Biographie de Julien Green

Voir son actualité

Julien Green, né Julian Hartridge Green (6 septembre 1900 à Paris - 13 août 1998 à Paris), est un écrivain américain de langue française.



Après la mort de sa mère, une protestante pieuse, il se convertit au catholicisme en 1916, à la suite de son père et de plusieurs de ses sœurs. Agé de 17 ans, Julien Green tente de s'engager dans le Service des ambulances de l'armée américaine, dont il est chassé lorsqu'on découvre son âge. Il parvient cependant à rejoindre les rangs de la Croix-Rouge Américaine, puis est détaché dans l’artillerie française en 1918, en tant que sous-lieutenant. Démobilisé en mars 1919, il se rend pour la première fois aux États-Unis en septembre 1919 et effectue trois ans d'études à l’Université de Virginie, où il écrit son premier livre en anglais.

Toute l'œuvre de Green, qui fut profondément marquée tant par son homosexualité que par sa foi catholique, est dominée par la question du bien et du mal, et de la sexualité. À côté d'un grand nombre de romans, il rédigea aussi un journal[1] en 18 tomes entre 1926 et 1998. Son livre Si j'étais vous a inspiré la psychanalyste Melanie Klein.

Il fut le premier non-français élu à l'Académie française le 3 juin 1971, au fauteuil 22, succédant à François Mauriac. Sa réception officielle eut lieu le 16 novembre 1972.

Selon Éric Jourdan, en 1994, Green avait décidé de déménager pour aller vivre à Forlì, en Italie, dans une maison qui avait appartenu à Caterina Sforza, mais sa santé fragile ne lui permit pas de mettre ce projet à execution.

Il se déclara démissionnaire de l'Académie en 1996, mais celle-ci ne lui choisit aucun successeur avant sa disparition en 1998. Il n'a jamais possédé la nationalité française : Pompidou la lui avait proposée en 1972 après son élection à l'Académie, mais il l'a déclinée. Il fut enterré le 21 août 1998 à Klagenfurt (Autriche) dans l'église St. Egid. Ému par une statue ancienne de la Vierge Marie lors d'une visite en 1990, l'écrivain souhaitait d'être inhumé dans une des chapelles de l'église. Julien Green est le père adoptif de l'écrivain Éric Jourdan qui lui resta filialement fidèle jusqu'à sa mort.

L'ensemble de son œuvre a été récompensée par de multiples prix :

  • Le Prix Prince-Pierre-de-Monaco, en 1951.
  • Le Grand Prix national des Lettres, en 1966.
  • Le Grand Prix de Littérature de l'Académie française, en 1970.
  • Le Grand Prix de littérature de Pologne, en 1988.
  • Le Prix Cavour, grand prix de littérature italien, en 1991.


  • Pamphlet contre les catholiques de France, (sous le pseudonyme de Théophile Delaporte), impr. de Darantière, Dijon, 1924.
  • Mont-Cinère (roman), Plon-Nourrit et Cie, Paris, 1926.
  • Adrienne Mesurat (roman), Plon, Paris, 1927.
  • Les clefs de la mort, La Pléiade, Paris, 1927.
  • Suite anglaise, Les Cahiers de Paris, Paris, 1927.
  • Le Voyageur sur la terre, éditions de la Nouvelle Revue française, Paris, 1927.
  • Léviathan (roman), Plon, Paris, 1929.
  • L'Autre sommeil (roman), Gallimard, Paris, 1931.
  • Épaves (roman), Plon, Paris, 1932.
  • Le Visionnaire (roman), Plon, Paris, 1934.
  • Minuit (roman), Plon, Paris, 1936.
  • Les années faciles (1928-1934) (journal I), Plon, Paris, 1938.
  • Derniers beaux jours (1935-1939) (journal II), Plon, Paris, 1939.
  • Varouna (roman), Plon, Paris, 1940.
  • Memories of Happy Days ("Souvenirs des jours heureux"), en anglais, 1942
  • Devant la porte sombre (1940-1943) (journal III), Plon, Paris, 1946.
  • Si j'étais vous (roman), Plon, Paris, 1947.
  • L'œil de l'ouragan (1943-1945) (journal IV), Plon, Paris, 1949.
  • Moïra (roman), Plon, Paris, 1950.
  • Le revenant (1946-1950) (journal V), Plon, Paris, 1951.
  • Sud (théâtre), Théâtre de l'Athénée, Paris, 1953.
  • L'Ennemi (théâtre), Théâtre des Bouffes-Parisiens, Paris, 1954.
  • Le miroir intérieur (1950-1954) (journal VI), Plon, Paris, 1955.
  • Le Malfaiteur (roman), Plon, Paris, 1956.
  • L'Ombre (théâtre), Théâtre Antoine, Paris, 1956.
  • Le bel aujourd'hui (1955-1958) (journal VII), Plon, Paris, 1958.
  • Chaque homme dans sa nuit (roman), Plon, Paris, 1960.
  • Partir avant le jour (autobiographie, 1900-1916), Grasset, Paris, 1963.
  • Mille chemins ouverts (autobiographie, 1916-1919), Grasset, Paris, 1964.
  • Terre lointaine (autobiographie, 1919-1922), Grasset, Paris, 1966.
  • Vers l'invisible (1958-1967) (journal VIII), Plon, Paris, 1967.
  • L'autre (roman), Plon, Paris, 1971.
  • Ce qui reste du jour (1966-1972) (journal IX), Plon, Paris, 1972.
  • Jeunesse (autobiographie), Plon, Paris, 1974.
  • La Nuit des fantômes, Plon, Paris, 1976.
  • La bouteille à la mer (1972-1976) (journal X), Plon, Paris, 1976.
  • Le Mauvais lieu (roman), Plon, Paris, 1977.
  • Ce qu'il faut d'amour à l'homme (essai), Plon, Paris, 1978.
  • Demain n'existe pas (théâtre), 1979.
  • La Terre est si belle... (1976-1978) (journal XI), Le Seuil, Paris, 1982.
  • Frère François, Le Seuil, Paris, 1983.
  • La lumière du monde (1978-1981) (journal XII), Le Seuil, Paris, 1983.
  • Le Langage et son double, Editions de la Différence, Paris, 1985.
  • Villes, Editions de la Différence, Paris, 1985.
  • Jeunes années, autobiographie en 4 volumes, 1985.
  • Les Pays lointains (roman, Dixie I), Le Seuil, Paris, 1987.
  • L'arc-en-ciel (1981-1984) (journal XIII), Le Seuil, Paris, 1988.
  • Les Étoiles du Sud (roman, Dixie II), Le Seuil, Paris, 1989.
  • Liberté chérie, Le Seuil, Paris, 1989.
  • Paris, Le Seuil, Paris, 1989.
  • L'expatrié (1984-1990) (journal XIV), Le Seuil, Paris, 1990.
  • L'homme et son ombre, Le Seuil, Paris, 1991.
  • Ralph et la quatrième dimension, Flammarion, Paris, 1991.
  • L'avenir n'est à personne (1990-1992) (journal XV), Fayard, Paris, 1993.
  • On est si sérieux quand on a 19 ans (journal 1919-1924), Fayard, Paris, 1993.
  • Dixie (roman, Dixie III), Le Seuil, Paris, 1994.
  • Pourquoi suis-je moi ? (1993-1996) (journal XVI), Fayard, Paris, 1996.
  • Dionysos ou La chasse aventureuse : poème en prose, Fayard, Paris, 1997.
  • Jeunesse immortelle (essai), Gallimard, Paris, 1998.
  • En avant par-dessus les tombes (1996-1997) (journal XVII), Fayard, Paris, 2001.
  • Le Grand Large du soir (1997-1998) (journal XVIII), Flammarion, Paris, 2006.
  • Souvenirs des jours heureux, Flammarion, Paris, 2007.
  • L'inconnu et autres récits, Fayard, Paris, 2008.


  • Carole Auroy, Julien Green, le miroir en éclats : étude sur l'autobiographie, les éditions du Cerf, Paris, 2000.
  • Philippe Derivière, Julien Green, les chemins de l'errance, Talus d'approche, Paris, 1994.
  • Marc Eigeldinger, Julien Green et la tentation de l'irréel, Éditions des Portes de France, Paris, 1947.
  • Yves Floucat, Julien Green et Jacques Maritain. L'amour du vrai et la fidélité du cœur, Paris, Éditions Pierre Téqui, 1997.
  • Jean-Claude Joye, Julien Green et le monde de la fatalité, Arnaud Druck, Berne, 1964.
  • Mélanie Klein, "L'identification" (Sur un roman de Julien Green : Si j'étais vous). in "Envie et gratitude". Paris, Gallimard-Tel, 1978, ISBN 2070297802
  • Michael O'Dwyer, Julien Green: A Critical Study, Four Courts Press, Dublin, 1997, ISBN 1851822755
  • Annette Tamuly, Julien Green à la recherche du réel : approche phénoménologique, Naaman, Sherbrooke (Canada), 1976.
  • Wolfgang Matz, Julien Green, le siècle et son ombre. Traduit de l'allemand. Gallimard-Arcanes, 1998.
  • Louis-Henri Parias, Julien Green, corps et âme. Fayard, 1994
  • Valérie Catelain, Julien Green et la voie initiatique. Le Cri, 2005.
  • Anne Green, Mes jours évanouis, Le livre de poche.


  1. Les cahiers manuscrits sur lesquels il tenait son journal ont été confiés à une fondation américaine dont le nom n'est pas connu. Ce texte non expurgé, au contraire du texte publié, ne sera accessible qu'en 2048.





Informations générales

Biographie relatives