Chauffaillons qui ont remporté le concours, René Duvernay, Lucien Gaillard, Jacky Montollieu, Jean-Claude Genon, ont du d'abord mettre hors course, les Clayettois André Gelait, Christian Thévenet, Jean-Claude Bernard, André Collanges sur le score ...




Chants en catalan et français le 29 juin à Montalembert
Courrier Picard
Ces choristes catalans, issus des groupes vocaux Cors Clavé et Chante Baho, sont dirigés par Rose-Marie et Claude-Bernard Gauduin, un couple d'enseignants qui a effectué sa carrière dans le Ternois voisin et qui a ensuite décidé d'aller vivre sa ...




Bac de philo : les notes de Sarkozy, Hollande, PPDA et les autres
Le Huffington Post
Pas de classe de Terminale pour Francis Cabrel, qui a arrêté l'école après sa Première, après avoir été renvoyé de son lycée d'Agen, le lycée Bernard Palissy. On comprend mieux du coup les paroles de la chanson Des Hommes Pareils: "Qu'est-ce qu'on vous ...

et plus encore »



Cuiseaux. - Les pôles santé de Cuiseaux et Varennes ont été ...
Le JSL
... cinq infirmiers, Annick Adam, Valérie Cheveaux, Laurent Donguy, Catherine Maître, Angélique Morand, deux kinésithérapeutes, Clément Servier et Jean-Claude Bernard, une diététicienne, Cindy Fion, une psychologue, Danièle Mercier, et une ostéopathe, ...




L'été de Magrez à Dinard
Sud Ouest
À Dinard, Bernard Magrez a retrouvé bon nombre d'artistes dont il a acquis des œuvres, en particulier Claude Lévêque, Shen Yuan, Claire Adelfang ou le Pessacais Benoît Maire. Carnet et stylo à la main, évoluant dans l'univers de l'art aussi à l'aise ...




Festival de la chanson de Tadoussac - Une 30e édition touffue et ...
Le Devoir (Abonnement)
Beau clin d'oeil que de chanter les mots empreints de désir charnel du poète Claude Péloquin dans un tel lieu. Puissants, ces vers, livrés tout en simplicité par Perreau accompagné uniquement de deux musiciens. « Je ne vois pas le jour où ... Bernard ...


Claude Bernard (1813-1878) est un médecin et physiologiste, connu pour l'étude du syndrome de Claude Bernard-Horner. Il est considéré comme le fondateur de la médecine expérimentale.



Claude Bernard naquit en 1813 dans le petit village de Saint-Julien en Beaujolais. Son père était vigneron. Le curé du village, puis les prêtres du collège de Villefranche apprirent au jeune Claude Bernard les rudiments du latin et des humanités classiques dont l'étude s'acheva au collège de Thoissey. A 19 ans, il arrive à Lyon et il se place comme préparateur chez un pharmacien. Après des études en pharmacie, il tente une carrière de dramaturge, mais se réoriente vers des études de médecine. Il est diplômé en 1843 mais échoue à l'agrégation l'année suivante.

Il a consacré sa carrière à la physiologie. Il a été professeur au Collège de France, à la Sorbonne et enfin au Muséum national d'histoire naturelle.

Il découvre le rôle de la sécrétion pancréatique dans la digestion des graisses (1848), le rôle du foie dans la sécrétion interne du glucose dans le sang (1848), l'induction du diabète par ponction au niveau du plancher du 4e ventricule (1849), l'augmentation de la température cutanée après section du nerf sympathique cervical (1851), la production de sucre par le foie lavé après excision (1855) et isolation du glycogène (1857), la spécificité du curare dans la paralysie de jonction neuro-musculaire (1856) et démontre que le monoxyde de carbone bloque la respiration dans les érythrocytes (1857).

Il a mis en évidence l'homéostasie (constance du milieu intérieur) vers 1860.

Il est élevé au rang de sénateur en 1865, élu à l'Académie française en 1868 et a reçu la Médaille Copley en 1876. Il est membre étranger de la Royal Society depuis 1864.

Dans un mémoire posthume sur la fermentation alcoolique, qui sera à l'origine d'une polémique entre Pasteur et Berthelot, il défend (contre Pasteur) la thèse du « ferment soluble », qui sera consacrée par la théorie des enzymes, mais va jusqu'à soutenir que la levure (vivante) est produite par le « ferment soluble » (non vivant), ce que les historiens des sciences considèrent comme une régression vers la génération spontanée[1].

Claude Bernard est considéré comme l'un des principaux initiateurs de la démarche expérimentale hypothético-déductive, formalisée souvent - parfois rigidifiée dans l'enseignement - par « OHERIC » : Observation - Hypothèse - Expérience - Résultat - Interprétation - Conclusion. C'est d'ailleurs une démarche tronquée par rapport à celle présentée dans la Médecine Expérimentale. Il y manque deux étapes fondamentales. On ne peut pas donner d'hypothèse sans avoir posé le problème à résoudre, puisqu'une hypothèse est une réponse possible à une question suscitée par une observation. L'expérience teste la conséquence vérifiable de l'hypothèse.

L'Université de Lyon I a choisi de porter son nom.



  • Professeur au Collège de France
  • Professeur à la Sorbonne
  • Professeur au Muséum national d'histoire naturelle.
  • Sénateur (1865)
  • Membre de l'Académie française (1868)
  • Médaille Copley (1876)
  • Membre étranger de la Royal Society (1864)


  • « Le microbe n'est rien, c'est le terrain qui est tout. »
  • « J'ai connu la douleur du savant qui, faute de moyens matériels, ne peut entreprendre de réaliser des expériences qu'il conçoit et est obligé de renoncer à certaines recherches, ou de laisser sa découverte à l'état d'ébauche. »
  • « La théorie est l’hypothèse vérifiée après qu’elle a été soumise au contrôle du raisonnement et de la critique. Une théorie, pour rester bonne, doit toujours se modifier avec le progrès de la science et demeurer constamment soumise à la vérification et la critique des faits nouveaux qui apparaissent. Si l’on considérait une théorie comme parfaite, et si on cessait de la vérifier par l’expérience scientifique, elle deviendrait une doctrine. »
  • « La vie c'est la mort. L'art est vie, donc mortel. »
  • « La fixité du milieu intérieur est la condition d'une vie libre et indépendante. »
  • « C’est ce que nous pensons déjà connaître qui nous empêche souvent d’apprendre. »
  • « Quand le fait que l'on rencontre ne s'accorde pas avec une théorie régnante, il faut accepter le fait et abandonner la théorie. »
  • « Je ne soigne pas l'homme en général, je soigne l'individu en particulier. »
  • « L'admission d'un fait sans cause, c'est-à-dire indéterminé dans ses conditions d'existence, n'est ni plus ni moins que la négation de la science. »
  • « Le physiologiste n’est pas un homme du monde, c'est un savant, c’est un homme qui est saisi et absorbé par une idée scientifique qu’il poursuit : il n’entend plus les cris des animaux, il ne voit plus le sang qui coule, il ne voit que son idée, et n’aperçoit que des organismes qui lui cachent des phénomènes qu’il veut découvrir. »


Il a donné les résultats de son enseignement dans une suite de publications :

Il a en outre publié dans la Gazette médicale, dans les Comptes rendus de la Société de biologie et de l'Académie des sciences, dans la Revue des Deux Mondes, des mémoires ou articles sur les usages du pancréas, sur la fonction glycogénique du foie, sur le grand sympathique, sur la chaleur animale sur le cœur, sur la vie, etc. On lui doit aussi un Rapport sur les progrès et la marche de physiologie générale en France (1867).



  • Robert Clarke, Claude Bernard et la médecine expérimentale, Paris, Éditions Seghers, 1961
  • Alain Prochiantz, Claude Bernard : La Révolution physiologique, (ISBN 2130429092)
  • Pierre Lamy, L'Introduction à l'étude de la médecine expérimentale, le naturalisme et le positivisme, 1928
  • Pierre Debray-Ritzen (1992). Claude Bernard ou un nouvel état de l'humaine raison. Albin Michel (Paris) : 235 p. (ISBN 2-226-05896-6).






« Claude Bernard », dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions] (Wikisource)



  1. Jean Rostand, La genèse de la vie, Histoire des idées sur la génération des idées spontanées, 1943, tirage de 1946, pp. 171-174, spéc. 174; Patrice Pinet, Pasteur et la philosophie, Paris, 2005, p. 83.




Informations générales

Biographie relatives