Biographie de Guy Gibout

Voir son actualité

Guy Gibout (né en 1933 à Ascq- Nord) est un journaliste français, militant communiste. Ii est ancien conseiller municipal de Champigny-sur-Marne et ancien maire de Joinville-le-Pont, dans le Val-de-Marne.



Guy Gibout est ouvrier tourneur à Champigny-sur-Marne, dans le département de la Seine. Il adhère au Parti communiste français (PCF) en 1954. Il devient membre de la direction de la Fédération Seine-Sud, puis du Val-de-Marne. Pendant la guerre d’Algérie, il assume la rédaction du journal clandestin Soldats de France.

Il devient journaliste, rédacteur en chef d’hebdomadaires communistes départementaux Le Réveil du Val-de-Marne et Les Nouvelles du Val-de-Marne puis, après la fermeture de ces publications, il intègre la rédaction du quotidien communiste L’Humanité. Il dirige également la Cité internationale de la Fête de l’Humanité.

Le 29 novembre 2000, dans une lettre à Robert Hue, secrétaire national du PCF, il annonce sa démission du parti communiste. Dans un texte publié par le quotidien Le Parisien, il explique cette décision par ses « désaccords avec la mutation du PC telle qu'elle se fait maintenant et avec la liquidation de l'Humanité en tant que journal du parti ».

En février 1996, il participe à la publication d’un journal d’opposition à la ligne du parti communiste : Dialogues, qui se transforme en Échanges puis devient en 2000 Combat communiste. Il paraît tous les deux mois et est diffusé selon ses éditeurs à 700 exemplaires. Le journal contient des articles contestant l’évolution du parti communiste et du syndicat CGT et attaquant vivement le parti socialiste. Sur le plan international, il se veut solidaire des formations communistes maintenues (Portugal, Grèce, etc.), opposé à toute idée de construction européenne, favorable à la cause palestinienne et il combat l’intervention de soldats occidentaux dans les Balkans ou en Irak.



Guy Gibout est élu conseiller municipal communiste de Champigny-sur-Marne de 1959 à 1965.

Il s'installe ensuite dans la commune voisine et devient maire de Joinville-le-Pont en 1977 à la tête d’une liste comprenant des membres du Parti communiste français (PCF), du Parti socialiste (PS), du Parti socialiste unifié (PSU) et du Mouvement des radicaux de gauche (MRG). Il est réélu lors d’un scrutin partiel en 1978 puis battu en 1983 et à nouveau en 1989 et 1995. Guy Gibout siège alors comme conseiller municipal d’opposition jusqu’en 2001. Il devient maire honoraire en 2004.

Parmi les maires-adjoints élus en même temps que lui, il y a Roger Belbéoch, ancien résistant et policier, et Jean-Louis Pariselle, sculpteur.