Biographie de Maurice Druon

Voir son actualité

fermer

30 mai 1943 : la naissance du Chant des Partisans
L'Union
C'est le 30 mai 1943 que Joseph Kessel, journaliste et écrivain, son neveu Maurice Druon, futur Académicien et Anna Marly s'enferment dans un hôtel de la périphérie de Londres entre midi et 16 heures et composent un chant poignant, émouvant, d'une ...




Celle qui refusait de lire Balzac et Proust
leJDD.fr
Encore que les mots alignés par Maurice Druon dans Tistou, les pouces verts lui plaisaient tellement qu'elle s'en était approprié plusieurs pages. Elle présenta sa prose à son père qui s'exclama : "Putain, c'est du Marguerite Duras!" Bien plus tard ...




La fin du mot race
AgoraVox
Les totalitarismes ne se sont jamais construits autrement. Le politiquement correct s'est répandu comme l'herbe mauvaise. Dans Le Figaro du 6 janvier 2003, Maurice Druon écrivit un article qu'il intitulât "Un brevet de lâcheté". Il s'indignait que la ...




Les 70 ans du Chant des partisans
France Info
Il en écrit la version française avec son neveu Maurice Druon, dans la banlieue de Londres. Le manuscrit se compose de trois feuillets rédigés à l'encre bleue. Le document original est aujourd'hui conservé au musée de la Légion d'honneur, à Paris.




La faillite de la pensée critique
Marianne
Voilà ce que savait faire la génération des Maurice Allais, Jean-Marie Domenach, Maurice Druon, Jacques Ellul, Julien Freund, Annie Kriegel, Georges Suffert. Ayant traversé la seconde guerre mondiale, ils n'avaient pas peur de passer pour le « facho de ...




Séries françaises : de la trivialité de l'écriture et du jeu médiocre
Newsring
On en vient à se demander si c'est véritablement les Templiers qui sont massacrés dans l'ignoble adaptation TV des Rois Maudits, et pas plutôt l'oeuvre de Maurice Druon dont la série est issue. Ce qui nous amène inévitablement au jeu d'acteur qui ...




Les parents étaient à la fête des écoles publiques - Pleurtuit
Ouest-France
Le directeur du primaire, Gilles Martin, a composé ce périple à partir du seul roman pour la jeunesse de Maurice Druon, intitulé Tristou les pouces verts (éd. Livre de poche). L'histoire de ce petit bonhomme, rejeté de l'école et doué du pouvoir de ...




Sud Ouest

L'école forme aussi les jeunes artistes
Sud Ouest
Vendredi dernier, en début de soirée avait lieu à l'espace culturel Maurice-Druon, le vernissage de l'exposition des dessins des enfants des écoles publiques de Coutras. La manifestation était organisée par l'Amicale laïque, en présence de Anne ...




Sud Ouest

La fête en rayon à la médiathèque
Sud Ouest
À Coutras, c'était jour de fête pour la médiathèque du centre culturel Maurice-Druon. Tout le personnel s'était mis en quatre avec l'aide des services techniques de la ville pour proposer au public des stands de vente de livres, magazines et autres ...




Le roi du Lexique décortique la langue et la société
lalibre.be
Réputé d'une infinie tolérance pour les "étrangèretés" de la langue, M. Rey dut essuyer autrefois les foudres de Maurice Druon, secrétaire perpétuel de l'Académie française, qui lui reprochait sans doute de favoriser une langue désormais trop composite.


Maurice Druon de Reyniac, né le 23 avril 1918 à Paris, est un écrivain et homme politique français, membre de l'Académie française dont il a été le secrétaire perpétuel durant quatorze ans et dont il est doyen d'élection (élection en 1966) depuis la mort d'Henri Troyat en 2007.





Fils de Lazare Kessel, lauréat du premier prix du Conservatoire et membre de la Comédie Française[1], suicidé à l'âge de 21 ans avant de l'avoir reconnu, Maurice Druon est baigné par son ascendance dans la littérature : il est le neveu de l'écrivain Joseph Kessel, arrière-petit fils d'Antoine Cros, troisième et dernier roi d’Araucanie, arrière-petit neveu du poète Charles Cros, et l'arrière-arrière-petit fils d'Odorico Mendes[1], homme de lettres brésilien, protecteur du 17e fauteuil de l'Académie brésilienne des lettres. Il porte le nom de son père à l'état civil, René Druon de Reyniac, notaire dans le Nord, avec qui sa mère s'était mariée.

Il passe son enfance à La Croix-Saint-Leufroy, en Normandie, où il fait la connaissance de Pierre Thureau-Dangin[1], fils du secrétaire perpétuel de l'Académie française, Paul Thureau-Dangin. Il fait ses études secondaires au lycée Michelet de Vanves. Lauréat du Concours général en 1936, il commence à publier, à l’âge de dix-huit ans, dans les revues et journaux littéraires tout en étant élève à la Faculté des lettres de Paris puis à l'École libre des sciences politiques (1937-1939).



Élève officier de cavalerie à l’École de Saumur en 1940, il participe à la Campagne de France, participant aux glorieux combats des cadets de Saumur sur la Loire. Après sa démobilisation, il reste en zone libre, et y fait représenter sa première pièce, Mégarée. Il s'engage dans la Résistance et quitte la France en 1942 avec son oncle Kessel, traversant clandestinement l’Espagne et le Portugal pour rejoindre à Londres les rangs des Forces françaises libres. Il devient l'aide de camp du général François d'Astier de la Vigerie, puis attaché au poste « Honneur et Patrie » avant d'être chargé de mission pour le Commissariat à l’intérieur et à l’information et correspondant de guerre auprès des armées françaises en 1944 jusqu’à la fin des hostilités. Il écrit alors avec Kessel le Chant des partisans qui, sur une musique composée par Anna Marly, devient l'hymne aux mouvements de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale.

À partir de 1946, il se consacre à sa carrière littéraire, reçoit le Prix Goncourt (1948) pour son roman Les Grandes Familles et divers prix prestigieux pour l’ensemble de son œuvre. Le 8 décembre 1966, il est élu au 30e fauteuil de l’Académie française, succédant à Georges Duhamel. Il accède à la célébrité avec sa saga historique littéraire, Les Rois maudits, adaptée en 1973 à la télévision. Maurice Druon n'a jamais caché que sa série « Les Rois maudits » avait été le résultat d'un travail d'atelier. Au nombre des collaborateurs qu'il remercie dans sa préface, on relève les noms de Gilbert Sigaux, José-André Lacour et Edmonde Charles-Roux parmi quelques nègres de moindre envergure.

Il participe entre 1969 et 1970 à la Commission de réforme de l'ORTF.



Restant engagé politiquement durant toutes ces années, Maurice Druon est nommé en 1973 ministre des Affaires culturelles par Georges Pompidou. La nomination de cette figure historique du gaullisme, seul non-élu du gouvernement, homme de lettres popularisé par ses succès littéraires et l'adaptation télévisuelle des Rois Maudits, résistant ne cachant pas son goût pour l'ordre, devait permettre de calmer une majorité échaudée par le projet de Beaubourg[2]. Il s'appuie sur son succès littéraire et télévisuel pour assoir sa légitimité politique, affirmant à Jean Mauriac : « Et puis, au fond, mes lecteurs ne sont-ils pas mes électeurs ? »[3]. « Logique qui donne l'Élysée à Guy Lux et Matignon à Zitrone » lui répond Maurice Clavel[4].

Par ces déclarations abruptes, il incarne une culture conservatrice, en rupture avec l'ouverture et la modernisation voulue par Jacques Duhamel. Ainsi quand il menace les directeurs de théâtre subversifs de leur couper les subventions en proclamant que « Les gens qui viennent à la porte de ce ministère avec une sébile dans une main et un cocktail Molotov devront choisir »[5], il provoque la polémique : après la réponse de Roger Planchon puis celle de Jean-Louis Barrault qui dénonce « le clairon de la répression culturelle », une procession funèbre silencieuse symbolisant la mort de la liberté d'expression rassemble le 13 mai 1973, à l'initiative de plusieurs metteurs en scène, dont Ariane Mnouchkine, Jean-Pierre Vincent, Jean Jourdheuil et Bernard Sobel, avec le soutien de la gauche, plusieurs milliers de manifestants.

Mais, si la censure au cinéma persiste, à travers l'interdiction d'Histoires d'A de Charles Belmont et Marielle Issartel, qui présente un avortement par aspiration en direct, et le refus de distribution de La Bonzesse de François Jouffa, racontant l'histoire d'une femme qui se prostitue pour payer un voyage à Katmandou[6], les coupes et interdictions sont restées limitées sous ce ministère selon Emmanuel Wallon[2]. Maurice Druon inscrit ses actions dans la continuité de son prédécesseur, conservant à leur poste les principaux directeurs du ministère, et reconduisant Jacques Rigaud comme directeur de cabinet, jusqu'au départ de ce dernier et son remplacement par Dominique Le Vert. Ses relations au sein du ministère sont parfois délicates, ses différends avec Pierre Emmanuel provoquant la démission entière du Conseil du développement culturel, créé en décembre 1971 à la suite de la commission culturelle du VIe plan.

Sous son ministère, doté d'un budget d'environ 0,5 % du budget de l'État, pas encore grevé par les travaux de Beaubourg, est crée l'Association française pour les célébrations nationales, tandis que la Caisse nationale des Lettres du ministère de l'Éducation nationale est transféré, sous le nom de Centre national des Lettres, à celui des Affaires culturelles, avec des attributions élargies à l'aide aux auteurs et à la littérature francophone non française[2]. De nouveaux Centres d'action culturelle (CAC) sont homologués à Annecy, Douai, Fort-de-France, Montbéliard et Paris (Carré Thorigny), les orchestres nationaux se mettent en place à Toulouse, Bordeaux et Alforville[2], les budgets des théâtres nationaux sont augmentés, et la Comédie française rénovée[7].



Non reconduit en 1974, il est élu député de Paris de 1978 à 1981. Il occupe divers postes diplomatiques ou politiques comme membre du Conseil franco-britannique ou représentant aux Assemblées parlementaires du Conseil de l'Europe et de l'Union de l'Europe occidentale.

Secrétaire perpétuel à partir du 7 novembre 1985, il renonce à cette fonction en octobre 1999, cédant la place à Hélène Carrère d'Encausse, et devenant au 1er janvier suivant, secrétaire perpétuel honoraire. Comme académicien, il intervient régulièrement sur l'évolution, qu'il souhaite très lente, de la langue française face à la société, particulièrement hostile sur la féminisation des mots. En 1990, à l'occasion des réflexions sur la nouvelle orthographe demandée par Michel Rocard, il prend partie pour des rectifications limitées, et surtout non restrictives, pour que ce soit l'usage qui ratifie les évolutions de la langue. En 2006, sa critique du français « pittoresque » des Québécois, comparée à la langue « très sûre, très pure, très exacte » cadrée en France au XVIIe siècle lui a valu plusieurs critiques au Québéc[8].

Il est également membre de plusieurs académies, comme celles de Bordeaux, d'Athènes, du royaume du Maroc et l'Académie roumaine. Il collabore également comme chroniqueur irrégulier au Figaro, rassemblant ses écrit plusieurs ouvrages dont Le Bon français (1996-1999) et Le Franc-parler (2001-2002). Il est aussi partisan de la reconstruction du Palais des Tuileries.



  • Grand-Croix de la Légion d'honneur
  • Commandeur des Arts et des Lettres
  • Médaille de la France libre
  • Knight Commander du British Empire (K.B.E.)
  • Grand officier du Mérite de l'ordre souverain de Malte
  • Dignitaire ou titulaire des Ordres des pays suivants : Argentine, Belgique, Brésil, Grèce, Italie, Liban, Maroc, Mexique, Monaco, Portugal, Russie, Sénégal, Tunisie
  • Docteur honoris causa de l'université York (Toronto), de Boston University (États-Unis) et de l'université de Tirana (Albanie)
  • Prix Goncourt (Les Grandes Familles, 1948)
  • Prix littéraire de la Fondation Prince Pierre de Monaco (pour l'ensemble de son œuvre, 1966)
  • Prix Saint-Simon (Circonstances, 1998)
  • Prix Agrippa d'Aubigné (Le Bon français, 2000)


  • Mégarée (1942), pièce de théâtre
  • Le Sonneur de bien aller (1943), nouvelle
  • Le Chant des partisans, avec Joseph Kessel (1943)
  • Lettres d'un Européen et Nouvelles lettres d'un Européen (1943-1970), essais
  • La Dernière Brigade (1946), roman
  • La Chute des Corps (1949), roman
  • Les Grandes Familles (1948-1951), roman en trois tomes, prix Goncourt 1948
  • Un voyageur (1953), comédie
  • Le Coup de grâce (1953), mélodrame, avec Joseph Kessel
  • La Volupté d'être (1954), roman
  • Les Rois maudits (1955-1977), roman historique en sept tomes
  • Tistou les pouces verts (1957), roman jeunesse
  • Alexandre le Grand (1958), roman mythologique
  • Des seigneurs de la plaine à l'hôtel de Mondez (1962), nouvelles
  • Les Mémoires de Zeus (1963-1967), roman mythologique en deux tomes
  • Paris, de César à saint Louis (1964), essai historique
  • Bernard Buffet (1964), essai
  • Le Pouvoir (1965)
  • Le Bonheur des uns (1967), nouvelles
  • L'Avenir en désarroi (1968), essai
  • Une église qui se trompe de siècle (1972), essai
  • La Parole et le Pouvoir (1974), (Plon)
  • Attention la France ! (1981), (Stock)
  • Réformer la démocratie (1982), (Plon)
  • La Culture et l’État (1985), (Vouloir la France)
  • Vézelay, colline éternelle, nouvelle édition (1987), (Albin Michel)
  • Lettre aux Français sur leur langue et leur âme (1994), (Julliard)
  • Circonstances (1997), (Le Rocher)
  • Circonstances politiques (1998)
  • Circonstances politiques II (1999)
  • Le Bon Français (1999), (Le Rocher)
  • La France aux ordres d’un cadavre (2000), essai
  • Ordonnances pour un État malade (2002), (Éditions de Fallois/du Rocher)
  • Le Franc-parler (2003), (Le Rocher)
  • Mémoires. L'aurore vient du fond du ciel (2006), (Plon/Éditions de Fallois)
  • Les Mémoires de Zeus (2007])


  1. ↑ a  b  c  Réponse de M. Pasteur Vallery-Radot au discours de M. Maurice Druon, séance publique de l'Académie française, 7 décembre 1967
  2. ↑ a  b  c  d  Emmanuel Wallon, « Druon (ministère) », dans Emmanuel de Waresquiel (dir.), Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959. Paris : Larousse / CNRS éditions, 2001
  3. Interview pour l'AFP, reprise dans Le Monde du 4 mai 1973
  4. Maurice Clavel, Nouvel Observateur, 14 mai 1973
  5. Cité par Philippe Poirrier dans La politique culturelle en débat. Anthologie, 1955-2005, La Documentation Française, 2006
  6. Jean Montagnard, « Silence, on coupe », L'Unité, 1er mars 1974
  7. Benoît Yvert (dir.), Dictionnaire des ministres (1789-1989), Perrin, 1990 - (ISBN 9782262007102)
  8. Marie-Éva de Villers, Le bicorne de M. Druon…, Le Devoir, 20 janvier 2006







Informations générales

Biographie relatives