Biographie de Jean Anouilh

Voir son actualité

fermer

Sud Ouest

Le reality show des aristocrates demain
Sud Ouest
Annie Chaplin, dernière fille de Charlot, sera sur les planches, ce jeudi, pour interpréter une comtesse dans la pièce « La Belle vie » de Jean Anouilh. Le reality show des aristocrates demain Annie Chaplin (au centre) joue une comtesse un peu ridicule ...




Sud Ouest

S'orienter, oui mais dans quel sens ?
Sud Ouest
... a travaillé à l'université et dans le privé. Elle exerce depuis en libéral à Bordeaux, et accueille des collégiens comme des lycéens. Elle a créé Atout orientation pour aider les ados à définir leur projet de vie professionnelle. 22, rue Jean ...




24presse.com

Escale du livre : Deux grand débats sur les thèmes 'La littérature ...
24presse.com
Malade en phase terminale, ce dernier lui demande comme dernière volonté de monter la pièce Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth, en 1982, alors que la guerre civile fait rage... Prix des Lecteurs Escale du livre 2014. Louis-Philippe Dalembert, Ballade ...




LaDépêche.fr

Fenix, Antigone, Printemps du Rire... gagnez des places avec ...
LaDépêche.fr
1 place pour le spectacle Antigone de la Comédie Française le vendredi 11 avril à 20h30 au théâtre Jean-Alary de Carcassonne ! La Comédie Française présente en tournée Antigone - Pièce en un acte de Jean Anouilh. Marc Paquien, qui n'en est pas à sa ...




Ouest-France

Chers zoiseaux, la pièce la plus drôle de Jean Anouilh
Ouest-France
Le Théâtre du marais présente Chers Zoiseaux, une pièce de 1976 de Jean Anouilh et mise en scène par François Aubineau, au Quatrain, les 18 et 19 et 20 avril. Chers Zoiseaux fait partie des « pièces farceuses », avec des dialogues percutants et ...




Françoise Martres "fascinée par l'imagination des écrivains"
France Info
La présidente du Syndicat de la Magistrature vient de terminer 'Le quatrième mur' de Sorj Chalandon (Ed. Grasset). L'histoire d'un homme qui tente de monter la pièce 'Antigone' de Jean Anouilh en pleine guerre du Liban, avec tous les acteurs du conflit.




Sud Ouest

Huit idées de sortie pour ce week-end dans les Landes
Sud Ouest
Cette comédie de Jean Anouilh, écrite pour la télévision, est inédite au théâtre. Dans un pays imaginaire où les révolutionnaires viennent de prendre le pouvoir, les prisons sont pleines d'aristocrates qui attendent leur exécution. Mais le gouvernement ...

et plus encore »



Anouilh's 'Antigone' opens in Sarasota
Bradenton Herald
In 1944, when French playwright Jean Anouilh wrote "Antigone," the Nazis controlled his country. His play, an adaptation of the 2,500-year old Sophocles play based on the Greek myth, was so complex that most people saw it as an attack on the Vichy ...




Sud Ouest

Rion-des-Landes (40) : la fille de Charlie Chaplin sur scène
Sud Ouest
e vendredi, à 20h30, Annie Chaplin, dernière fille de l'illustre Charlie Chaplin, sera sur la scène du théâtre municipal de Rion-des-Landes, dans "La Belle vie", une comédie inédite de Jean Anouilh, proposée par Rencontre en grande lande, en ...

et plus encore »



Pure People

Gwendoline Hamon : ''J'ai fait une fausse-couche pour mon 2e enfant''
Pure People
Interrogée par Marie France à l'occasion de la sortie de son livre, la petite-fille de Jean Anouilh se confie sur une autre perte, tout aussi tragique que celle de sa mère, mais sur laquelle la comédienne et écrivaine ne s'était jusqu'ici jamais exprimée.

et plus encore »

Jean Anouilh est un écrivain et dramaturge français, né le 23 juin 1910 à Bordeaux (Gironde) et mort le 3 octobre 1987 à Lausanne (Suisse).

Il est l'auteur de nombreuses pièces de théâtre, sa plus célèbre étant Antigone, relecture moderne de la pièce de Sophocle.





Le père de Jean Anouilh était tailleur et sa mère musicienne et professeur de piano. C'est en 1923 au Lycée Chaptal que son amour pour le théâtre se manifeste. Des rencontres littéraires essentielles interviennent : celle de Jean Cocteau avec Les Mariés de la tour Eiffel en 1921 et celle de Jean Giraudoux à travers sa pièce Siegfried en 1928.

Après avoir travaillé pendant deux ans dans une agence de publicité avec, entre autres, Jacques Prévert et Jean Aurenche, Anouilh devient entre 1929 et 1930, le secrétaire du comédien Louis Jouvet à la Comédie des Champs-Élysées. Leur collaboration est houleuse, Jouvet sous-estimant les ambitions littéraires de son employé.

Il épouse en 1931 la comédienne Monelle Valentin[1], qui créera entre autres le rôle-titre d'Antigone en 1944, et dont il aura une fille Catherine[2], née en 1934 et qui deviendra elle aussi comédienne (elle créera la pièce que son père écrira pour elle Cécile ou l'École des pères en 1954). Le couple divorce en 1953 et Anouilh épouse la comédienne Nicole Lançon qui deviendra sa principale collaboratrice et avec laquelle il aura trois enfants : Caroline, Nicolas et Marie-Colombe.



En 1932, Jean Anouilh fait représenter sa première pièce, Humulus le muet, écrite en collaboration avec Jean Aurenche en 1929. C'est un échec. Elle est suivie quelques mois plus tard de ce qu'il qualifie comme « sa première vraie pièce » : L'Hermine. Il connaît son premier grand succès en 1937 avec Le Voyageur sans bagage au théâtre des Mathurins. Les acteurs principaux sont Georges et Ludmilla Pitoëff. Darius Milhaud en écrit la musique de scène, sous forme de Suite pour violon, clarinette et piano (op.157b).

En 1938, il obtient un nouveau succès critique et public avec la création du Bal des voleurs et inaugure sa collaboration avec André Barsacq, qui sera son principal interlocuteur et metteur en scène, pendant plus de quinze ans.



C'est en pleine Occupation allemande qu'est créée Antigone, le 4 février 1944 au théâtre de l'Atelier dans une mise en scène d'André Barsacq.

Bien qu'il n'ait officiellement pris position ni pour la Collaboration ni pour la Résistance, Anouilh « L'Antigone de Sophocle, lue et relue et que je connaissais par cœur depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouges. Je l'ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre ». Inspirée du mythe antique en rupture avec la tradition de la tragédie grecque, le personnage d’Antigone (interprété par Monelle Valentin) devient l'allégorie de la Résistance s'opposant aux lois édictées par Créon / Pétain qu'elle juge iniques. Alors que la première est un échec, Antigone deviendra avec le temps l'œuvre la plus emblématique (et la plus jouée) de l'auteur.

À la Libération, Anouilh s'érige contre l'épuration. Tentant de sauver la tête de Robert Brasillach, au même titre que 50 personnalités dont Albert Camus, François Mauriac, Paul Valéry ou Colette, il écrit en 1945 : « J'avoue avoir une certaine compassion pour les vaincus et redoute les excès de l'épuration ». Des écrits plus tardifs exprimeront ce même rejet[3].



En 1946, Roméo et Jeannette est mis en scène par André Barsacq ; il s'agit de la première pièce interprétée par Michel Bouquet qui deviendra l'acteur-fétiche d'Anouilh, mais aussi par Jean Vilar et Maria Casarès.

Par la suite, la fécondité de l'auteur ne tarit plus. La carrière d'Anouilh sera accompagnée de nombreux succès pendant une vingtaine d'année dont L'Invitation au château, L'Alouette, Pauvre Bitos ou le Dîner de têtes et Beckett ou l'Honneur de Dieu. En revanche parmi les échecs, on peut citer La Grotte en 1961.





À partir de 1942[4], Jean Anouilh a classé la majeure partie de son œuvre dramatique par qualificatifs : Pièces roses, Pièces noires, Pièces brillantes, Pièces grinçantes, Pièces costumées, Pièces baroques, Pièces secrètes et Pièces farceuses.

L'auteur traite presque toujours les mêmes thèmes : la révolte contre la richesse et contre le privilège de la naissance, le refus d'un monde fondé sur l'hypocrisie et le mensonge, le désir d'absolu, la nostalgie du paradis perdu de l'enfance, l'impossibilité de l'amour, l'aboutissement dans la mort.

Anouilh ne verse pas dans la pièce à thèse, mais diversifie ses créations depuis la fresque jusqu'à la satire en passant par la tragédie. Il place avant toute chose le jeu théâtral.




Note: Les dates suivantes sont celles de rédaction ou de publication (pour les dates de création, voir la boîte déroulante ci-dessus)



Humulus le muet (1929), Le Bal des voleurs (1932), Le Rendez-vous de Senlis (1937) et Léocadia (1939).[8]
À partir de 1942, Anouilh étrenne ses séries « thématiques » avec les Pièces roses qu'il fait alterner avec les Pièces noires. Ce sont des comédies savoureuses, où l'auteur se laisse aller à sa fantaisie.

Dans l'univers « rose » d'Anouilh, il y a deux catégories de personnages : « les marionnettes », qui sont pour la plupart des vieux ridicules et inconsistants et « les amoureux », des jeunes gens sincères qui croient à leur amour.



L'Hermine (1931), La Sauvage (1934), Le Voyageur sans bagage (1937) et Eurydice (1942).


Jézabel (1932), Antigone (1944), Roméo et Jeannette (1946), Médée (1946).
Dans l'univers noir d'Anouilh, il y a deux sortes d'hommes qui s'affrontent, « les gens pour tous les jours » et « les héros ».

La race nombreuse des « gens pour tous les jours » comprend deux catégories assez distinctes. D'abord les fantoches, égoïstes et mesquins, plats et vulgaires, vicieux et méchants, contents d'eux-mêmes et de la vie ; ce sont, dans la plupart des cas, les pères et les mères des héros. Ensuite, il y a le groupe des gens dignes et intelligents, mais incapables de grandes aspirations, faits pour une vie tranquille, sans complications.

Les « héros », jeunes pour la plupart, s'opposent également à ces deux groupes nombreux, en rejetant le bonheur commun où ceux-ci se complaisent ; mais ils ne constituent pas une catégorie unitaire. Deux types peuvent être distingués : ceux qui ont un passé chargé, auquel ils cherchent à échapper et ceux pour qui le passé s'identifie au monde pur de l'enfance, qu'ils s'efforcent de conserver intact. Les héros d'Anouilh sont incapables de se débarrasser de leur passé. Ils sont maudits, ils appartiennent à ce passé. Prisonniers de leur passé, de leur position sociale, de leur pauvreté, ils ne trouvent autre issue que la fuite ou la mort, surtout la mort.

Les Pièces noires Eurydice, Antigone et Médée sont des reprises des mythes connus, mais Anouilh en fait des œuvres modernes, où l'histoire ne joue plus le premier rôle.

Ces pièces frappent dès le début par la familiarité du ton et par le style parlé, parfois vulgaire, très éloigné du style noble et recherché, propre à la tragédie classique. Comme son maître Jean Giraudoux, Anouilh use abondamment de l'anachronisme : on y parle de cartes postales, de café, de bar, de cigarettes, de fusils, de film, de voitures, de courses, etc. De plus, les personnages portent des vêtements du XXe siècle.

Dans Antigone, Anouilh emploie pour la première fois le procédé du « théâtre dans le théâtre » qu'il emprunte à Pirandello.



L'Invitation au château (1947), La Répétition ou l'Amour puni (1947), Cécile ou l'École des pères (1949) et Colombe (1951).
Une place spéciale parmi les Pièces brillantes revient à Colombe (1951) car Anouilh y reprend son procédé favori : le « théâtre dans le théâtre ».



Ardèle ou la Marguerite (1948), La Valse des toréadors (1951), Ornifle ou le Courant d'air (1955) et Pauvre Bitos ou le Dîner de têtes (1956).
Après la Libération, la production dramatique d'Anouilh est marquée par les Pièces grinçantes (depuis Ardèle ou la Marguerite jusqu'au Nombril). Son cadre de prédilection y est celui de la comédie satirique, où se meut surtout la race plus ou moins vulgaire des « gens de tous les jours ».



L'Alouette (1953), Becket ou l'Honneur de Dieu (1959) et La Foire d'empoigne (1962).
La race des « héros » réapparaît dans deux Pièces costumées publiées après la Libération, L'Alouette et Becket, ainsi que dans Thomas More ou l'Homme libre sa dernière pièce publiée en 1987, mais on n'y retrouve plus l'univers angoissant de ses premières Pièces noires.

Jeanne d'Arc (L'Alouette), Thomas Becket et Thomas More sont des figures lumineuses qui acceptent de se sacrifier non pas pour des raisons existentielles, mais au nom du devoir : envers la patrie (Jeanne) ou envers Dieu (Becket et More).



L'Hurluberlu ou le Réactionnaire amoureux (1957), La Grotte (1961), L'Orchestre (1962), Le Boulanger, la Boulangère et le Petit Mitron (1968) et Les Poissons rouges ou Mon père, ce héros (1970).


Cher Antoine ou l'Amour raté (1969), Ne réveillez pas Madame (1970) et Le Directeur de l'Opéra (1972).


Tu étais si gentil quand tu étais petit (1972), L'Arrestation (1975), Le Scénario (1976).


Épisode de la vie d'un auteur (1948), Chers zoiseaux (1976), La Culotte (1978) et Le Nombril (1981).


Jean Anouilh a adapté et traduit plusieurs pièces d'auteurs étrangers dont :

  • 1952 : Comme il vous plaira et Le Conte d'hiver de Shakespeare
  • 1953 : Le Désir sous les ormes de Eugene O'Neill (Comédie des Champs-Elysées) en collaboration avec Paule de Beaumont
  • 1954 : Il est important d'être aimé d'Oscar Wilde (Comédie des Champs-Elysées) en collaboration avec Claude Vincent
  • 1957 : La Nuit des Rois de Shakespeare (Théâtre du Vieux-Colombier) en collaboration avec Nicole Anouilh
  • 1962 : L'Amant complaisant de Graham Greene en collaboration avec Nicole Anouilh
  • 1963 : Victor ou les Enfants au pouvoir de Roger Vitrac
  • 1965 : Richard III de Shakespeare (Montparnasse)
  • 1966 : L'Ordalie ou la Petite Catherine de Heilbronn de Heinrich von Kleist (Théâtre Montparnasse)


L'œuvre littéraire de Jean Anouilh comprend un recueil de fables, quelques récits, plusieurs livrets d'opéra ainsi que de nombreux scénarios et adaptations cinématographiques et télévisuelles.

Il est le créateur de la revue La Nouvelle Saison avec Jean-Louis Barrault et René Barjavel en 1939.



  • Fables (1962). Anouilh y reprend notamment La Cigale et la Fourmi de Jean de la Fontaine sous le titre La Cigale, mais en renversant le sens.
  • La vicomtesse d'Eristal n'a pas reçu son balai mécanique (1987) - Autobiographie
  • En marge du théâtre (2000), recueil d'articles, de préfaces et de présentations de ses œuvres théâtrales sous la direction d'Efrin Knight.


  • 1937 : Le Gagnant, court-métrage d'Yves Allégret (dialogues)
  • 1937 : Vous n'avez rien a déclarer ? de Léo Joannon (dialogues avec Yves Allégret, Jean Aurenche, Maurice Hennequin et Pierre Veber)
  • 1937 : Les Dégourdis de la onzième de Christian-Jaque (dialogues avec Jean Aurenche et René Pujol)
  • 1937 : La Citadelle du silence de Marcel L'Herbier (dialogues)
  • 1939 : Les Otages de Raymond Bernard (scénario et dialogues avec Leo Mittler et Victor Trivas)
  • 1940 : Cavalcade d'amour de Raymond Bernard (scénario et dialogues avec Jean Aurenche)
  • 1944 : Marie-Martine de Albert Valentin (scénario avec Jacques Viot)
  • 1944 : Le Voyageur sans bagage de Jean Anouilh (scénario et dialogues avec Jean Aurenche)
  • 1947 : Monsieur Vincent de Maurice Cloche (scénario, adaptation et dialogues avec Jean Bernard-Luc)
  • 1948 : Anna Karénine de Julien Duvivier (scénario, adaptation et dialogues avec Julien Duvivier et Guy Morgan)
  • 1949 : Pattes blanches de Jean Grémillon (scénario et dialogues avec Jean Bernard-Luc)
  • 1951 : Caroline chérie de Richard Pottier (scénario et dialogues)
  • 1951 : Deux sous de violettes de Jean Anouilh (adaptation et dialogues avec Monelle Valentin)
  • 1952 : Le Rideau rouge ou Ce soir, on joue Macbeth d'André Barsacq (scénario et dialogues avec André Barsacq)
  • 1953 : Un caprice de Caroline chérie de Jean-Devaivre (scénario, adaptation et dialogues avec Cécil Saint-Laurent)
  • 1954 : Le Chevalier de la nuit de Robert Darène (scénario et dialogues)
  • 1961 : La Mort de Belle d'Édouard Molinaro (adaptation et dialogues)
  • 1964 : La Ronde de Roger Vadim (adaptation et dialogues)
  • 1965 : Piège pour Cendrillon d'André Cayatte (dialogues avec André Cayatte et Sébastien Japrisot)
  • 1972 : Time for Loving de Christopher Miles (scénario)
  • 1976 : Le Jeune Homme et le Lion (TV) de Jean Delannoy (scénario)
Sources : IMDB / B.I.F.I.



  • 1953 : Le Loup, ballet de Henri Dutilleux, argument de Jean Anouilh et Georges Neveux, chorégraphie de Roland Petit, créé au théâtre de l'Empire en mars 1953 ;
  • 1961 : Colombe, « comédie lyrique » en quatre actes et 6 tableaux de Jean-Michel Damase, livret de Jean Anouilh d'après sa pièce, créée le 5 mai 1961 à l'Opéra de Bordeaux avec Maria Murano, dans une mise en scène de Roger Lalande, décors et des costumes de Jean-Denis Malclès ;
  • 1970 : Madame de..., « comédie musicale » en deux actes de Jean-Michel Damase, livret de Jean Anouilh, créée le 26 avril 1970 à l'Opéra de Monte-Carlo avec Suzanne Sarroca dans une mise en scène d'André Barsacq ;
  • 1971 : Eurydice, « drame lyrique » en 3 actes de Jean-Michel Damase, livret de Jean Anouilh d'après sa pièce, créé en 1971 dans le cadre du Festival de mai de Bordeaux puis repris l'année suivante à l'Opéra de Bordeaux ;
  • 1999 : Antigone, opéra en deux actes de Míkis Theodorákis, livret du compositeur d'après la pièce de Jean Anouilh, créé le 7 octobre 1999 à Athènes.


  • Toute l'œuvre d'Anouilh est publiée aux éditions de la Table ronde[9] ; la majeure partie (mais non l'intégrale) de son théâtre est disponible dans la Bibliothèque de la Pléiade[10], les pièces séparées en Folio (éditions Gallimard).




  1. Les Gens du cinéma
  2. Les Gens du cinéma
  3. Notamment dans La Foire d'empoigne (1962).
  4. Date de la première publication des Pièces roses et Pièces noires.
  5. Seuls des fragments sont publiés, repris en 1972 dans Tu étais si gentil quand tu étais petit.
  6. Titres successifs : Léonora et les Maquereaux puis Léonora et les Ruffians
  7. Vive Henri IV ! ou la Galigaï : Drame historique ? par Marie Vožová
  8. 1re publication : 1942 (Le Bal des voleurs, Léocadia et Le Rendez-vous de Senlis). 2e publication : 1958 (+ Humulus le muet).
  9. Liste des livres
  10. 2 tomes, 2007 (ISBN 9782070115877) et (ISBN 9782070115884)

Informations générales

Biographie relatives