Biographie de Magic Sam

Voir son actualité

Samuel James Maghett dit Magic Sam (14 février 1937–1er décembre 1969) était un guitariste et chanteur de blues.



Il nait à Grenada (Mississipi). Sa mère Hetha Anna, qui souffre du diabète et de la pellagre meurt alors que lui et son frère James sont encore enfants. Le père veut les faire travailler à la ferme, mais le soir, Sam s'essaye à la "diddley bow"[1].

Sam et son frère finissent par quitter la ferme familiale et débarquent en 1950 à Chicago chez leur tante Lily. Après l'école, il se met sérieusement à la guitare.

Il commence à enregistrer des 45 tours pour Cobra de 1957 à 1959, dont les remarquables All Your Love et Easy Baby.

En 1963, il obtient un tube avec Feelin' Good (We're Gonna Boogie), et poursuit une carrière internationale. Après une tournée triomphale aux États-Unis et en Europe, il signe en 1967 pour Delmarks et enregistre les albums West Side Soul avec notamment une version du Sweet Home Chicago de Robert Johnson (1936) — qui serait d'ailleurs une reprise de Kokomo Blues de Scrapper Blackwell (1928), créditée parfois, à tort, à Kokomo Arnold — et aussi Black Magic. Il continue de jouer en public avec l'harmoniciste Charlie Musselwhite.

Sa carrière est brusquement interrompue en 1969 par une attaque cardiaque.



  1. C'est un instrument rudimentaire, constitué d'un morceau de fil de fer accroché à un mur sur lequel on faisait glisser un goulot de bouteille selon la technique du bottleneck et qui remplaçait la guitare chez les apprentis musiciens noirs des débuts du blues (c'est de là que vient le surnom de Bo Diddley).