Biographie de Sébastien Ier de Portugal

Voir son actualité

Sébastien Ier (Dom Sebastião) fut roi de Portugal de 1557 à 1578. Il naquit à Lisbonne le 20 janvier 1554, jour de la Saint Sébastien dans le calendrier catholique, et décéda à Ksar el-Kébir au Maroc le 4 août 1578. Il fut l'avant-dernier roi de la dynastie des Aviz.



Fils de l'infant Jean de Bragance et de Jeanne d'Espagne (1537-1573), il naquit deux semaines après le décès de son père. À trois ans, il succéda à son grand-père Jean III. La régence fut menée par sa grand-mère espagnole Catherine de Castille, puis par son oncle le cardinal Henri d'Evora. Le jeune roi reçut l'enseignement des jésuites.

L'époque de la régence correspond avec l'expansion coloniale portugaise en Angola, au Mozambique, à Malacca et l'annexion en 1557 de Macao.



Dès sa majorité (à quatorze ans), roi vierge et roi chevalier, dom Sébastien fit préparer les plans d'une croisade en Afrique du Nord contre Fès. Il s'arma chevalier à Sagres en soulevant l'énorme épée de Alphonse Ier de Portugal. Lorsque les Turcs furent défaits à Lépante en 1571, il crut que son heure était venue. Philippe II d'Espagne refusa de s'engager dans cette guerre et repoussa le mariage du roi portugais avec une princesse espagnole. Une expédition en 1574 eut peu d'effet. Lors de celle de 1578, il s'embarqua pour Tanger avec 16 000 hommes et emporta avec lui la couronne d'empereur chrétien du Maroc. Il débarqua pour s'allier à Moulay Mohammed et combattre Moulay Abd el-Malik. Contre l'avis de ses capitaines, le roi s'engagea dans l'intérieur du pays. Le 4 août, dom Sébastien fut battu à la bataille d'Alcácer-Quibir (Ksar el-Kébir). Il a certainement été tué ou fait prisonnier puis exécuté, puisque seulement soixante Portugais reviendront à Lisbonne.

Son successeur Henri Ier mourut sans descendant et quatre prétendants se firent connaître : Antoine, grand prieur de Crato, cousin de Sébastien et neveu du cardinal, Philippe II, roi de l'Espagne voisine, le duc de Bragance et Catherine de Médicis se référant à un acte de 1254. Antoine qui avait le soutien du peuple et de l'Église fut proclamé à Santarém. Marie de Médicis lui apportait également son soutien. Mais l'Espagnol Philippe II fit entrer une armée aux ordres du duc d’Albe au Portugal, armée qui atteignit Lisbonne. Antoine fut défait le 21 août 1580 et contraint à l'exil : le royaume est conquis.



Faute de cadavre, beaucoup de Portugais estimèrent que le roi avait juste disparu. On se référa alors au « roi dormant » qui reviendrait au Portugal en cas de difficulté pour sauver le royaume.

Pendant ce que les Portugais considèrent comme l'occupation espagnole, trois personnes prétendirent être le roi Sébastien. Le dernier, un Italien, fut pendu en 1619.

Au XIXe siècle même, des paysans « sébastianistes » du Brésil croyaient que le roi Sébastien viendrait les libérer de l'"athée" République du Brésil.



Le roi Sébastien était un garçon fragile, et certains historiens estiment que sa volonté incessante de conquérir le Maroc est un signe de folie. Ils fondent leur raisonnement sur l'importante consanguinité dans la famille d'Aviz. En effet, Sébastien descendait de quatre arrière grands-parents (au lieu de huit normalement), et les quatre descendent eux-mêmes du roi Jean Ier de Portugal. Ensuite, une de ses aïeules a montré des signes de folie, son arrière-grand-mère la reine Jeanne la Folle, reine de Castille.

L'avant-dernier roi de la dynastie des Aviz fut, d'après ces historiens, victime des mariages entre familles des monarchies espagnoles et portugaises, dans le but d'unifier la péninsule Ibérique.

Informations générales