Biographie de Jérôme Chartier

Voir son actualité

Jérôme Chartier, homme politique français, né le 14 novembre 1966 à Paris, actuel maire de Domont et député de la Septième circonscription du Val-d'Oise.





Diplômé de sociologie et de linguistique, licencié en administration publique, maitrise es sciences politiques, diplômé de l'ESSEC, diplômé de la Chaire d'économie urbaine.

Parallèlement à ses études, il travaille à temps partiel au Sénat comme assistant parlementaire puis comme secrétaire du groupe des sénateurs non-inscrits de 1989 à 1992. En décembre 1992, il intègre la Direction du Renseignement Militaire puis en tant qu'officier-analyste à l'État-Major. En novembre 1993, il rejoint un groupe spécialisé dans le conseil en marketing d'utilité publique comme chef de projet puis directeur de mission. En juin 1998, il devient manager opérationnel au sein d'une société de capital-risque. En juin 2001, il crée avec des partenaires une société holding de participations, dont il revend ses parts lors de son élection à l'Assemblée nationale en juin 2002.



Élu maire de Domont à 28 ans en 1995, il est élu président du syndicat mixte d'aménagement de l'Ouest de la Plaine de France le 21 septembre 1995. Le 17 décembre 2001, il est élu président de la Communauté de communes de l'Ouest de la Plaine de France. Le 16 juin 2002, il est élu député pour la XIIe législature (2002-2007) et réélu le 17 juin2007 pour la XIIIe législature (2007-2012), dans la 7e circonscription du Val-d'Oise. Il fait partie du groupe UMP.

Membre de la Commission des finances, il est depuis septembre 2007 le porte-parole du groupe UMP sur le budget de l'Etat. Il fut rapporteur spécial des crédits du ministère de l'intérieur à partir de 2002 puis de la Mission action extérieure de l'État à partir de 2004. Il fut le rapporteur de la Commission des finances pour la loi "Sauvegarde des Entreprises" en 2003 ainsi que pour la loi portant ouverture du capital de la DCN en 2004, . Il est à l'origine de nombreux rapports de la commission des finances, notamment sur "l'immobilier de l'Etat à l'étranger" en 2005, et "les conditions de délivrance des visas Schengen" en 2006. Il fut chargé par François Fillon d'une mission parlementaire sur l'enseignement supérieur privé qui se termina en 2005. Parmi ses propositions, l'une a permis la déduction fiscale des intérêts des emprunts contractés pour le financement des études supérieures, en vigueur depuis la Loi de Finances pour 2006. Il est à l'initiative de la création en 2002 du Groupe d'études sur la modernisation de la vie politique française qu'il préside. Le 22 avril 2004, date anniversaire du premier tour de l'élection présidentielle, il remit 15 propositions étudiées par le Groupe au Président de l'Assemblée Nationale. Il co-préside depuis octobre 2007 le groupe de travail sur le pouvoir d'achat créé au sein du groupe UMP par Jean-François Copé. En décembre 2007, il est nommé par Patrick Devedjian, Secrétaire général de l'UMP, chargé du débat sur le pouvoir d'achat au sein de l'UMP. En janvier 2008, il est nommé Secrétaire national de l'UMP, en charge du Tableau de bord de la Réforme.



En décembre 2003, il relance avec quatre autres personnalités, Serge Dassault, Charles Milhaud, Jean-Luc Decornoy et Vincent Montagne, le cycle des Entretiens de Royaumont, plusieurs fois interrompus. Les thèmes des éditions furent jusqu'à présent les suivantes : "La France recule-t-elle ?" en 2003, "La politique est-elle un métier ?" en 2004, "Faut-il partir pour réussir" en 2005, "Et si vous étiez Président de la république ?" en 2006.



En septembre 2005, il est élu Président du Conseil d'orientation du Forum pour la gestion des villes et des collectivités territoriales, créé en 1983 par André Santini et Alain Richard. Ce Centre de réflexion, de formation et d'organisation d'événements rassemble 250 collectivités de tout bord politique parmi les plus importantes de France.



Dans la lignée de ses responsabilités au sein du service des fédérations du Rassemblement Pour la République, il participe à l'avènement de l'Union pour un Mouvement Populaire, dont il est chargé de développer les Fédérations professionnelles. Il crée 21 Fédérations en six mois, rassemblant jusqu'à 8 500 adhérents au total. Il quitte ses responsabilités en septembre 2004 à sa demande.



Il a publié en Le lifting de Marianne, 50 propositions (l'Archipel) en septembre 2005 qui a connu un succès relatif, ouvrage dans lequel il formule des propositions sur l'évolution des institutions de la Ve République. Jérôme Chartier a créé en janvier 2006 la Convention pour la Ve République, un clin d'œil à la Convention pour la 6ième République d'Arnaud Montebourg. Candidat déclaré aux élections présidentielles de 2007, Nicolas Sarkozy a dit s'être inspiré des pistes proposées par le député.



Marié le 30 octobre 2004 à Stéphanie Von-Euw. Père de deux enfants.



  • « Autant je suis favorable au principe du bouclier fiscal, autant je suis opposé à l'augmentation du pouvoir d'achat des seuls Français les plus riches »[1], le 10 octobre 2007.
"Je n’aime pas parler de récession, je préfère parler de croissance négative" 02 octobre 2008