Biographie de Enid Blyton

Voir son actualité

Enid Mary Blyton (née le 11 août 1897 dans le faubourg d'East Dulwich, Londres, Angleterre † 28 novembre 1968 à Hampstead, dans la banlieue nord de Londres) était une romancière britannique, spécialisée dans la littérature pour enfants. On lui doit entre autres Le Club des Cinq (the Famous Five en anglais), Le Clan des Sept (The Secret Seven), Oui-Oui (Noddy). Ses romans, connus dans le monde entier, ont été vendus à plus de 400 millions d'exemplaires : en 2006, Enid Blyton est le cinquième auteur le plus traduit[1] avec 3300 traductions dans plus de quarante langues différentes, derrière Lénine mais devant Barbara Cartland.



Enid Mary Blyton était la fille aînée de Thomas Carey Blyton (1870–1920), coutelier de son état, et de Theresa Mary, née Harrison (1874–1950). De 1907 à 1915, elle fréquenta St. Christopher's School à Beckenham, où elle fut toujours la première de sa classe. Elle adorait le sport et la littérature, et n'aimait pas les mathématiques. Elle apprit à jouer du piano et y montrait des dispositions, mais abandonna ses études musicales lorsqu'elle suivit sa formation d'enseignante.

Nommée pendant cinq ans institutrice à Bickley et Surbiton, elle consacrait ses loisirs à l'écriture. Elle publia son premier livre, un recueil de poèmes intitulé Murmures d'enfant (Child Whispers) en 1922. Après la Première Guerre mondiale (1924), elle épousa Hugh Alexander Pollock (1888–1971), un héros de la guerre, qui dans le civil était responsable de collection chez son éditeur, George Newnes. Le couple déménagea dans le Buckinghamshire et finalement acquit une propriété nommée "Green Hedges" à Beaconsfield. Enid eut deux filles : Gillian Mary Baverstock (1931-2006) et Imogen Mary Smallwood (née en 1935).

Au milieu des années trente, Enid Blyton fut tentée de se convertir à la foi catholique, mais y renonça devant les contraintes que cela lui paraissait comporter sur sa vie. Bien qu'elle allât elle-même rarement à l'église, elle veilla à donner à ses filles une éducation religieuse.

Au début de l'année 1938, son mari, atteint de pneumonie, dut être hospitalisé pendant plusieurs mois. Enid Blyton fit la connaissance d'un chirurgien, Kenneth Fraser Darrell Waters (1892–1967), divorça de Hugh Pollock en 1941, et se remaria en 1943. Elle fit d'ailleurs prendre à ses deux enfants le nom de Darrell Waters. Pollock, mobilisé dès 1940, s'était remarié de son côté. C'est au cours des vingt-cinq années qui suivirent qu'elle composa ses romans les plus célèbres.

Après la mort de son second mari, la santé d'Enid Blyton se dégrada très vite. Atteinte de la maladie d'Alzheimer, elle fut internée à la clinique de Greenways (à Hampstead), et mourut trois mois plus tard.



Enid Blyton a écrit plus de 800 romans en 40 ans. Au Royaume-Uni, les droits sur ses principales séries sont détenus par l'éditeur londonien Chorion PLC. En France, l'oeuvre de l'auteur a été édité par Hachette, l'essentiel des romans sont parus dans la Bibliothèque Rose toutefois certaines séries sont également (partiellement) parues dans la série Idéal Bibliothèque :

  • La série des Oui-Oui est plus particulièrement destinée aux tout petits comporte 24 titres écrits entre 1949 et 1963. La série est rendue célèbre par ces nombreuses adaptations et la vente de licences pour différents jouets et jeux.
  • La série Le Club des Cinq comprend 21 histoires, rédigées entre 1942 et 1963. Elle raconte les aventures d'un groupe de quatre enfants (Claude, Annie, Mick et François) et de leur chien Dagobert. C'est Claude Voilier qui perpétue depuis 1971 le Club des Cinq. Deux opus seulement ont été publiés dans la collection Idéal Bibliothèque, l'ensemble ayant été publié en Bibliothèque Rose
  • La série Le Clan des Sept comporte 15 histoires rédigées entre 1949 et 1963. Elle raconte les aventures d'un groupe de sept enfants et de leur chien Moustique. Elle présente plus un caractère de roman policier que le Club des Cinq et est destiné à un public plutôt un peu plus jeune.
  • La série Jojo Lapin, inspirée des Contes de l'Oncle Rémus de Joel Chandler Harris.
  • La série Malory School : Les Filles de Malory school, Sauvetage à Malory school, Un Cheval à Malory school, Du théatre à Malory School, Réveillon à Malory School (Folle soirée à Malory School), Adieu à Malory School.
  • La série Deux jumelles : Deux jumelles en pension, Deux jumelles et trois camarades, Deux jumelles et une écuyère, Hourra pour les jumelles, Claudine et les deux jumelles, Deux jumelles et deux somnambules. L'ensemble de cette série a été publié dans la collection Idéal Bibliothèque et n'a pas été réédité par la suite, sans doute par manque d'adéquation avec l'époque actuelle. Pas d'intrigue particulière dans cette série, mais la vie quotidienne d'un pensionnat de jeunes filles.
  • La série Six Cousins : Six cousins, Six cousins en famille. L'ensemble de cette série a été publié dans la collection Idéal Bibliothèque.
  • La série "Les Cinq detectives" raconte les histoires de 5 amis Fatty, Larry, Pip, Daisy, Besty et leur chien Foxy : "Le mystère du chat siamois", "Le mystère du caniche blanc", " Le mystère de la maison vide", "Le mystère de la maison des bois". A partir des années 90, les livres (re)sortent sous le noms des "Cinq detectives" et non plus sous le nom de "Mystère de..."


Au cours d'un récent sondage, on apprend qu'Enid Blyton est devenue l'auteure la plus populaire, passant devant Rowling, Tolkien ou Shakespeare. Source



  1. Selon l'Index Translationum.


  • Enid Blyton The Story of My Life (1952)
  • Marie-Pierre et Michel Mathieu-Colas, Le dossier Club des Cinq : "The Famous Five" d'Enid Blyton (1983), éd. Magnard-L'Ecole
  • F. Rivière, Souvenir d'Enid Blyton (2002), éd. Le Publieur
  • F. Rivière, Enid Blyton & le Club des cinq (2005), éd. des Quatre chemins
  • La revue Le Rocambole a consacré en 2003 un numéro complet (n° double 24-25) à la célèbre romancière




  • Le Club des Cinq