Biographie de Jiang Zemin

Voir son actualité

fermer

Coopération

Libre-échange et droit humains Suisse-Chine: Schneider-Ammann ...
Coopération
Ce vendredi, Berne sera peut-être le théâtre d'une manifestation pro-tibétaine (les autorités voudraient en épargner la Place fédérale). En 1999 déjà, la visite de l'ex-président Jiang Zemin est mouvementée. Ruth Dreifuss est alors notre présidente. La ...

et plus encore »



Giorgio Napolitano: la génération des irremplaçables
Le Courrier de Russie
Fidel Castro aura 87 ans cette année – formellement retraité et, en pratique, le principal appui du régime cubain contemporain – de même que Jiang Zemin, ex-président de la République populaire de Chine. C'est l'âge de l'ancien président français ...




Le Temps (Abonnement)

L'apparatchik libéral
Le Temps (Abonnement)
Au terme d'un 18e Congrès du Parti communiste, l'automne dernier, qui a vu triompher le «parti des princes» (les fils de révolutionnaires) et le retour d'une vieille garde emmenée par Jiang Zemin, Li Keqiang est le seul membre du Comité permanent du ...




La Suisse, vache à lait chinoise
lalibre.be
Et il faudra attendre mars 1999 et Jiang Zemin pour qu'un chef d'Etat chinois effectue une visite officielle en Suisse. Au moins ne suivit-on pas, à Berne, le boycott du régime communiste chinois décrété dans les autres capitales européennes en ...




Libération

Tapis rouge à Berne pour le Premier ministre chinois
Libération
A l'époque, le président chinois Jiang Zemin, en visite à Berne, avait été sifflé par des militants, provoquant de vives protestations de la délégation chinoise. Après la Suisse, M. Li Kepiang se rendra samedi en Allemagne. Tweeter · Envoyer · Abonnez ...
Suisse-Chine: imposant dispositif policier devant le Palais fédéralBluewin
Le Premier ministre chinois en visite20 minutes.ch

80 autres articles »



La visite officielle de François Hollande en Chine a poussé les ...
Centre d'Informations Internet de Chine
En 1997, le président chinois Jiang Zemin et le président français Jacques Chirac ont signé un communiqué conjoint sino-français, annonçant la mise en place d'un partenariat global tourné vers le 21ème siècle. En 2004, le président chinois Hu Jintao et ...




Le PC chinois renforce l'éducation politique des jeunes professurs d ...
Le Nouvel Observateur
Les cours de formation idéologique consistent généralement à étudier les oeuvres de Mao Tsé-toung, Deng Xiaoping et Jiang Zemin ainsi que le manuel d'histoire officielle du PCC. PARTAGER. RÉAGIR0 · Abonnez-vous au. Nouvel Observateur. Education ...




Un sommet pas comme les autres à Sunnylands
LaPresse.ca
Son prédécesseur avait notamment accueilli Jiang Zemin à son ranch de Crawford, au Texas, en 2002. Mais cette rencontre était intervenue à la fin de la présidence de Jiang et n'avait donné lieu qu'à une heure d'échanges entre les deux hommes.

et plus encore »



Xi Jinping shows interest in reviving ties with America. How far is he ...
The Economist
Before Mr Hu, Jiang Zemin pressed for, and eventually secured, an informal summit with George W. Bush at his ranch in Crawford, Texas. But that meeting in 2002 was much briefer, and Mr Jiang was just days away from stepping down. For the newly ...

et plus encore »



Wall Street Journal

Cybersecurity at Forefront of US-China Summit
Wall Street Journal
1979 Deng Xiaoping, following normalization of relations, famously dons a cowboy hat at a Texas rodeo—and set the tone for a decade of warming ties. 1997 Arrival of President Jiang Zemin, at invitation of Bill Clinton, formalizes a thaw in ties eight ...
Protesters prepare for presidential meetingsKESQ
It's 110 degrees, but anti-Xi protesters gather in Rancho MirageLos Angeles Times
Falun Gong, Tibetan Liberation Advocates To Protest Outside ...CBS Local
Brookings Institution -Christian Science Monitor -TIME
1 430 autres articles »

Jiāng Zémín (chinois simplifié 江泽民, chinois traditionnel 江澤民), né le 17 août 1926, est un homme d'État chinois, qui a été président de la République populaire de Chine entre 1993 et 2003.

Originaire de la province côtière du Jiangsu, il fait des études d'ingénieur en électricité à l'Université Jiaotong de Shanghai. Il adhère au Parti communiste chinois (PCC) en 1946 tout en poursuivant une carrière d'ingénieur et de dirigeant technique. Sa percée au sein de l'appareil du Parti est tardive : il est vice-président de la Commission pour les investissements étrangers de 1980 à 1982 et successivement vice-ministre puis ministre de l'Industrie électronique.

En 1985, il devient maire de Shanghai puis, en 1987, secrétaire général du Comité du PCC de la ville. La même année, lors du XIII{e} Congrès, il entre au bureau politique du Comité central. En juin 1989, il succède à Zhao Ziyang comme secrétaire général du PCC, mais ce poste est bien moins important sur le plan politique qu'en Union soviétique.

Jiang Zemin soutient la répression des manifestations de la place Tian'anmen en 1989, ce qui lui vaut l'admiration de Deng Xiaoping. Ce dernier, qui n'a plus de fonction réelle, reste néanmoins l'homme fort du pays. Il confie alors à Jiang Zemin les postes de secrétaire général du Parti communiste chinois et de président de la Commission militaire, les postes les plus importants en Chine communiste.

Jiang Zemin, qui menait jusque là une carrière discrète, devient brusquement l'homme fort du pays. En 1993, il accède au poste de Président de l'État et concentre tous les pouvoirs. Deng Xiaoping étant toujours vivant, Jiang Zemin continue la politique d'ouverture et de réformes de son prédécesseur. Sous ses mandats, il assiste à la rétrocession de Hong-Kong et de Macao. Son désir était de récupérer aussi Taïwan.

En 1998, Jiang Zemin interdit en tant que chef du Parti le renouvellement des mandats des responsables actuels, ce qui entraîne également sa retraite pour 2003, date à laquelle il remet ses attributions de Secrétaire général du Parti et de Président de l'État à Hu Jintao, son Vice-Président de l'État, qui a été élu par l'Assemblée nationale populaire.

Comme son prédécesseur, Jiang Zemin a choisi de partir en douceur tout en surveillant son successeur. C'est ce qui explique qu'il ait conservé la présidence de la Commission militaire centrale jusqu'en 2004. En outre, avant de passer le relais, il a nommé plusieurs de ses proches, appartenant à « la bande de Shanghai », à des postes importants dans les institutions politiques et militaires chinoises. Un argument supplémentaire, avec sa personnalité et son expérience, pour conserver encore une influence dans les décisions du Parti et de l'État.



Le 11 janvier 2006, la Cour suprême d'Espagne a annoncé qu'elle allait instruire une enquête concernant l'implication de sept anciens dirigeants chinois, entre autres l'ancien président Jiang Zemin et l'ancien Premier ministre Li Peng, dans un génocide au Tibet. Cette instruction est la conséquence d'un arrêté de la Cour constitutionnelle espagnole du 26 décembre 2005 qui autorise le traitement des plaintes pour génocides, même si elles n'impliquent pas de nationaux espagnols[1].





  • Histoire de la République populaire de Chine