Biographie de Louis-Sébastien Mercier

Voir son actualité

Louis-Sébastien Mercier, né le 6 juin 1740 à Paris où il est mort le 25 avril 1814, est un écrivain, dramaturge, publiciste français

Auteur prolifique, l’un des hommes dont la vie littéraire a été la plus active, Louis-Sébastien Mercier, qui s’appelait lui-même « le plus grand livrier de France », est surtout connu pour son Tableau de Paris et l’An 2440, publiés avant la Révolution. Il est également l’auteur de cinquante pièces de théâtre et de nombreux essais critiques.



Issu d’une famille de la petite bourgeoisie, Mercier naquit le 6 juin 1740 à Paris, quai de l'École, entre le Pont Neuf et le Louvre, où son père, Jean-Louis Mercier, tenait boutique de marchand fourbisseur, et baptisé deux jours plus tard en l'église Saint-Germain l'Auxerrois. Originaire de Metz et veuf d'une première femme, Claude Galloy, Jean-Louis Mercier signa le 24 août 1739 un contrat de mariage avec Élisabeth Andrée Le Pas, fille de feu Martin Le Pas, maître maçon. Un cadet, Charles André, qui devait plus tard tenir l'hôtel des Trois-Villes, rue de Tournon, vit le jour en 1741. Un troisième enfant, Jean-Baptiste, mourut au berceau. Sa mère mourut à son tour le 30 juillet 1743, et Jean-Louis Mercier se remaria avec Charlotte Spol, qui lui donna une fille, Anne Charlotte[1],[2].

Après avoir appris quelques rudiments de latin d'un maître de pension, il entra comme élève externe au collège des Quatre-Nations en 1749. Ayant découvert en 1757 le Théâtre-Français[1],[2], son goût pour le théâtre et les romans, ainsi que son amitié avec Crébillon fils, le décidèrent vers 1765, à vivre de sa plume. Il publia d’abord des héroïdes qui n’eurent point de succès, ce qui contribua sans doute à lui faire entreprendre plus tard une campagne contre les ouvrages en vers. Il écrivit alors quelques essais critiques sur le milieu littéraire et des récits.

En février 1763, alors qu'il n'était pas maître ès-arts, il fut nommé régent de cinquième au collège de la Madeleine, à Bordeaux, avec mille livres d'appointements, après l'expulsion des Jésuites, prononcé par un arrêt du Parlement de Bordeaux le 26 mai 1762. Ses obligations lui laissèrent assez de loisirs pour écrire des vers, publiés dans L'Iris de Guyenne. Ayant quitté cette place, il revint à Paris et forma en 1765 le projet de se rendre en Russie. Toutefois, son passeport lui fut refusé, et une visite au duc de Choiseul n'y changea rien[1],[2]. Il fit des romans et des traductions qui restèrent dans l’obscurité, et il ne commença a acquérir quelque réputation que par des drames imités en partie de l’anglais et de l’allemand. Le Théâtre-Français ayant ajourné la représentation d’une de ses pièces, intitulée Natalie, il rédigea un factum, à la suite duquel ses entrées lui furent retirées. Il poursuivit alors les comédiens devant les tribunaux et, pour soutenir lui-même sa cause, se fit recevoir avocat. Ses adversaires trouvant le moyen d’entraver la procédure, le procès n’aboutit pas et Mercier dut faire imprimer ses pièces qui furent alors pour la plupart jouées en province et avec succès ; elles revinrent ensuite au Théâtre-Italien, où quelques-unes d’entre elles obtinrent une grande vogue.

En 1781, Mercier commença la publication, sans nom d’auteur, des deux premiers volumes de son Tableau de Paris, document irremplaçable et témoignage pittoresque sur les mœurs de l’époque. Quelques personnes ayant été inquiétées à ce sujet par la police, il alla se déclarer lui-même au lieutenant général Lenoir, puis il quitta Paris le 17 juin et se réfugia dans la principauté de Neuchâtel, en Suisse, où il arriva le 19 juillet et séjourna, de crainte d’être poursuivi en justice, de 1781 à 1785. D'abord installé chez Samuel Fauche, il se brouilla avec lui à la fin d'août 1781. En septembre, il signa un traité avec la Société typographique de Neuchâtel, qui prépara l'impression d'une seconde édition du Tableau de Paris[2]. Mercier y travailla à son Tableau, dont les derniers volumes furent publiés en 1788, et qui comptèrent finalement plus de mille chapitres en douze volumes. Dans l’intervalle, il fit encore paraître plusieurs ouvrages dramatiques et politiques, entre autres Mon bonnet de nuit, et Mon bonnet du matin, ouvrages dirigés principalement contre la littérature ancienne et contre les écrivains français du XVIIe siècle.

Malade, il entreprit après son rétablissement un voyage qui le conduisit à Paris en 1782, avant de retrouver la Suisse en novembre. Reçu le 31 mai 1783 dans la Compagnie des mousquetaires, société neuchâteloise, il séjourna durant l'année à Genève et Lausanne, visita Berne, Lucerne, Soleure et Zurich[2].

En 1770, la publication de l’uchronie, l’An 2440 (Amsterdam, 1770, in-8°, 1786, 3 vol. in-8°), est la réalisation des utopies que rêvait l’imagination de Mercier en éducation, en morale et en politique. On reconnut de la verve dans cet ouvrage d’anticipation, mais on le traita de folie ; et cependant la Révolution vint bientôt réaliser plusieurs des prophéties de Mercier.

Il publia ensuite de nombreuses pièces de théâtre, drames historiques ou bourgeois, dont quelques-unes eurent un certain succès, notamment provincial. Dès lors, ses essais se firent plus polémiques.

De retour à Paris fin 1785 ou début 1786, Mercier collabora, au commencement de la Révolution, à plusieurs journaux, le Spectacle national, la Tribune des hommes libres ou La Sentinelle de Jean-Baptiste Louvet de Couvray. En octobre 1789, il fonda avec Jean-Louis Carra les Annales patriotiques, destinées à propager les idées révolutionnaires, qu'il rédigea jusqu'en 1791.

Bientôt, rompant avec les Jacobins, il ne craignit pas de les attaquer dans la feuille girondine la Chronique du mois éditée par le Cercle social.

En 1792, il se mit en ménage avec Louise Marie Anne Machard (née le 18 juillet 1768), dont il eut une fille, Héloïse, en novembre. Élu à la Convention député de Seine-et-Oise le 14 septembre 1792, le 11e sur 14 par 423 voix sur 673 votants et député suppléant du Loiret, il siégea parmi les modérés et vota, lors du procès de Louis XVI en faveur de la détention, pour le sursis et contre l’appel au peuple. En avril, il vota pour la mise en accusation de Marat. Plus tard, Robespierre ayant comparé ses collègues aux Romains, Mercier l'interrompit en criant : « Non, vous n’êtes pas des Romains, vous êtes l’ignorance personnifiée ! » Une autre fois, en combattant la proposition qui avait été faite à l’assemblée de ne point traiter avec l’étranger tant qu’il aurait le pied sur le sol français, Mercier demanda à ses collègues : « Avez-vous fait un pacte avec la victoire ? » Bazire répondit : « Nous en avons fait un avec la mort. » Toutefois, élu au comité d'instruction, il s'y nmontra plus à l'aise qu'à la tribune.

Après le triomphe de la Montagne, Mercier protesta contre l’arrestation des Girondins et fut du nombre de ceux qui signèrent une protestation contre les actes de la journée du 31 mai 1793. Cette prise de position lui valut d’être arrêté le 3 octobre et incarcéré, avec soixante-douze de ses collègues, plus d’un an. Le 13 février 1794, cependant, naissait sa deuxième fille, Sébastienne. Rendu à la liberté après le 9-Thermidor, il reprit sa place dans l’assemblée le 18 frimaire an III (8 décembre 1794). Le 23 vendémiaire an IV (15 octobre 1795), il fut élu au Conseil des Cinq-Cents par les Côtes-du-Nord par 235 voix sur 369 votants et le Nord par 302 voix sur 561 votants. Optant pour le second département, il s’opposa au décret qui décernait les honneurs du Panthéon à Descartes, qu’il accusait d’erreurs et dont il avait pourtant publié un éloge dans sa jeunesse. Il s’emporta aussi contre Voltaire, qu’il accusa d’avoir détruit la morale. Enfin, dans une autre occasion, il fit le procès à la philosophie et s’éleva contre la diffusion de l’instruction dans les masses, ce qui lui valut le surnom de « singe de Jean-Jacques ». À partir de 1798, il se tint à l’écart de la politique.

Ces contradictions ne furent pas les seules de Mercier : alors qu’il avait écrit contre la loterie, lorsqu’elle fut rétablie, il accepta, en 1797, une place de contrôleur de cette administration. Il s’en tira par un mot spirituel : « Depuis quand, dit-il, n’est-il plus permis de vivre aux dépens de l’ennemi ? » Il avait également écrit des diatribes contre les cercles et les académies et n’en devint pas moins membre de la seconde classe de l’Institut (Sciences morales et politiques) lors de sa création. « Placé plus haut, disait-il, j’y vois mieux. » Lors de la réorganisation de l’Institut, en 1803, il fut placé dans la classe d’histoire et de littérature ancienne. Il disait que le premier consul l’y avait déporté.

En sortant du Conseil des Cinq Cents, le 20 mai 1797, il fut nommé professeur d’histoire aux écoles centrales. Il s’y occupa surtout de littérature et se plut à reproduire toutes les attaques qu’il avait dirigées autrefois contre les classiques. Locke, Condillac et leurs disciples devinrent aussi le sujet de ses attaques, appelant les idéologues les idiots rogues ou les idiologues. Les découvertes physiques ne lui inspiraient pas plus de respect : il attaqua même le système astronomique de Copernic et de Newton, prétendant que la Terre est ronde et plate et que le Soleil tourne autour de ce plateau comme un cheval de manège. Il dénigra aussi les arts, appelant les statues des poupées de marbre. Il aurait voulu supprimer jusqu’au nom des Raphaël, des Corrège, des Titien, dont les œuvres, prétendait-il, avaient été si pernicieuses pour les mœurs. Il attaqua, pour comble de paradoxe, le rossignol, à qui il dit : « Tais-toi, vilaine bête » et exalta la grenouille. Il sе mêla aussi de physiognomonie, et comme jaloux de la gloire de Lavater, il prétendait tout simplement que l’on pouvait arriver à la connaissance de l’homme par la seule inspection des pieds. Il avait imaginé une bibliothèque française, où il plaçait Marmontel et Letourneur, mais d’où il excluait Malebranche, les Provinciales et tout Bossuet, « dont l’Histoire universelle n’est qu’un squelette chronologique sans vie et sans couleur ». Il n’aimait pas non plus les livres reliés et, lorsqu’il en achetait qu’il n’avait pu se procurer autrement, il leur cassait le dos et en faisait des brochures en les dépouillant des cartons qui les protégeaient.

En 1800, Mercier donna une suite à son Tableau de Paris, le Nouveau Paris (Brunswick [Paris], 1800, 6 vol. in-12), un ouvrage qui présente des détails intéressants, mais peut-être pas toujours exacts, sur les mœurs de la Révolution. En 1801, Mercier fit paraître sa Néologie, vocabulaire de mots nouveaux ou à renouveler, dans lequel il s’élève contre le choix restreint des mots. « C’est la serpe académique, instrument de dommages, dit-il, qui a fait tomber nos antiques richesses ; et moi j’ai dit à tel mot enseveli : Lève-toi, et marche ! Quand Corneille s’est présenté à l’Académie avec son mot invaincu, on l’а mis à la porte. Mais moi, qui sais comment on doit traiter la sottise et la pédanterie, je marche avec une phalange de trois mille mots, infanterie, cavalerie, hussards. S’il y a beaucoup de morts et de blessés dans le combat, eh bien, j’ai une autre armée en réserve, je marche une seconde fois ; car je brûle de culbuter tous ces corps académiques qui n’ont servi qu’à rétrécir l’esprit de l’homme. » Toujours acharné après les poètes du XVIIe siècle, il conseillait aux littérateurs d’abandonner les vers pour la prose, dont la marche, plus libre, lui paraissait mieux se prêter aux inspirations poétiques. Il conseillait également aux écrivains de donner plus de liberté à la prose et de créer hardiment des mots nouveaux toutes les fois que ceux consacrés par l’usage leur paraîtraient insuffisante.

Constant dans ses opinions républicaines, Mercier manifesta peu de goût pour le régime impérial. « Je ressemble au sicambre Clovis, écrivait-il à Delisle de Sales, dans un moment de découragement ; aujourd’hui que mes rêves politiques se sont évanouis, je suis tenté de brûler ce que j’ai adoré, et d’adorer ce que j’ai brûlé. » Il admirait le génie de Napoléon ; mais il ne lui pardonna pas le 18 brumaire et l’Empire, et s’exprima plusieurs fois à ce sujet avec une liberté de langage qui lui valut les admonestations du ministre de la police Savary. C’est ainsi qu’il avait appelé l’empereur « un sabre organisé ». On raconte dans les Mémoires publiés sous le nom de l’acteur Fleury une altercation entre Mercier et Savary, dans laquelle le ministre menaça de faire mettre l’écrivain à Bicêtre, ce dont Mercier le défia. « Je ne vis plus que pour voir comment tout cela finira » dirait-il. Mercier vit effectivement la fin de l’Empire, mais il mourut quelques jours après le retour des Bourbons. Il avait encore fait partie de la députation de l’Institut qui alla complimenter le comte d’Artois. Marié le 9 février 1814 avec Louise Machard, acte par lequel il légitimait ses trois filles (Héloïse née en 1792, Sébastienne née en 1794 et Pauline née en 1796), Mercier déclara, lorsqu'il tomba malade, qu’il allait rendre son corps à la nature. Mort le 25 avril, il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

Les idées et le style de Mercier, esprit enthousiaste, original, ingénieux et féru de paradoxe, associent chaleur et violence, finesse et étrangetés, éloquence et emphase, vues justes et hypothèses discutables. L’ouvrage qui a le plus servi à maintenir sa réputation est son Tableau de Paris (Neuchâtel et Amsterdam, 1781-1790, 12 vol. in-8°), peinture des mœurs, des routines, où sont notés et stigmatisés les abus, les excès, les vices. C’est le XVIIIe siècle non des salons de la haute société ou des maisons de la bourgeoisie, que dépeint Mercier en moraliste et en observateur aigu, mais surtout du petit peuple sous toutes ses faces. Rivarol traita le Tableau de Paris d’« un ouvrage pensé dans la rue et écrit sur la borne; l’auteur a peint la cave et le grenier en sautant le salon. » Le succès en fut extraordinaire non seulement en France, mais aussi en Allemagne, où Mercier fut regardé comme un écrivain de premier ordre. Des éditions abrégées en furent publiées (Paris, 1853 ; 1862, 2 vol. in-18). Suivant Monselet « tout le dix-huitième siècle est contenu dans le Tableau de Paris, surtout le dix-huitième siècle de la rue ; il y a de tout, de tout ce qu’on ne voit pas ou tout ce qui fait détourner la tête. Aussi Mercier avait-il pour habitude de dire qu’il avait écrit avec ses jambes. » Mercier disait que Greuze et lui étaient deux grands peintres ; Greuze avait mis le drame dans la peinture, et lui la peinture dans le drame. « Indépendamment de mes pièces de théâtre, qui sont des peintures morales, ajoutait-il, j’ai fait le plus large tableau qui soit dans le monde.» Selon Ratisbonne, « l’ouvrage de Mercier ne méritait ni l’enthousiasme ni le mépris, ni le bruit ni l’oubli. L’observation, les traits fins y abondent ; malgré sa prolixité, il est intéressant et curieux à plus d’un titre. » Ce n’est pas un panorama pittoresque, tant s’en faut, et c’est plutôt le guide d’un moraliste que le vademecum d’un voyageur. L’archéologue et l’antiquaire y chercheraient vainement des documents […] ce n’est pas en historien, encore moins en architecte qu’il en parle, c’est en philosophe. Les mœurs, les coutumes, les contrastes, les extravagances, les excès, les abus, voilà l’inépuisable sujet que s’était proposé Mercier. »

Les principaux ouvrages dramatiques de Mercier, dans lesquels il tâcha de mettre en pratique ses idées sur le théâtre, sont : Jenneval, ou le Barnevelt français ; l’Habitant de la Guadeloupe ; la Brouette du vinaigrier ; le Déserteur ; l’Indigent ; la Maison de Molière ; Jean Hennuyer, évêque de Lisieux ; Louis XI, Natalie ; Olinde et Sophronie ; etc. Ses pièces ont été réunies sous le titre de Théâtre (Amsterdam, 1778-1784, 4 vol., in-8°).

Il faut encore citer à part, comme faisant la physionomie littéraire de Mercier : l’Essai sur l’art dramatique, composé au moment où ses pièces n’avaient pas encore de succès ; c’est une attaque contre l’ancien théâtre et principalement contre Racine, une tentative de poétique nouvelle, tendant à ouvrir une voie nouvelle, à rejeter les fables et les règles anciennes, à produire sur la scène la société vivante, le peuple, la vie ordinaire. Présentées sous une forme violente et bizarre, ces idées soulevèrent toute la critique contre leur auteur.

On a encore de Mercier : l’Homme sauvage (Amsterdam, 1767, in-8°), roman qu’il prétendit plus tard avoir été imité par Chateaubriand dans Atala ; Songes et visions philosophiques (Paris, 1768, in-12 ; 1789, 2 vol., in-18); Éloges et discours philosophiques (Amsterdam, 1776, in-8°); Mon bonnet de nuit (Neuchatel, 1784, 4 vol. in-8°) ; Portraits des rois de France (Ibid. 1785, 4 vol. in-8°), réimpr. sous le titre d’Histoire de France (Paris, 1802, 6 vol. in-8°) ; Fragments de politique, d’histoire et de morale (Paris, 1793, 3 vol. in-8°); Néologie, ou Vocabulaire de mots nouveaux, à renouveler, ou pris dans des acceptions nouvelles (Paris, 1801, 2 vol. in-8°) ; Jeanne d’Arc, drame traduit de l’allemand de Schiller (1802, in-8°) ; Satire contre Racine et Boileau (1808); etc. Mercier a annoté Jean-Jacques Rousseau (Paris, 1788-1793, 38 vol. in-8°) et ajouté, comme pastiche littéraire, à la Nouvelle Héloïse, une lettre écrite par M. de Volmar après la mort de Julie.



  • Hécube à Pyrrhus, héroïde, s.l. (1760)
  • Hypermnestre à Lyncée, héroïde, s.l. (1762)
  • Canacée à Macarée et Hypermnestre à Lyncée, héroïdes nouvelles par l’auteur d’Hécube, s.l. (1762)
  • Philoctète à Péan, son père, héroïde, s.l. (1762)
  • Crizéas et Zelmine, poème, s.l. (1763)
  • Épître d’Héloïse à Abailard, imitation nouvelle de Pope, Londres (1763)
  • Médée à Jason, après le meurtre de ses enfants, héroïde, suivi d’un morceau tiré de Dante, s.l. (1763)
  • Sénèque mourant à Néron, héroïde, s.l. (1763)
  • Le Bonheur des gens de lettres, discours, Bordeaux (1763)
  • Discours sur la lecture, Paris (1764)
  • Saint-Preux à Wolmar après la mort de Julie, ou dernière lettre du roman de la Nouvelle Héloïse, Paris (1764)
  • La Boucle de cheveux enlevée, poème héroï-comique de Pope, trad., Amsterdam (1764)
  • Héroïdes et autres pièces de poésie, Paris (1764)
  • Calas sur l’échafaud à ses juges, poème, s.l. (1765)
  • Éloge de René Descartes, Genève et Paris, Chez la Vve Pierres (1765)
  • Le Génie, poème, Londres et Paris (1766)
  • Discours sur les malheurs de la guerre et les avantages de la paix, La Haye (1766)
  • Histoire d’Izerben, poète arabe, trad. de l’arabe, Amsterdam et Paris, Cellot (1766)
  • Éloge de Charles V, roi de France surnommé Le sage, Amsterdam (1767)
  • Les Amours de Chérale, poème en six chants, suivi du bon génie, Amsterdam (1767)
  • Lettre de Dulis à son ami, Londres et Paris, Vve Duchesne (1767)
  • L’Homme sauvage, histoire trad. de Pfeil, Amsterdam (1767)
  • La Sympathie, histoire morale, Amsterdam (1767)
  • Virginie, tragédie en cinq actes, Paris, Vve Duchesne (1767)
  • Que notre Âme peut se suffire à elle-même, épître philosophique qui a concouru pour le prix de l’Académie française, en 1768, Londres (1768)
  • Contes moraux, ou les hommes comme il y en a peu, Paris, Panckoucke (1768)
  • Songes philosophiques, Londres et Paris, Lejay (1768)
  • Zambeddin, histoire orientale, Amsterdam et Paris, Delalain (1768)
  • Fragments d’un éloge de Henri IV, roi de France, Paris (1768)
  • Les Cerises, conte en vers, Paris, Lejay (1769)
  • Jenneval ou le Barnevelt français, drame en cinq actes et en prose, Paris (1769)
  • Le Déserteur, drame en cinq actes et en prose, Paris, Lejay (1770)
  • Songes d’un hermite, à l’Hermitage de Saint-Amour, Paris, Hardy (1770)
  • Olinde et Sophronie, drame héroïque en cinq actes et en prose, Paris, Lejay (1770)
  • L'An 2440, rêve s'il en fut jamais, Londres (1771)
  • Le Faux Ami, drame en trois actes en prose, Paris, Lejay (1772)
  • L’Indigent, drame en quatre actes en prose, Paris, Lejay (1772)
  • Jean Hennuyer, évêque de Lisieux, drame en trois actes, Londres (1772)
  • Du Théâtre ou Nouvel essai sur l’art dramatique, Amsterdam, E. van Harrevelt (1773)
  • Childéric, premier roi de France, drame héroïque en trois actes, en prose, Londres et Paris, Ruault (1774)
  • Le Juge, drame en trois actes, en prose, Londres et Paris, Ruault (1774)
  • La Brouette du vinaigrier, drame en trois actes, Londres et Paris (1775)
  • Nathalie, drame en quatre actes, Londres et Paris, Ruault (1775)
  • Premier Mémoire par le Sieur Mercier contre la troupe des Comédiens français, Paris, Vve Herissant (1775)
  • Mémoire à consulter et consultation par le Sieur Mercier contre la troupe des comédiens ordinaires du Roi, Paris, Clousier (1775)
  • Molière, drame en cinq actes en prose, imité de Goldoni, Amsterdam et Paris (1776)
  • Éloges et discours académiques qui ont concouru pour les prix de l’Académie française et de plusieurs autres académies, par l’auteur de l’ouvrage intitulé l’an deux mille quatre cent quarante, Amsterdam (1776)
  • Jezzenemours, roman dramatique, Amsterdam (1776)
  • Les Hommes comme il y en a peu et les Génies comme il n’y en a point, contes moraux orientaux, persans, arabes, turcs, anglais, français, etc., les uns pour rire, les autres à dormir debout, Nouv. éd. Bouillon, impr. de la Soc. Typographique, Neuchâtel (1776)
  • Éloges et discours philosophiques, Paris (1776)
  • Les Comédiens, ou le Foyer, comédie en un acte et en prose, Paris, Successeurs de la Vve Duchesne (1777)
  • De la Littérature et des littérateurs suivi d’un Nouvel examen de la tragédie française, Yverdon (1778)
  • Théâtre complet, Amsterdam (1778)
  • La Vertu chancelante, ou la vie de Mlle d’Amincourt, Liège et Paris (1778)
  • Le Campagnard, ou le Riche désabusé, drame en deux actes et en prose, La Haye (1779)
  • Le Charlatan, ou le docteur Sacroton, comédie-parade en un acte, en prose, La Haye et Paris, Vve Ballard et fils (1780)
  • La Demande imprévue, comédie en trois actes, Paris, Vve Ballard et Vve Duchesne (1780)
  • Tableau de Paris, Hambourg et Neuchâtel, S. Fauche (1781)
  • L’Homme de ma connaissance, comédie en deux actes et en prose, Amsterdam et Paris, Vve Ballard et fils (1781)
  • Le Gentillâtre, comédie en trois actes et en prose, Amsterdam et Paris (1781)
  • Le Philosophe du Port-au-Bled, s.l. (1781)
  • Zoé, drame en trois actes, Neuchâtel, Impr. de la Société typographique (1782)
  • Les Tombeaux de Vérone, drame en cinq actes, Neuchâtel, Impr. de la Société typographique (1782)
  • La Destruction de la Ligue, ou la réduction de Paris, pièce nationale en quatre actes, Amsterdam et Paris (1782)
  • L’Habitant de la Guadeloupe, comédie en quatre actes, Neuchâtel, Impr. de la Société typographique (1782)
  • Portraits des rois de France, Neuchâtel, Impr. de la Société typographique (1783)
  • La Mort de Louis XI, roi de France, pièce historique, Neuchâtel (1783)
  • Montesquieu à Marseille, Lausanne, J.-P. Heubach et Paris, Poinçot (1784)
  • Mon Bonnet de nuit, Neuchâtel, Impr. de la Société typographique (1784)
  • Charles II, roi d’Angleterre, en certain lieu, comédie très morale en cinq actes très courts, par un disciple de Pythagore, Venise [i.e. Paris] (1784)
  • Les Hospices, s.l. (1784)
  • L’Observateur de Paris et du royaume, ou Mémoires historiques et politiques, Londres (1785)
  • Portrait de Philippe II, roi d’Espagne, Amsterdam (1785)
  • Histoire d’une jeune Luthérienne, Neuchâtel, Impr. Jérémie Vitel (1785)
  • L'An 2440, rêve s'il en fut jamais, 2e éd. suivi de l’Homme de fer, songe, Amsterdam (1786)
  • Les Entretiens du Palais-Royal de Paris, Paris, Buisson (1786)
  • Notions claires sur les gouvernements, Amsterdam (1787)
  • Songes et visions philosophiques, Amsterdam et Paris (1788)
  • Tableau de Paris, nouv. éd. corrigée et augmentée, Amsterdam (1788)
  • Les Entretiens du Jardin des Tuileries de Paris, Paris, Buisson (1788)
  • La Maison de Molière, comédie en cinq actes et en prose, Paris, Guillot (1788)
  • Lettre au Roi, contenant unprojet pour liquider en peu d’années toutes les dettes de l’État soulageant le peuple du fardeau des impositions, Amsterdam et Paris, chez les Marchands de nouveautés (1789)
  • Adieux à l’année 1789, s.l.n.d. (1789)
  • Le Nouveau Doyen de Killerine, comédie en trois actes, en prose, Paris (1790)
  • Réflexions très importantes sur les nouvelles élections des municipalités, s.l. (1790)
  • De Jean-Jacques Rousseau considéré comme l’un des premiers auteurs de la Révolution, Paris, Buisson (1791)
  • Adresse de l’agriculture à MM. de l’Assemblée nationale régénératrice de l’Empire français, Paris, C.-F. Perlet (1791)
  • Fragments de politique et d’histoire, Paris, Buisson (1792)
  • Fictions morales, Paris, Impr. du Cercle social (1792)
  • Le Vieillard et ses trois filles, pièce en trois actes en prose, Paris, Cercle social (1792)
  • Le Ci-Devant Noble, comédie en trois actes, Paris, Impr. du Cercle social (1792)
  • Réflexions d’un patriote : Ie sur les assignats ; IIe sur les craintes d’une banqueroute nationale ; IIIe sur les causes de la baisse des changes étrangers ; IVe sur l’organisation de la garde nationale ; Ve sur les finances et impositions ; VIe sur les assemblées primaires ; VIIe sur les droits de patentes avec une Adresse aux Français, Paris, Impr. H.-J. Janse (1792)
  • Les Crimes de Philippe II, roi d’Espagne, drame historique, s.l. (1792)
  • Isotisme ou le bon génie, poème en prose suivi de la Sympathie, histoire morale, Paris (1793)
  • Opinion de Louis Sébastien Mercier sur Louis Capet, Paris, Impr. de Restif (1793)
  • Philédon et Prothumie, poème érotique suivi de fragments des Amours de Chérale, Paris (1793)
  • Timon d’Athènes en cinq actes, en prose, imitation de Shakespeare, Paris, Impr. T. Gérard (1794)
  • Fénelon dans son diocèse, pièce dramatique en trois actes et en prose, Paris, marchands de nouveautés (1794)
  • Discours de L.-S. Mercier prononcé le 18 floréal sur René Descartes, Paris, Impr. Nationale (1796)
  • Rapport fait au nom d’une commission spéciale sur l’enseignement des langues vivantes, Paris, Impr. Nationale (1796)
  • Second Rapport fait au nom d’une commission spéciale sur l’enseignement des langues vivantes, Paris, Impr. Nationale (1796)
  • Rapport et projet de résolution au nom d’une commission, sur la pétition des peintres, sculpteurs, graveurs, architectes, relativement au droit de patente, Paris, Impr. Nationale
  • Motion d’ordre et discours sur le rétablissement d’une loterie nationale, Paris, Impr. Nationale (1796)
  • Opinion de L.-S. Mercier sur les sépultures privées, Paris, Impr. Bertrand-Quinquet (1796)
  • Hortense et d’Artamon, comédie en deux actes et en prose, Paris, Cercle social (1797)
  • Le Libérateur, comédie en deux actes, Paris, Cercle social (1797)
  • Opinion de L.-S. Mercier sur le message du Directoire, converti en motion, tendant à astreindre les électeurs au serment décrété pour les fonctionnaires publics, Paris, Impr. Bertrand-Quinquet (1797)
  • Le Nouveau Paris, Paris, Fuchs (1798)
  • Mon Dictionnaire, s.l.n.d. (1798)
  • L’An deux mille quatre cent quarante, rêve s’il en fût jamais, suivi de L’homme de fer, songe, Paris, Bresson et Casteret, Dugour et Durand (1799)
  • Néologie ou vocabulaire de mots nouveaux, à renouveler ou pris dans des acceptions nouvelles, Paris, Moussard (1801)
  • Histoire de France, depuis Clovis jusqu’au règne de Louis XVI, Paris, chez Cérioux et Lepetit jeune (1802)
  • Satyres contre les astronomes, Paris, Terrelonge (1803)
  • Charité, Versailles, Ph.-D. Pierres, Paris, Bossange, Masson et Besson (1804)
  • De l’Impossibilité du système astronomique de Copernic et de Newton, Paris, Dentu (1806)
  • L’Apollon Pythique, ou des Arts matériellement imitatifs, Paris (1806)
  • Satyres contre Racine et Boileau, Paris, Hénée (1808)
  • La Maison de Socrate le sage, comédie en cinq actes, prose, Paris, Duminil-Lesueur (1809)




  1. ↑ a  b  c  Léon Béclard, Sébastien Mercier sa vie, son oeuvre, son temps, Georg Olms Verlag, 1982, 810 pages (ISBN 3487072629).
  2. ↑ a  b  c  d  e  Voir la chronologie de Louis-Sébastien Mercier, Nicolas Edme Restif de La Bretonne, Paris le jour, Paris la nuit, Éditions Robert Laffont, 1990, p. 1298-1327.


  • Léon Béclard, Sébastien Mercier, sa vie, son œuvre, son temps ; d’après des documents inédits, Paris, H. Champion, 1903, réimp. Hildesheim ; New York, G. Olms, 1982
  • Jean-Claude Bonnet, Le Paris de Louis Sébastien Mercier : cartes et index topographique, Paris, Mercure de France, 1994
  • Jean-Claude Bonnet, Louis Sébastien Mercier (1740-1814) : un hérétique en littérature, Paris, Mercure de France, 1995
  • Élisabeth Bourguinat, Les Rues de Paris au XVIIIe siècle : le regard de Louis Sébastien Mercier, Paris, Paris Musées, 1999
  • Paulette L. Castillo, Les Deux Paris de Louis-Sébastien Mercier, Thèse d’honneur de 1977 de Smith College, Northampton.
  • Annie Cloutier, Savoirs de l’uchronie ; l’An 2440 (1771-1799) de Louis Sébastien Mercier, 1740-1814, ou les Lumières en question, Mémoire de maîtrise de l’Université Laval, 2002
  • Anne-Marie Deval, Sébastien Mercier, précurseur, Thèse de l’Université de Californie à Los Angeles, 1968
  • Louis de Bordes de Fortage, Sébastien Mercier à Bordeaux, Bordeaux, Gounouilhou, 1918
  • Gilles Girard, Inventaire des manuscrits de Louis-Sébastien Mercier conservés à la Bibliothèque de l’Arsenal, Reims, Département de français de l’université, 1974
  • Hermann Hofer, Louis-Sébastien Mercier précurseur et sa fortune : avec des documents inédits : recueil d’études sur l’influence de Mercier, Munich, Fink, 1977
  • Manal Kodeih, Topographies du savoir configurations du discours utopique chez Louis-Sébastien Mercier, Mémoire de maîtrise de l’Université de Western Ontario, 1999.
  • Anne Le Fur, Le Paris de Louis Sébastien Mercier : cartes et index toponymique, Paris, Mercure de France, 1994
  • Mario Mormile, La Néologie révolutionnaire de Louis-Sébastien Mercier, Rome, Bulzoni, 1973
  • Manon Plante, Portrait de l’écrivain des lumières en promeneur urbain : savoirs et images de Paris chez Louis Sébastien Mercier (1740-1814) et Nicolas-Edme Restif de la Bretonne (1734-1806), Mémoire de maîtrise de l’Université Laval, 2004
  • René Pomeau, L’Imaginaire d’anticipation de Louis-Sébastien Mercier à George Orwell, Paris, Palais de l’Institut, 1998
  • Enrico Rufi, Louis-Sébastien Mercier, Paris, CNRS éditions, 1996
  • Vincent Tardif, La Ville et la philosophie à la fin du XVIIIe siècle : perception et représentation de Paris dans le « Tableau de Paris » de Louis-Sébastien Mercier, Mémoire de maîtrise de l’Université Laval, 2004
  • Laurent Turcot, "Chapitre 6 : Lecture d'un regard, écriture du promeneur: Louis-Sébastien Mercier et Nicolas-Edmé Rétif de la Bretonne", Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle. Paris, Gallimard, 2007.
  • Yinsu Vizcarra, L’Économie de la perte, rebut et récupération dans le Tableau de Paris de Louis Sébastien Mercier et les Nuits de Paris de Rétif de la Bretonne, Thèse de doctorat de l’Université Paris III, 2000
  • Nedd Willard, La Moralité du théâtre de Louis-Sébastien Mercier, Paris, [s.n.], 1955
  • Nedd Willard, Le Génie et la folie au dix-huitième siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1963




  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 1381

Informations générales