Biographie de Jo Moutet

Voir son actualité

Compositeur, chef d'orchestre et arrangeur français, né à Montaigu-le-Blin (Allier) en 1926, décédé le 8 mars 2002.



Fils de musiciens qui se produisent dans les bals, le père à la clarinette et à l'accordéon, la mère au piano et au chant, il obtient à l'âge de 12 ans le 1er Prix International d'accordéon qu'il a commencé à apprendre avec son père dès l'âge de 5 ans en même temps que le piano.

Conscient de ses lacunes de musicien autodidacte, le père confie le petit Joseph au maître Jacques Mandel, israélite venu, pendant la guerre, se réfugier dans leur petit village de Montaigu-le-Blin dans l'Allier. Avec discipline , il étudie quotidiennement le piano pendant quatre ans, et c'est ainsi que le petit Jo entre au Conservatoire de Lyon où il obtient, trois ans après, à 17 ans, le premier prix à l'unanimité.

Il suit la voie de ses parents,en animant à l'accordéon des bals populaires. Il enregistrera d'ailleurs des disques d'accordéon sous les pseudonymes de Gaston Temporel et Jo l'Auvergnat.

Il monte à Paris et rencontre Roger Nicolas qui lui confie, au théâtre l'Européen, la direction orchestrale de Baratin, une opérette qui tiendra l'affiche pendant trois ans . Il sera durant plusieurs années l'accompagnateur de Lily Fayol, et il créera un ballet avec Charles Aznavour.

Il accompagne également, entre autres vedettes, Caterina Valente, Antoine, Jacques Dutronc, Alice Dona, Georges Jouvin… Il rencontre Maurice Tézé, lanceur entre autres de Sacha Distel et de Gloria Lasso, qui l'installe dans la tâche d'arrangeur, que sollicitent Charles Aznavour, Dario Moreno, Line Renaud, Maurice Chevalier, André Bourvil…

Il forme le groupe JMS, composé de quatre chanteurs et quatre chanteuses (Nuage de Django Reinhardt est un de leurs enregistrements). Il crée et dirige un orchestre, qui enregistre, entre autres, la musique du film La Strada. Il tâte aussi de la chansonnette et Pathé l'invite à chanter et enregistre, par exemple, la Vie mondaine.

Sa rencontre avec Georges Guétary en 1956, est déterminante. Il deviendra son accompagnateur favori et il composera pour lui jusqu'en 1997. Cela ne l'empêche d'écrire pour Édith Piaf (dont Jerusalem, qu'a également enregistré Danielle Darrieux, avec laquelle il enregistra plusieurs 33 tours).

On le trouve aussi au générique de films ou de feuilletons télévisés, dont il compose la musique. Il crée le Charimari en 1981, comédie musicale de Pierrette Bruno dans laquelle apparaissent, Micheline Boudet, Pierre Tornade et un jeune inconnu : Patrick Bruel.

Il ne cesse de composer musiques et arrangements pour André Verchuren ou Aimable, et parallèlement est élu administrateur à la SACEM, où il côtoie Pierre Delanoë, Jacques Demarny, Georges Jouvin, Claude Lemesle, Louis Amade, Jean-Christophe Averty, Gérard Calvi

En 1966, il écrit une opérette avec Marc Cab pour le livret, S.O.6. un pastiche sur les James Bond 007 et autres espions présents sur les écrans. Roger Nicolas en sera le principal interprète, avec Jenny Astruc, le jeune premier de la chanson : Jean-Paul Mauric, et une petite débutante : Géraldine ... Cette opérette sera jouée durant toute l'année 1967 au Théâtre du Marais (ex-Concert PACRA) puis en janvier, février Mars au Théâtre des Variétés à Paris. Deux 45 tours EP quatre titres seront extraits du spectacle sous la direction musicale de Jo Moutet, un pour Roger Nicolas sous label Barclay, et un pour Jean-Paul Mauric sous label Ducretet-Thomson (EMI). Jean-Paul Mauric avait déjà enregistré un grand succès de Jo Moutet : Belle Isabelle sous label Festival en 1961.