Biographie de Jean-Baptiste du Plessis d'Argentré

Voir son actualité

Jean Baptiste du Plessis d'Argentré, évêque de Sées, né le 1er novembre 1720.



Les du Plessis d'Argentré sont une famille d'ancienne noblesse bretonne, admise aux honneurs du Louvre en 1774, qui tire son origine et son nom de la terre du Plessis en Argentré-du-Plessis.



Il commença ses études au collège de Laval, les termina à Paris, au Collège du Plessis, fit sa philosophie et sa théologie à Saint-Sulpice de Paris, se fit recevoir licencié en droit, et fut choisi pour vicaire général par l'évêque de Limoges, son parent. Il était commandeur des ordres de Saint-Lazare et Mont-Carmel. Lecteur des Enfants de France en 1759, puis premier aumônier du comte de Provence, il fut nommé abbé d'Evron par bulles du 2 décembre 1771, et prit possession par procureur le 4 février 1772. Le 12 du même mois, il donnait à l'évêque du Mans, Louis-André de Grimaldi pouvoir de disposer des bénéfices de son abbaye. Le 13 octobre 1774, il nommait avec sa nièce la grosse cloche d'Évron. Il avait été consacré évêque in partibus de Tagaste le 20 mars 1774, et nommé à l'évêché de Sées l'année suivante.

Pourvu des abbayes de Saint-Germain d'Auxerre et de Saint-Aubin d'Angers, il se démit de celle d'Evron au mois d'août 1782. Il dépensa libéralement le revenu de ses riches bénéfices, fit d'abondantes aumônes, construisit l'évêché de Sées, fit travailler à la cathédrale.

Fermement opposé à la constitution civile du clergé, il s'exila et mourut à Munster le 24 février 1805, âgé de 85 ans. Ses ossements ont été rapportés dans sa cathédrale de Sées en 1875.



« Jean-Baptiste du Plessis d'Argentré », dans Alphonse-Victor Angot, Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Goupil, 1900-1910 [détail édition]