Biographie de Otto Dix

Voir son actualité

fermer

Ligue de diamant: "Air" Lavillenie reprend de l'altitude à Eugene
La Montagne
Autre satisfaction française dans l'Oregon: pour sa course de rentrée, le double médaillé d'argent olympique du 3000 m steeple Mahiedine Mekhissi a pris la 3e place en 8 min 06 sec 60/100 d'une course extrêmement relevée, avec la bagatelle de dix ...




languedoc-roussillon
Libération
... Humair inaugure les vitraux du temple, réalisés avec Eric Linard ; Gérard Pansanel (guitare) et Antonello Salis (piano) en duo ; John Taylor (piano) et le contrebassiste Stéphane Kerecki ; Jan Garbarek invite Trilok Gurtu ; les accordéonistes ...

et plus encore »



Le Figaro Golf

Lyoness Open : Luiten prend les devants...
Le Figaro Golf
Quant à l'Ecossais Callum Macaulay, issu des Cartes européennes, il a disputé dix épreuves sur le Circuit (et trois sur le Challenge Tour) mais n'a franchi qu'une seule fois le cut (21e à l'Open d'Espagne). Carton plein des Français Ce décor pas ...

et plus encore »



A la Une : fin de la 43e assemblée générale de l'OEA, l'Organisation ...
RFI
Mais le moins que l'on puisse dire c'est que beaucoup de nationalités étaient représentées dans ce groupe d'immigrants clandestins : en plus des vingt-trois Honduriens, on comptait soixante-dix-sept ressortissants du Salvador, cinquante Guatémaltèques ...

et plus encore »



Gatlin défie Bolt, le roi de Rome
la Nouvelle République
Faire taire l'effronté Justin Gatlin et courir pour la première fois de la saison sous les dix secondes, c'est le double objectif de sa majesté Usain Bolt pour son retour en Ligue de diamant aujourd'hui dans son jardin de Rome, où le Jamaïcain remplit ...

et plus encore »



Aktualisiert 15 Uhr: Otto-Dix-Haus weiter zu, Hygiene bei ...
Thüringische Landeszeitung
Das Otto-Dix-Haus muss aufgrund des Hochwassers vorerst geschlossen bleiben und ist für Besucher voraussichtlich ab Dienstag, dem 11. Juni, wieder geöffnet. Alle anderen Geraer Museen (außer das Orangerie Schließzeit bis 28. Juni) können wie ...
Aktualisiert 20 Uhr: Tierkadaver, Warnung vor angeblichen ...Ostthüringer Zeitung

7 autres articles »



Renaud Lavillenie reprend de la hauteur
la Nouvelle République
Il a su prendre le pas sur les Allemands Björn Otto (5,90 m) et Raphael Holzdeppe (5,84 m). Comme aux championnats d'Europe et aux jeux Olympiques de Londres ... titres majeurs : olympique, mondiaux et européens (plein air, salle). Autre satisfaction ...




Grund- und Regelschule Otto-Dix bleiben weiterhin geschlossen
JenaTV
Bis Ende der Woche bleiben geschlossen die Regelschule Otto Dix, eine Betreuung der Kinder wird im Liebe-Gymnasium von 6 bis 17 Uhr angeboten, und die Grundschule Otto Dix, die Kinder werden im Liebe-Gymnasium von 6 bis 17 Uhr betreut.

et plus encore »



Aktualisierung 14.10 Uhr: Grund- und Regelschule Otto-Dix bleiben ...
Thüringer Allgemeine
Aktualisierung 14.10 Uhr: Grund- und Regelschule Otto-Dix bleiben weiterhin geschlossen. Porträt. Das Hochwasser in Gera war am Montagnachmittag sichtbar zurückgegangen und an einigen Häusern wurde mit den Aufräumarbeiten begonnen. Foto: Tim ...




Athlé - LD - Eugene : Lavillenie retrouve les cimes
L'Equipe.fr
... adversaire n'a réussi à passer cette marque. Champion olympique en titre, le Français s'impose finalement devant les Allemands Björn Otto (5,90 m) et Raphael Holzdeppe (5,84 m). Un podium identique à celui de Londres. ... Troisième après le ...


Otto Dix (né près de Gera en 1891, mort près de Constance, à Singen, en 1969) est un peintre allemand de La Nouvelle Objectivité et de l'Expressionnisme.

Otto Dix est né à Untermhaus (près de Gera en Thuringe) le 4 décembre 1891. Il est issu d'un milieu ouvrier (son père Franz travaillait dans une mine de fer), mais reçoit une éducation artistique par sa mère qui s'intéressait à la musique et à la peinture. Après avoir suivi le professeur de dessin Ernst Schunke pendant sa jeunesse, Dix prend des cours à Gera auprès du peintre-décorateur Carl Senff de 1905 à 1909, qui doute de l'avenir de son élève en tant que peintre. Une bourse d'étude fournie par le Prince de Reuss permet à Dix d'entrer à l'École des arts appliqués de Dresde, de 1909 à 1914. Johann Nikolaus Türk et Richard Guhr seront ses professeurs parmi d'autres. Dix s'essayera au cubisme, au futurisme et plus tard au dadaïsme.



Dix s'engage volontairement en tant que soldat lors de la Première Guerre mondiale, et combattra en France et en Russie. Il participe à la guerre des tranchées de l'Artois et de la Champagne de novembre 1915 à décembre 1916. Il participe à deux grandes batailles sur les bords de la Somme[1]. L'horreur de la guerre le marque énormément et devient alors la base de ses œuvres. D'après un entretien de 1961, il déclare :

« C'est que la guerre est quelque chose de bestial : la faim, les poux, la boue, tous ces bruits déments. C'est que c'est tout autre chose. Tenez, avant mes premiers tableaux, j'ai eu l'impression que tout un aspect de la réalité n'avait pas encore été peint : l'aspect hideux. La guerre, c'était une chose horrible, et pourtant sublime. Il me fallait y être à tous prix. Il faut avoir vu l'homme dans cet état déchaîné pour le connaître un peu.[2] »

Il a d'ailleurs confié à plusieurs reprises qu'il allait en première ligne à sa demande, car, même s'il avait peur, il voulait voir des hommes tomber à ses côtés dans sa quête de réalisme hideux.[3]

A son retour à Dresde, il fonde le Groupe 1919 avec Conrad Felixmüller (1897-1977) et réalise des collages dada. En 1922, Dix s'installe à Düsseldorf où il intègre l'association artistique Das Junge Rheinland ("La jeune Rhénanie"). Il se marie avec Martha Koch en 1923. Entre 1925 et 1927, Dix habite et travaille à Berlin où sa peinture critique atteint son apogée. Il devient un artiste du mouvement de la Nouvelle Objectivité, dont il est un des pères fondateurs. En 1927, il est nommé professeur à la Kunstakademie de Dresde.



Après la prise du pouvoir par les nazis en 1933, Otto Dix est l'un des premiers professeurs d'art à être renvoyé, persécuté qu'il l'est en tant que bolchévique de la culture selon les nationaux-socialistes. La même année, menacé de prison et de camp d'internement, il commence une « émigration intérieure » dans le sud-ouest de l'Allemagne (en 1933 à Randegg puis en 1936 à Hemmenhofen), près du lac de Constance, où il peint des paysages. En 1937, ses oeuvres sont dites « dégénérées » par les nazis. 170 d'entres elles sont retirées des musées et une partie est brulée, d'autres sont exposées lors de l'exposition nazie « art dégénéré » (Entartete Kunst).

A titre d'exemple, deux productions de Dix. L'artiste peint la toile intitulée La tranchée en 1923; déclarée "Art dégénéré", elle a probablement été détruite par les nationaux-socialistes. Le peintre compose également son triptyque La Guerre entre 1928 et 1931. Le but de cette oeuvre n'est pas de provoquer angoisse ou panique, mais "simplement transmettre la connaissance du caractère redoutable de la guerre, pour éveiler les forces destinées à la détourner". Ce triptyque est vu par beaucoup de spécialistes comme une prolongation du tableau précédent, et est présenté une seule fois dans une exposition à Berlin en 1938. Il est ensuite interdit par les autorités nazies. [4]

En 1938, Dix est arrêté et enfermé pendant deux semaines par la Gestapo. Durant ces temps difficiles, il peint une représentation de St Christophe à la demande de la brasserie de Köstritz, dans le style des grands maîtres.

Il participe par obligation à la Seconde Guerre mondiale. Il sert sur le front occidental en 1944-1945. Il est fait prisonnier en Alsace par les Français.[5]



A la fin de la guerre et jusqu'à sa mort, Dix s'éloigne des nouveaux courants artistiques allemands. Il ne s'identifie ni dans le réalisme social en RDA ni dans l'art d'après-guerre en RFA. Il reçoit pourtant de hautes distinctions et des titres honorifiques dans les deux états.

  • 1959 - Bundesverdienstkreuz ;
  • 1966 - Alfred-Lichtwark-Preis à Hambourg et Martin-Andersen-Nexö-Preis à Dresde ;
  • 1968 - Rembrandt-Preis à Salzburg.
Otto Dix meurt le 25 juillet 1969 à Singe après un infarctus. Sa tombe se trouve à Hemmenhofen.



  • « La peinture n’est pas un soulagement. La raison pour laquelle je peins est le désir de créer. Je dois le faire ! J’ai vu ça, je peux encore m’en souvenir, je dois le peindre. »
  • « Tout art est exorcisme. »
  • « Je ne suis pas obsédé par le fait de montrer des choses horribles. Tout ce que j’ai vu était beau. »


Un certain nombre des oeuvres d'Otto Dix sont exposées à Péronne (dans la Somme), dans le Musée appelé "L'Historial de la Grande Guerre"[6].
Ouvert depuis le 1er août 1992, "l'Historial de la Grande Guerre" permet à ses visiteurs de découvrir une collection unique d'objets originaux de la vie quotidienne. Au centre des salles qui traitent chronologiquement le conflit, sont présentés les objets militaires, autour sont exposés ceux de la vie civile et des familles (ils évoquent plusieurs aspects : culturels, artistiques, éducatifs, économiques ou financiers des sociétés de l'époque). L'Historial est un musée véritablement international : les objets qui y sont exposés proviennent des trois empires belligérants.



  • Une peinture datée de 1939 intitulée Weite Ebene (Weile hinter Bohlingen) (67 cm x 85 cm) a été vendue pour 171 000 euros frais compris à Cologne.[7].




  1. Eva Karsher, Otto Dix,Taschen, 1892, p. 30
  2. Cité dans Eva Karscher, Taschen, 1992, p. 34
  3. Eva Karscher, p. 30
  4. Serge Sabarsky, p 26 et 28
  5. Serge Sabarsky, p. 21
  6. [www.historial.org Historial.org] L'historial de la Grande Guerre
  7. Lempertz kunsthaus: Die 900. Auktionen, Cologne, 2007.




  • Peindre le Siècle 101 Portraits majeurs 1900-2000




En allemand
  • Eva Karcher: Otto Dix - 1891 1969 - Leben und Werk, Köln 1988
  • Florian Karsch: Otto Dix. Das graphische Werk, Hannover 1970
  • Fritz Löffler: Otto Dix. Leben und Werk, Dresden 1977
  • Fritz Löffler: Otto Dix 1891–1969. Œuvre der Gemälde, Recklinghausen 1981
  • Fritz Löffler: Otto Dix. Bilder zur Bibel. Berlin: Union Verlag, 1986.
  • Ulrike Lorenz: Otto Dix. Das Werkverzeichnis der Zeichnungen und Pastelle, Weimar
  • Ulrike Lorenz: Dix avant Dix. Das Jugend- und Frühwerk 1909–1914, Jena: Glaux, 2000
  • Catalogue d'exposition, Galerie der Stadt Stuttgart, Nationalgalerie Berlin 1991
  • Suse Pfäffle : Otto Dix. Werkverzeichnis der Aquarelle und Gouachen, Stuttgart 1991
  • Diether Schmidt: Otto Dix im Selbstbildnis, Berlin 1981
  • Dietrich Schubert. Otto Dix - Der Krieg. 50 Radierungen von 1924. Jonas Verlag, Marburg 2002
  • Birgit Schwarz: Großstadt, Frankfurt/M. 1993
En français
  • Otto Dix : Dessins D'une Guerre a L'autre. Catalogue d'exposition au Centre Georges Pompidou, Paris, France. 157p, illustrations. Éditions Gallimard, 2003. (ISBN 2844261671)
  • "Otto Dix, Metropolis" Cataloge d'exposition Fondation Maeght, St.Paul de Vence.
  • Eva Karscher, Otto Dix (1891-1969) "Je deviendrai célèbre ou je serai honni", Taschen, Cologne, 1992 (réed.), 216 pages.
  • Serge Sabarsky, Otto Dix, Denis-Armand Canal (trad.), Paris, Herscher, 1992, 263 pages.