Biographie de Frédérick Lemaître

Voir son actualité

Frédérick Lemaître, né Antoine Louis Prosper Lemaître au Havre le 21 juillet 1800 et mort à Paris le 26 janvier 1876, est un acteur français.

Il fut l’un des plus célèbres acteurs du boulevard du crime.



Frédérick Lemaître passe son enfance au Havre où son père est architecte. A la mort de son père, il monte à Paris où il vit de petits travaux. Attiré par le théâtre, il s'inscrit au conservatoire.

Lemaître, après des études au Conservatoire, se choisit le prénom de scène « Frédérick ». Refusé dans un premier temps à l’Odéon, il signe un engagement aux Variétés-Amusantes pour une pièce à trois acteurs, Pyrame et Thysbé. Il y jouait le rôle du lion.

Puis il commence véritablement sa carrière d'acteur sur le « boulevard du crime » dans des mélodrames. Il crée notamment le personnage inspiré du bandit Robert Macaire dans l’Auberge des Adrets.

Victor Hugo, qui voit en lui l'acteur de génie, le distribue également dans des rôles de jeunes premiers sensibles, Ruy Blas ou le jeune Gennaro dans Lucrèce Borgia. Il crée aussi le rôle de Kean d'Alexandre Dumas et fait découvrir au public français Hamlet de William Shakespeare. Victor Hugo tenta en vain de le faire admettre à la Comédie-Française qui le refusa.

Lorsque la popularité du drame romantique commença à décroître, il entra au Boulevard où il connut un succès durable, ce qui lui valut le surnom de « Talma des boulevards ».

Il est lui-même devenu, sous la plume de Jacques Prévert, un personnage dans le film Les Enfants du paradis de Marcel Carné, interprété par Pierre Brasseur. Eric-Emmanuel Schmitt en a également fait le héros romancé de sa pièce Frédérick ou le Boulevard du Crime. Michel Souvais a retracé sa vie reelle dans un long monologue, ou Frederick Lemaitre en personne se raconte.

Une fois qu’il avait traité les spectateurs d’imbéciles, le directeur exigea qu’il s’excuse, ce qu’il fit en ces termes plus qu’ambigus : « Messieurs, je vous ai appelés imbéciles ; c’est vrai. Je vous fais mes excuses ; j’ai tort. Je ne le referai plus ; je le regrette. »

Il joue jusqu'en 1875, un cancer de la gorge le force à quitter les planches. Il meurt à Paris le 26 janvier 1876, il est enterré au cimetière de Montmartre.



Une rue du XXe arrondissement de Paris et un square du Xe portent son nom. Là, à l'angle du quai de Jemmapes, dans la partie à ciel ouvert du canal Saint-Martin, une statue à la mémoire du comédien, réalisée par Pierre Granet en 1898, a été érigée. Sa ville natale lu'a honnoré d'une rue et ainsi que la ville de Maromme dans le même département de Seine-Maritime. Pierrefitte-sur-Seine a donné son nom a une école élémentaire et à une rue.





  • (en) Robert Baldick, The life and times of Frédérick Lemaître, Essential Books, New Jersey, 1959, 283 p.
  • Souvenirs de Frédérick Lemaître, publiés par son fils, P. Ollendorff, Paris, 1880, 348 p.
  • Serge Basset (pseud. de Paul Ribon), « Une Aventure de Frédérick Lemaître, 1854 », dans l'Illustration, supplément, 5-19 septembre 1908, p. 30
  • Georges Duval, Frédérick-Lemaître et son temps, 1800-1876 (avec une eau-forte de Gonzague Privat), Tresse, Paris, 1876, 266 p.
  • Louis-Henry Lecomte, Frédérick-Lemaître : un comédien au XIXe siècle : étude biographique et critique d'après des documents inédits, Chez l'auteur, Paris, 1888, 324 p.
  • Eugène de Mirecourt, Frédérick Lemaître, Havard, Paris, 1856 Texte en ligne
  • Eugène Charles Joseph Silvain, Frédérick Lemaître, F. Alcan, Paris, 1925, 162 p.
  • Michel Souvais, Arletty : de Frédérick Lemaître aux "Enfants du paradis" (préface de Jean-Louis Barrault), Dualpha, Paris, 1999, 314 p. (ISBN 2912476151)