Biographie de Jacques Monod

Voir son actualité

fermer

Survival In The Age of Growth
Bohol Standard
As what Jacques Monod has said: “The future of mankind is going to be decided within the next two generations, and there are two absolute requisites: We must aim at a stable-state society [with limited population growth] and the destruction of nuclear ...




L'Homme a-t-il le choix entre le Royaume et les Ténèbres ?
AgoraVox
Dans son essai « Le Hasard et la nécessité », Jacques Monod exprime ses vues sur la nature et le destin de l'humanité dans l'univers, concluant ainsi son exposé : « On doit alors retrouver la source de vérité et l'inspiration morale d'un humanisme ...




Capital.fr

les meilleurs lycées de France
Capital.fr
... du jeu : les parisiens Henri IV et Louis-Le-Grand à Paris, Hoche à Versailles, le lycée international de Saint-Germain-en-Laye, Jacques-Marie Boutet de Monvel à Luneville en Meurthe et Moselle… ou encore le lycée professionnel Jacques Monod à Paris.

et plus encore »



La République du Centre

Le quotidien des poilus vu par les lycéens
La République du Centre
Des élèves de seconde du lycée Jacques-Monod ont restitué, pour la deuxième fois, leurs travaux autour du quotidien des poilus abraysiens, vendredi. Depuis novembre, ils mènent une réflexion pluridisciplinaire sur le sujet, dans le cadre de l ...




Eblouie, elle renverse la piétonne rue de Verdun
Paris Normandie
... lundi vers 20 h 30, rue Othon-Friesz, près du square Saint-Roch. Sa voiture s'est couchée sur un flanc et deux autres voitures garées ont été endommagées. L'automobiliste a été blessé à la main gauche et emmené à l'hôpital Jacques-Monod. Envoyer.




Quelques éclaircissements sur « Le hasard et la nécessité » de ...
AgoraVox
Don son livre « Le Hasard et la nécessité », Jacques Monod a exposé un point très important concernant l'évolution de l'homme depuis les temps primitifs, il concerne le problème linguistique. Selon Jacques Monod, le langage humain a joué un rôle ...




La République du Centre

Des élèves de Monod dans les pas des soldats
La République du Centre
Des élèves de seconde du lycée Jacques-Monod ont restitué, pour la deuxième fois, leurs travaux autour du quotidien des poilus abraysiens, vendredi. Depuis novembre, ils mènent une réflexion pluridisciplinaire sur le sujet, dans le cadre de l ...

et plus encore »



Scientific American

Seductive Yeast Cells are Just the Right Size
Scientific American
“Yeast are a lot more like us than we realize,” says Catherine Jackson, research director at the Institut Jacques Monod in Paris, who was not involved in the study but who conducted some of the research that inspired it. “They can provide lots of ...




L'offre en soins palliatifs en Haute-Normandie se renforce
Drakkaronline.com
L'USP havraise, située au 6ème étage de l'hôpital Jacques Monod, est un recours pour les situations les plus complexes. La présence de symptômes rebelles ou réfractaires aux thérapeutiques nécessitant notamment une réévaluation de la situation ...




L'internet a-t-il vraiment fait la démonstration de notre capacité à ...
Les Échos (Blog)
Pour le philosophe Jean-Claude Monod dans son livre Qu'est-ce qu'un chef en démocratie ? (voir sa critique sur la Vie des idées), comme pour ..... La politique c'est le conflit, la mésentente disait Jacques Rancière. On ne fera jamais converger les ...


Jacques Monod, né à Paris le 9 février 1910 et mort à Cannes le 31 mai 1976, est un biologiste et biochimiste français de l'Institut Pasteur de Paris, lauréat en 1965 du Prix Nobel de physiologie ou médecine.



Jacques Monod est un descendant du pasteur Jean Monod, apparenté à Théodore Monod, à Jérôme Monod, à Michel Hollard et au réalisateur Jean-Luc Godard. Il fut résistant pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fait l'essentiel de sa carrière au sein de l'Institut Pasteur de Paris et devient professeur à la faculté des Sciences de Paris, puis professeur au Collège de France et enfin directeur de l'institut Pasteur de 1971 à 1976.

En 1965, il reçoit le Prix Nobel de physiologie ou de médecine avec François Jacob et André Lwoff pour ses travaux en génétique. Son livre Le Hasard et la Nécessité (1970) a eu un très fort retentissement, amenant les débats sur la biologie sur la place publique. Jacques Monod y expose ses vues sur la nature et le destin de l'humanité dans l'univers, concluant ainsi son essai : « L’ancienne alliance est rompue ; l’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’Univers, d’où il a émergé par hasard. Non plus que son destin, son devoir n’est écrit nulle part. A lui de choisir entre le Royaume et les ténèbres. »

Il était proche du philosophe Karl Popper, qui lui dédia l'édition française de 1978 de La Société ouverte et ses ennemis[1].

Il adhère au Parti communiste français au sortir de la guerre mais s'en éloignera après quelques années, notamment au moment de l'affaire Lyssenko.

Il est enterré dans le Cimetière du Grand Jas à Cannes.



Les apports de Jacques Monod à la biologie moléculaire sont considérables. Intéressé par la génétique des micro-organismes, il postule puis mettra en évidence l'existence d'une molécule servant de lien entre le génome (ADN) et les protéines : l'ARN messager. Avec François Jacob, corécipiendaire du prix Nobel la même année, il démontre la notion d'opéron dans les bactéries. Un opéron étant une unité génétique composée de plusieurs enzymes dont l'expression est régulée par le même promoteur. La notion de promoteur est aussi dûe à ces deux scientifiques.
Il élabore en 1965 avec Jean-Pierre Changeux et Jeffries Wyman le concept d'allostérie, un mode de régulation majeur des enzymes. L'article publié dans le Journal of Molecular Biology est l'un des plus cités au monde.

Jacques Monod a obtenu le Prix Nobel parce qu’il a montré que l’ADN est le point de départ des réactions biochimiques qui, par l’intermédiaire de l’ARN, produisent les protéines nécessaires à la vie des cellules donc à la vie tout court. Pour J. Monod c’est l’ADN qui a le rôle primordial dans la vie et le développement de la cellule. Fort de son succès, il publie un livre, Le Hasard et la Nécessité, en 1970.

En 1989, l'existence de la transcriptase inverse bactérienne fut confirmée par S. Inouye et W. Maas aux USA.



  • Croix de guerre en 1945.
  • Médaille de la Résistance en 1945.
  • Chevalier de l'Ordre des palmes académiques en 1961.
  • Officier de la Légion d'honneur en 1963.
  • Prix Nobel de physiologie ou de médecine en 1965.
  • Membre étranger de la National Academy of Sciences en 1968.
  • Un institut de l'Université Paris VI et de l'Université Paris VII porte son nom : l'Institut Jacques Monod.
  • Un établissement du groupe hospitalier du Havre porte son nom.


  1. Karl Popper, Préface à l'édition française de La Société ouverte et ses ennemis, 1979, Seuil, p.7
  • Jacques Monod, Le Hasard et la Nécessité: Essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne. Paris, Le Seuil (1970) ISBN 2-02-000618-9.
  • Patrice Debré, Jacques Monod. Paris, Flammarion dans la collection Grandes biographies (1996) - ISBN 2-08-067173-1.


  • Le livre Le Hasard et la Nécessité est paru en 1970. Monod écrit le passage suivant : « Il n’est ni observé, ni d’ailleurs concevable, que l’information soit jamais transférée dans le sens inverse (c’est-à-dire de l’ARN vers l’ADN). C’est l’un des principes fondamentaux de la biologie moléculaire. »
Cette affirmation, qui n'est que la reprise du dogme central de la biologie moléculaire énoncé par Francis Crick en 1958, s'est avérée fausse dans le domaine de la virologie : les rétrovirus, comme le VIH ou le virus de la grippe possèdent une information génétique conservée sous forme d'ARN et rétro-transcrite en ADN au moment de son insertion dans le génome de l'hôte. Cette rétro-transcription est rendue possible par la transcriptase inverse, dont la description a été publiée la même année par Howard Temin.



  • Descendance de Jean Monod (1765-1836)


Informations générales

Biographie relatives