Biographie de Louis Bernard

Voir son actualité

Louis Bernard, M.A. (1937, Montréal, Québec - ) a été haut-fonctionnaire québécois et un cadre dans une banque. Il effectue maintenant des mandats pour la fonction publique québécoise.

Le 15 juin 2005, il a annoncé son intention d'entrer dans la course au leadership du Parti québécois pour remplacer Bernard Landry, le chef démissionnaire.

Lors de cette course, il a affirmé le 17 août 2005 que sa première intention, s'il entrait au pouvoir, serait de tenir un réferendum le plus vite possible : « Je ne veux pas gouverner la province de Québec, mais gouverner un Québec indépendant ».



Il détient une maîtrise en droit de l'Université de Montréal et un doctorat en droit administratif de l'Université de Londres.

C'est en 1964 qu'il intègre la fonction publique québécoise. Il était le chef de cabinet de René Lévesque lorsque ce dernier a pris le pouvoir au Québec en 1976. De 1978 à 1985, et de 1994 à 1995, il est secrétaire général du Conseil exécutif. En 1985, il a présidé à la création de l'Ordre national du Québec. Il a aussi participé à la réforme de la Loi électorale du Québec, tout comme à l'élaboration de la Loi régissant le financement des partis politiques.

En 1987, il quitte la fonction publique québécoise pour occuper un poste à la Banque Laurentienne du Canada, poste qu'il occupera pendant 11 ans.

En 1980, lors d'un feu qui a détruite toute sa maison, il a reçu des brulures importantes sur son visage. Les cicatrices sont toujours visibles dans les photos d'aujourd'hui.

Il est ensuite consultant pour les questions touchant à la fonction publique. À ce titre, il a piloté le dossier, explosif, des fusions municipales et celui du financement du transport en commun. Il était l'un des négociateurs qui a permis au Québec de signer l'approche commune avec les Innus.

En 2000, Louis Bernard est nommé Officier de l'Ordre national du Québec.

Depuis qu'il a annoncé sa candidature pour le poste de chef du Parti québécois, il a reçu l'appui du député péquiste Camil Bouchard, des députés bloquistes Yvan Loubier, Francine Lalonde Nicole Demers et Serge Ménard, et des anciens députés Richard Guay, Robert Burns et Lucien Lessard.

Le 28 juillet 2005, il a obtenu le nombre de voix nécessaire pour que sa candidature soit officiellement retenue (Élection à la direction du Parti québécois, 2005). Le 15 novembre 2005, il perd finalement l'élection avec 5,49% soit la 4e position avec 5775 votes alors que André Boisclair est élu avec une majorité de 53,68%.





  • Parti québécois
  • Élection à la direction du Parti québécois, 2005