Biographie de Patrick Le Lay

Voir son actualité

fermer

"Dictateur: un boulot de dingue"
Le Nouvel Observateur
Animée par Jean-Claude Narcy, la table ronde réunissait le PDG du groupe, Martin Bouygues, Patrick Le Lay, patron de TF1, Pierre Gadonneix, président de Gaz de France. Elle ne fut jamais diffusée par la chaîne, mais eut du succès sur le Net. Mégalomane ...




Patrick Le Lay et Jean-Michel Aulas se chamaillent
Football.fr
Tout est parti d'une phrase qu'aurait prononcée Patrick Le Lay, président de Rennes, à Jean-Michel Aulas, son homologue lyonnais, suite à la demande de celui-ci d'avancer la rencontre entre les deux clubs à vendredi au lieu de samedi. "J'en ai rien à ...




Rennes relance Erding
Football.fr
Tout proche de faire signer Mevlut Erding l'été dernier, Patrick Le Lay, président du Stade Rennais, n'a pas encore abandonné la piste menant à l'attaquant international turc du PSG. "Nous sommes dans la logique fixée en juin. Vous le savez, nous ...




Nice-Matin

11 idées pour votre week-end sur la Côte d'Azur
Nice-Matin
... une affiche exceptionnelle d'une vingtaine de vedettes d'hier et d'aujourd'hui. Au programme, un best-of des hit-parades de ces années : Alice Dona, Patrick Juvet, Zouk machine, Pierre Groscolas (Lady Lay), Stone, Gilles Dreux et son Alouette-alouette.




Scarlett Johansson, une muse en colère
Le Figaro
Dans La Carte et le Territoire, Prix Goncourt 2010, Michel Houellebecq ne s'est pas privé de présenter l'ancien PDG de TF1, Patrick Le Lay, en état d'ébriété avancée… Mais, le lundi 27 mai, la 17e chambre du tribunal de grande instance n'a pas estimé ...

et plus encore »



Antonetti poursuit l'aventure
Football.fr
Hier, on a vu le président Patrick Le Lay et les actionnaires François et François Henri Pinault. Cela s'est confirmé officiellement. Frédéric est un entraîneur qui met le club au cœur de son travail. C'est parfois difficile, car les intérêts à court ...

et plus encore »



Le Figaro

Christine Angot condamnée pour atteinte à la vie privée
Le Figaro
Les auteurs avaient pratiquement tous les droits: dans La Carte et le territoire, Prix Goncourt 2010, Michel Houellebecq pouvait mettre en scène Jean-Pierre Pernaut et faire passer l'ancien PDG de TF1, Patrick Le Lay, pour un ivrogne ; dans Sévère ...

et plus encore »



De Saint-Sernin et Dréossi restent
Sport 24
Et nous travaillons pour préparer la saison prochaine», a-t-il expliqué. Frédéric de Saint-Sernin a présidé le Stade Rennais une première fois entre fin 2006 et mai 2010. Il a repris sa place en 2012 après le passage de Patrick Le Lay. Rennes. PLUS D ...

et plus encore »



Le CSA, "l'indépendance absolue des médias" et internet
AgoravoxTv
Patrick Le Lay déclarait alors plutôt le contraire : "Une chaîne de télévision qui prétend être la première en France ne peut pas le rester uniquement sur la diffusion des programmes les plus simples à absorber.[...] La culture française est menacée, c ...




Mur des cons : France 3 convoque un conseil de discipline
Télé Loisirs.fr
Elle avait été prise par un journaliste de France 3 dans les locaux du Syndicat de la magistrature. Elle y montrait des photos, collées sur un mur, de nombreuses personnalités politiques et médiatiques (comme Patrick Le Lay, l'ancien patron de TF1 ...

et plus encore »

Patrick Le Lay, né le 7 juin 1942 à Saint-Brieuc, a été un dirigeant d'entreprise français et ancien président-directeur général de TF1.



Il a étudié à l'École spéciale des travaux publics avant d'intégrer l'univers du BTP. C'est en tant que responsable de la diversification du groupe Bouygues qu'il prépara le dossier de candidature à la privatisation de TF1 en 1987, selon la volonté de Francis Bouygues. Il est également ancien élève du CPA (Centre de Perfectionnement aux Affaires), l'executive MBA d'HEC. Président-directeur général de la chaîne de télévision française TF1 depuis le 23 février 1988, il est à compter du 22 mai 2007 président du Conseil d'administration de la chaîne, laissant la direction générale à Nonce Paolini[1],[2]. Le 31 juillet 2008, il démissionne de son poste de président du conseil d'administration de TF1, Nonce Paolini lui succède[3].

Patrick Le Lay préside désormais le fond d'investissement Serendipity [4] dont les actionnaires principaux sont Artemis, holding de la famille Pinault, et Bouygues (propriétaire de TF1).

Breton affirmé, il est à l'origine de la création de la chaîne régionale bretonne TV Breizh, filiale du groupe TF1.

Il a été fait chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur en janvier 2003. En 2001, Michel-Constant Verspieren avait révélé dans le livre L’Impasse maçonnique que Le Lay était un haut-gradé franc-maçon.

Il a remporté en novembre 2007 à New York, l'Emmy Award du meilleur directeur de télévision.[5]



Patrick Le Lay est particulièrement réputé pour ses analyses perçues comme franches (ou brutales), incisives (ou cyniques) et sujettes à polémique, de même que par sa propension à cautionner les raccourcis pris par certains de ses journalistes. Le dernier raccourci employé par Jean-Pierre Pernaut lui valut une condamnation prononcée par la 17ème chambre correctionnelle de Paris, en même temps que celle de l'animateur du 13 heures (le 28 novembre 2008), pour diffamation envers le mouvement TFP (Tradition, Famille, Propriété).

Une polémique fit rage en juillet 2004 à la suite de la publication de ses propos recueillis dans Les Dirigeants français et le changement par la société de conseil EIM, qui y présentait les réponses de dirigeants tels que Patrick Le Lay, Michel Bon (ex-France Télécom), Robert Louis-Dreyfus (LD Com), Michel Pébereau (BNP Paribas), Henri de Castries (Axa), à des questions portant sur les nouveaux défis des entreprises françaises face au changement.

« Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective 'business', soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. […] Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible. […] Rien n'est plus difficile que d'obtenir cette disponibilité. C'est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l'information s'accélère, se multiplie et se banalise… […] La télévision, c'est une activité sans mémoire. Si l'on compare cette industrie à celle de l'automobile, par exemple, pour un constructeur d'autos, le processus de création est bien plus lent ; et si son véhicule est un succès il aura au moins le loisir de le savourer. Nous, nous n'en aurons même pas le temps ! […] Tout se joue chaque jour sur les chiffres d'audience. Nous sommes le seul produit au monde où l'on 'connaît' ses clients à la seconde, après un délai de vingt-quatre heures. »

La polémique fut relayée notamment par Les Guignols de l'info et plus globalement par les opposants au leadership de TF1 sur l'audiovisuel français. Ceux-ci reprirent les propos sous la forme raccourcie « Notre boulot, c'est de vendre à Coca-Cola du temps de cerveau humain disponible », mettant en parallèle TF1 et les world companies.

Patrick Le Lay donne quelques explications[6] dans un entretien pour Télérama en septembre :

« Ce n'était pas une interview officielle. Le MEDEF m'avait appelé en me disant : on interroge des dirigeants d'entreprise sur le changement et le mouvement. Je ne me souviens plus précisément de cet entretien, mais, comme souvent, j'ai dû parler deux heures à bâtons rompus et tenir ces propos pendant la conversation.
Je ne reconnais cependant pas le métier de TF1 dans cette formule et je ne me retrouve pas dans les propos qu'on me prête : on me transforme en marchand de cerveaux ! Je reconnais que cette formule était un peu caricaturale et étroite. Mais, encore une fois, c'était une conversation et j'ai l'habitude de forcer le trait pour faire comprendre les concepts.[7] Le métier de TF1, c'est l'information et le programme (fiction divertissement, sport, magazines de découverte). Nous sommes une grande chaîne populaire et familiale dont l'objectif est de plaire à un maximum d'audience. Nous vivons de la publicité, mais ce sont nos clients qui mettent au point les spots que nous diffusons. En réalité, que vendons-nous réellement à nos clients ? Du temps d'antenne. La logique de TF1 est une logique de puissance. Nous vendons à nos clients une audience de masse, un nombre d'individus susceptibles de regarder un spot de publicité. Pour les annonceurs, le temps d'antenne ne représente rien d'autre que des contacts clients. De l'attention humaine. En particulier celle de la fameuse ménagère de moins de 50 ans, largement décisionnaire dans les achats de produits alimentaires, entretien ménager et de beauté. »

Et il analyse ainsi les rapports entre culture et audimat :

« On ne vit plus qu'avec les chiffres de l'audimat. [...]. Passer une émission culturelle sur une chaîne commerciale à 20 h 30, c'est un crime économique ! C'est quand même à l'État d'apporter la culture, pas aux industriels. » 9 septembre 1987, Libération.
En 1986, lors de l'audition pour la reprise de TF1 qui venait d'être privatisé par le gouvernement Chirac, il déclarait :

« Le projet de reprise de TF1 que nous vous présentons aujourd'hui est bâti autour de quelques idées simples. Tout d'abord respecter le téléspectateur. [...] En second lieu, nous avons cherché à donner une dynamique nouvelle à la création française. Faire absorber au public français des séries américaines, ce n'est pas une fatalité. [...] Je crois que le fond de commerce, la réputation d'une chaîne, elle est faite bien sûr de son audience, mais elle est faite aussi de sa réputation. Et une chaîne de télévision qui prétend être la première en France ne peut pas le rester uniquement sur la diffusion des programmes les plus simples à absorber.[...] La culture française est menacée, c'est vrai. Mais la culture française doit résister. Parce que la culture, elle exprime le besoin et le désir de vivre ensemble, parce que la culture exprime une vraie communauté de mémoire, une vraie communauté de projet.»
L'autre « coup de gueule » de Patrick Le Lay fut prononcé en août 2005 quand, dans le magazine Bretons, il a accusé la France d'avoir organisé un génocide culturel (ethnocide) en Bretagne, et qu'il a affirmé « Je ne suis pas français, je suis breton ».



Dans le documentaire de Maurice Dugowson Télévision (Histoires secrètes), Jack Lang confie que l'idée de créer une présidence commune entre Antenne 2 et FR3 lui est venue lors d'une conversation avec Patrick Le Lay. Ce dernier qualifiera cette proposition de "mauvaise idée"... Remarque légérement teintée de mauvaise foi et de cynisme sachant que cette ingénieuse idée à remis d'aplomb un service public à la derive au début des années 1990 (sans toutefois inquiéter le leadership de TF1).



  1. toutelatele.com Patrick Le Lay
  2. telerama.fr TF1 de règne.
  3. (fr) Julien Lalande, « TF1 : Patrick Le Lay démissionne, Nonce Paolini devient PDG » sur Ozap.com, 31 juillet 2008
  4. [1] Patrick Poivre d’Arvor et son ancien patron Patrick Le Lay ont déjeuné ensemble
  5. AFP, 20 novembre 2007, "Patrick Le Lay et Muriel Robin distingués aux Emmy Awards"
  6. Cité dans Les Dirigeants français et le changement, collectif d'auteurs, éditions Huitième Jour, juin 2004, ISBN 2-91411933-X [2], [3], [4], [5].
  7. lemonde.fr Patrick Le Lay s'explique dans Télérama sur ses propos controversés.