Biographie de Omar Bongo Ondimba

Voir son actualité

fermer

Ali Bongo Ondimba
LE MATiN
M. Bongo qui s'exprimait à l'ouverture des 48es Assemblées annuelles de la BAD, un événement placé sous le thème «La transformation structurelle de l'Afrique», a ajouté que «cette démarche constitue, à mon sens, un saut qualitatif majeur dans la ... La ...

et plus encore »



13ème conférence de l'AUA au GABON : La professionnalisation ...
Le Soleil
Ce sont là les questions « essentielles » auxquelles la 13ème conférence de l'Association des universités africaines (Aua), ouverte avant-hier, veut apporter des réponses, a indiqué le recteur de l'Université Omar Bongo du Gabon, le Pr. Marc-Louis ...

et plus encore »



Trophée des champions: Des experts de la LFP attendus à Libreville ...
iciLome
Au cours de leur deuxième séjour à Libreville, les experts de la LFP, vont visiter les installations sanitaires, notamment l'Hôpital d'instruction des armées Omar Bongo Ondimba (HIAOBO). Une délégation de la LFP conduite par son directeur général Jean ...

et plus encore »



Camer.be

Gabon: Jeff Bongo Ondimba interdit de quitter le territoire
Camer.be
La justice gabonaise reproche au fils d'Omar Bongo Ondimba d'avoir fait délivrer des passeports diplomatiques à trois personnes qui n'en méritent pas le bénéfice : sa compagne et trois frères de celle-ci. L'article 13 du décret N°349/PR/MAECF du 10 mai ...
L'Ambassadeur du Mali au Gabon reçu par Rose Francine RogombéINfos Gabon (Communiqué de presse)
Gabon/Politique : Le Sénateur de Booué Sylvain Momouandjambo ...Génération Nouvelle
Gabon : Un ancien ministre sous les verrous pour fraudeKoaci
Jeune Afrique -LE MATiN
15 autres articles »



Gabon : La coeliochirurgie au cœur de la 23e journée scientifique ...
INfos Gabon (Communiqué de presse)
Cette technique est encore seulement pratiquée à l'Hôpital d'instruction des armées Omar Bongo Ondimba, au Centre universitaire de Libreville mais peu pratiquée dans les hôpitaux de l'intérieur du pays fautes de compétences. Durant son exposé au cours ...




gabonreview.com

La «Démocratie dynastique au Gabon»
gabonreview.com
une présidence sans Omar Bongo Ondimba sonnerait donc comme une libération ; mieux, l'espoir de tout un peuple qui rêve de jouir enfin de conditions de vie décentes. Et voilà que cet espoir est assassiné par le coup d'État électoral d'un clan qui a ...




gabonreview.com

Pascaline Bongo dans le top 25 des femmes influentes d'Afrique ...
gabonreview.com
Présentée comme la fille préférée du président Omar Bongo, son «totem», Pascaline Mferri Bongo Ondimba, née le 10 avril 1956, a été la tour de contrôle des intérêts stratégiques d'Omar Bongo au sein du cabinet présidentiel et en dehors. Diplômée de ...

et plus encore »



gabonactu.com

Un mausolée pour Pierre Claver Nzeng Ebome
gabonactu.com
Ancien bras droit d'Omar Bongo Ondomba pour qui il avait composé un titre phare lors de la campagne électorale de 2005 est décédé à Paris des suite d'une complication médicale. Pierre Claver Nzeng Ebome est né le 19 septembre 1953 à Ekouasse situé au ...




gabonactu.com

Un ancien ministre gabonais emprisonné pour trafic d ' eau et d ...
Agence de Presse Africaine
Un ancien ministre du défunt président Omar Bongo Ondimba, a été emprisonné mercredi à Libreville pour trafic d'électricité et d'eau, a appris APA jeudi de sources judiciaires. Jean Rémy Pendy Bouyiki, ancien baron du Parti démocratique gabonais (PDG, ...
L'ancien ministre Pendy Bouyiki en prison pour vol d'électricitégabonactu.com
Gabon/Politique : Pendy Bouyiki ancien ministre arreté pour factures ...Génération Nouvelle

5 autres articles »



gabonreview.com

Recalés du Bac 2013 : le «Management payant» de Vivien Pea
gabonreview.com
Le président Ali Bongo Ondimba vient de se saisir du dossier inhérent à la situation du millier d'élèves des classes de terminale, candidats pré-recalés du baccalauréat 2013, à la suite d'une sanction du ministre de l'Education nationale, Séraphin ...


Omar Bongo Ondimba (30 décembre 1935, Bongoville[1]) est depuis 1967 le second président de la République gabonaise.



Né sous le nom d'Albert-Bernard Bongo le 30 décembre 1935 à Lewai, maintenant rebaptisée Bongoville, dans la province du Haut-Ogooué. Il fit ses études primaires et secondaires au Congo, puis après son service militaire, il rejoignit d'abord les services secrets français, puis l'entourage de Léon Mba futur président du Gabon, et travailla comme commis des postes.

Après l'indépendance en 1960 il fut vice-président et bras-droit de Léon Mba, avant de lui succéder après sa mort en 1967. En 1968, il fonde le Parti démocratique gabonais socle du monopartisme jusqu'en 1990. Franc-maçon depuis 1965[2], il se convertit en 1973 à l'islam et devient El Hadj Omar Bongo. Pour certains, cette conversion n'est qu'un moyen de se faire bien voir des pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, en majorité musulmans, le Gabon étant producteur de pétrole. En 1990, Bongo est poussé à organiser une conférence nationale à l'issue de laquelle il accepte la restauration du multipartisme. Il ajoute le nom de son père au sien et devient donc en 2004 Omar Bongo Ondimba.

Omar Bongo Ondimba, durant toute sa présidence (40 ans en 2007), dirige le pays de façon très directe, monopartisme ou multipartisme important peu.

Omar Bongo Ondimba a été réélu le 27 novembre 2005 avec 79,18 % des suffrages selon les résultats officiels. L’opposition, avec à sa tête Pierre Mamboundou, a dénoncé des fraudes massives constatées lors du scrutin. Pierre Mamboundou est encore aujourd'hui le principal opposant d'Omar Bongo.



Selon un article du New York Times du 9 novembre 2005, il aurait versé 9 millions de dollars US en 2003 sur le compte d'une compagnie de Jack Abramoff, un lobbyiste américain, afin que celui-ci lui arrange un entretien avec le président des États-Unis George W. Bush. Il déclara quelques jours plus tard que cela était un « mensonge grossier » et qu'il allait porter plainte. Cette déclaration n'a eu aucune suite.

Son fils, Ali Bongo Ondimba, est ministre de la Défense du Gabon depuis 1999.

Avec les élections législatives de 2006, Omar Bongo Ondimba a une majorité de près de 90 députés pour réaliser le projet pour lequel il a été élu en novembre 2005.

Omar Bongo a rebaptisé sa ville de naissance Bongoville et a donné son nom à une université gabonaise : l'université Omar Bongo.

Nicolas Sarkozy a rencontré Omar Bongo à l'occasion de la campagne présidentielle, selon lui afin de recueillir les bons conseils d'un homme d'expérience. Omar Bongo a aussi rencontré François Bayrou ainsi que Jean-Marie Le Pen

À peine élu, le nouveau président français appelait Omar Bongo pour le remercier de "ses bons conseils", puis le recevait à l'Elysée[3] et ordonnait à tout son gouvernement de passer saluer le doyen[4] des "amis de la France". Deux mois plus tard, l'amitié entre Nicolas Sarkozy et Omar Bongo[5] se confirme, puisque c'est Libreville que le président français choisit pour clore sa première tournée africaine, le 27 juillet 2007. Il n'arrive pas les mains vides, puisqu'il a obtenu, la semaine précédente, un accord jamais vu[6] du Club de Paris qui allège d'au moins 15% la dette gabonaise.

En janvier 2008, le journal Le Monde révèle la liste des biens mal acquis supposés en France du président gabonais et de sa famille ... plus de 33 appartements et hôtels particuliers équivalent à plus de 150 millions d'euros. Ces informations sont issues de l'enquête de la police française qui faisait suite à la plainte déposée en mars 2007 par trois associations françaises (Survie, Sherpa et la Fédération des Congolais de la Diaspora) pour recel de détournements de fonds publics.[7]



  • Liste des dirigeants actuels




Françafrique (livre)
Rapport "Biens mal acquis... profitent trop souvent

Informations générales