Biographie de Manuel Godoy

Voir son actualité

Manuel Godoy, de son nom complet Manuel de Godoy Álvarez de Faria Ríos Sánchez Zarzosa, príncipe de la Paz y de Basano, duque de Alcúdia y de Succa, est le favori de Charles IV et l'amant de sa femme. Il fut deux fois premier ministre et sa désastreuse politique aboutit à l'invasion de l'Espagne et à l'abdication de Charles IV.

Né le 12 mai 1767 à Badajoz dans une famille pauvre, il s'engagea dans la garde royale et fut rapidement remarqué par la femme de l'héritier du trône, Marie Louise de Parme. En 1788, Charles IV monte sur le trône et nomme, en 1792, Godoy Premier Ministre en remplacement du comte d'Aranda.

Sa première décision fut d'essayer de sauver Louis XVI. Sa tentative échoua et un conflit éclata avec la France avec quelques succès et rapidement des défaites qui se termina par la Paix de Bâle. Il reçut alors le titre de Prince de la Paix (Príncipe de la Paz en espagnol).

Il renforce les liens avec la France par le Traité de San Ildefonso. Après la défaite navale du Cap Saint Vincent en 1798, Godoy dut démissionner mais resta toutefois influent.

Il est à nouveau Premier Ministre en 1801 et s'allie avec le France pour envahir le Portugal, allié de l'Angleterre. Cette guerre est connue sous le nom de Guerre des Oranges qui aboutit à la capitulation du Portugal. Les intérêts de l'Espagne furent sacrifiés au Traité d'Amiens en 1802. L'opposition au roi Charles grandit.

Il réussit à maintenir une certaine neutralité de l'Espagne, mais s'allia de nouveau avec la France et la marine espagnole alliée à la marine française subit une nouvelle défaite navale à Trafalgar. Malgré tout, sa relation avec Napoléon ne faiblit pas et aboutit au Traité de Fontainebleau en 1807 qui organisait le démembrement du Portugal au profit de l'Espagne, de la France et de Godoy. La zone sud du Portugal serait revenue à Godoy et sa famille comme principat de los Algarves.

En Mars 1808, une révolte populaire à Madrid renversa Charles IV au profit de son fils Ferdinand et essaya de tuer Godoy. Napoléon fit sauver Godoy par Murat en l'envoyant en France et ne reconnut pas Ferdinand VII. Après l'entrevue de Bayonne en 1808 où Charles IV échangea son trône devenu ingouvernable contre des terres et des revenus en France et où Ferdinand renonçat à ses prétentions à la couronne d'Espagne contre celle de Ligurie, Napoléon désigna son frère Joseph comme Roi d'Espagne, mais un soulèvement populaire général des Espagnols entraîna une longue et sanglante guerre entre les deux anciens alliés. Charles s'enfuit avec Godoy à Rome où il resta avec lui jusqu'à la mort de Charles en 1819.

Il vécut modestement à Paris et y mourut le 4 octobre 1851. Il sera tout d'abord enterré dans l'église Saint-Roch, mais l'année suivante il est transféré au Cimetière du Père-Lachaise où il repose désormais en paix.



  • Godoy, Manuel de. (2005). Encyclopædia Britannica.
  • A. Thiers. Histoire du Consulat de de l'Empire. Livre XXIX (1849)


Informations générales