Biographie de Ségolène Royal

Voir son actualité

fermer

Slate.fr

Ségolène Royal, le sujet le plus controversé sur Wikipedia
Slate.fr
Sur Ségolène Royal par exemple, les modifications et points de conflits sont variés. Il peut s'agir d'éléments biographiques. Sa rencontre avec Patrick Dewaere a ainsi été plusieurs fois corrigée. Dans une version wikipédia du 22 mai 2013, on pouvait ...
Ségolène Royal plus controversée que JésusLe Point
Allocations familiales : la mise en garde de Ségolène RoyalLe Parisien
VIDÉO. Ségolène Royal avertit le gouvernementLe Huffington Post
Le Monde -Atlantico.fr
41 autres articles »



RTL.fr

A la Bonne Heure !
RTL.fr
Accueil > Emissions > A la Bonne Heure ! > Blog > Mercredi 12 juin 2013 : Ségolène Royal. A la Bonne Heure ! Stéphane Bern. Une émission présentée par : Stéphane Bern. Du lundi au vendredi de 11h à 12h30. Accueil Blog Réécoute Y Assister Participer.

et plus encore »



France 3

VIDEO. Châtellerault : Ségolène Royal salue l'engagement de ...
la Nouvelle République
Châtellerault : Ségolène Royal salue l'engagement de Pierre Mauroy. 07/06/2013 15:16. En visite à Châtellerault, Ségolène Royal a salué la mémoire de l'ancien Premier ministre qui l'avait notamment soutenue en 2007 lors de la campagne présidentielle.
Le nom du repreneur de New Fabris à Chatellerault sera dévoilé ...France 3
Poitou-Charentes : l'ex-site New Fabris repris, plus de 80 emplois ...Le Parisien
Vienne: l'ex-site New Fabris repris par VMH , 80 emplois prévusL'Express
Centre Presse
17 autres articles »



DIRECT. Ségolène Royal est l'invitée de #CPolitique
Francetv info
Chaque dimanche à 17h50, francetv info décrypte en direct les propos de l'invité de l'émission "C Politique", sur France 5. Pour le dernier numéro de la saison, dimanche 2 juin, Caroline Roux reçoit Ségolène Royal. La présidente de Poitou-Charentes ...




Francetv info

VIDEO. Ségolène Royal : "Tout est lent, il faut se bouger !"
Francetv info
Ségolène Royal n'y va pas de main morte en évoquant la politique du gouvernement. Invitée de l'émission "C Politique" sur France 5, dimanche 2 juin, l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle a appelé la majorité à "se bouger". "Je pense que ...




Francetv info

"Femme libre", Ségolène Royal distribue ses cartons rouges
Francetv info
L'ancienne candidate PS à la présidentielle juge qu'"il faut accélérer", car "tout est trop lent". La présidente PS de Poitou-Charente, Ségolène Royal La présidente PS de Poitou-Charente, Ségolène Royal, sur le plateau de France 5, ...




Ségolène Royal veut "relancer la machine économique"
France Info
Ségolène Royal, invitée mercredi matin à 8h15 de France Info, a longuement insisté sur les difficultés induites par la crise économique. Retraites, allocations familiales, entreprise, tout doit être repensé pour s'adapter à la nouvelle conjoncture.




Ségolène Royal, sujet le plus polémique sur Wikipédia
la Nouvelle République
Qui l'eut cru ? L'article consacré à Ségolène Royal sur Wikipédia suscite plus la controverse que ceux dédiés aux OVNI, aux Témoins de Jéhovah ou à Jésus. - (Photo NR, Patrick Lavaud). La présidente de la région Poitou-Charentes arrive en tête des ...




OZAP

"Only God Forgives" provoque une polémique entre Ségolène Royal ...
OZAP
A l'origine, des propos tenus par Ségolène Royal sur France 5 hier. Invitée de Caroline Roux dans "C politique", l'ancienne candidate à la présidentielle a frontalement attaqué une récente décision du ministère de la Culture qu'elle impute directement ...




Télérama.fr

“Only God Forgives” : Ségolène Royal accuse Aurélie Filippetti d ...
Télérama.fr
Ségolène Royal, présidente du conseil régional de Poitou-Charentes, accuse la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, d'avoir fait déclasser le film Only God Forgives, réalisé par Nicolas Winding Refn (Pusher, Drive...), en le faisant passer d'une ...
Only God Forgives: Aurélie Filippetti répond à Ségolène RoyalLe Figaro
"Only God Forgives" : Ségolène Royal et Aurélie Filippetti s'écharpentLe Point
"Only God Forgives" : tout comprendre sur la polémique Aurélie ...AlloCiné
Télé Loisirs.fr -Marie Claire -Le Nouvel Observateur
49 autres articles »

Ségolène Royal , née Marie-Ségolène Royal le 22 septembre 1953 à Dakar, en Afrique occidentale française (aujourd'hui au Sénégal), est une femme politique française.

Ancienne députée, ancienne ministre des gouvernements Bérégovoy et Jospin, elle est actuellement présidente du conseil régional de Poitou-Charentes. Elle est la première femme à avoir accédé au second tour d'une élection présidentielle française, qu'elle a perdu face à Nicolas Sarkozy, le 6 mai 2007, avec 46,94 % des suffrages exprimés contre 53,06 %.





Née Marie-Ségolène Royal le 22 septembre 1953, à Dakar (arrondissement de Ouakam en AOF), Ségolène Royal est la fille de Jacques Royal (1920 - 1981), lieutenant-colonel d'artillerie de marine, adjoint au maire de Chamagne (Vosges), chevalier de la Légion d'Honneur, lui-même fils du général de brigade Florian Royal (1891 - 1975), polytechnicien (X 1912), officier de la Légion d'honneur, et d'Hélène née Dehaye. Le couple eut huit enfants en neuf ans : Marie-Odette, Marie-Nicole, Gérard (lieutenant-colonel à la DGSE et protagoniste de l'affaire du Rainbow Warrior), Marie-Ségolène, Antoine, Paul, Henry et Sigisbert. Le colonel Benoît Royal, cousin de Ségolène Royal, est l'actuel chef du Service d'informations et de relations publiques des armées de Terre (SIRPA) et auteur d'un livre sur l'Éthique du soldat français en 2008[1],[2].

Sa famille habite en Martinique pendant trois ans en raison d'une autre affectation militaire de son père en 1960. Elle est alors élève du pensionnat Saint-Joseph de Cluny à Fort-de-France[3]. À son retour en métropole, la famille Royal s'installe dans le village de Chamagne, près d'Épinal, dont elle est originaire.

Elle effectue ses études primaires et secondaires à Charmes (Vosges) puis intègre le lycée privé Saint-Joseph d'Épinal en 1968 et obtient le baccalauréat B, en sciences économiques. Elle est jeune fille au pair à Dublin (Irlande) pendant l'été 1971[4]. Après une licence de sciences économiques à l'Université Nancy II, elle est diplômée de Sciences Po en 1978.

Elle intègre ensuite l'École nationale d'administration, promotion Voltaire. Pendant sa scolarité, elle fait un stage en Martinique en 1978. Elle en sort en 1980 (95e de sa promotion[5]), et choisit un poste de magistrat au tribunal administratif de Paris. En 1994, elle devient avocat au barreau de Paris par le jeu des équivalences de diplôme[6] tout en siégeant à l'Assemblée nationale et au conseil général des Deux-Sèvres, et entre au cabinet Teitgen.

Fin 1978, elle rencontre François Hollande sur les bancs de l'École nationale d'administration qu'elle vient d'intégrer. Sorti de l'ENA à la Cour des comptes, il deviendra en 1997 premier secrétaire du Parti socialiste. Ils ont eu quatre enfants : Thomas (1984), qui s'est occupé de la campagne sur le web de sa mère et du site Segosphere.net[7], Clémence (1985), Julien (1987) et Flora (1992). Elle a démenti la rumeur selon laquelle ils avaient conclu un pacte civil de solidarité (PACS)[8]. La rupture entre Ségolène Royal et François Hollande a été annoncée en pleine soirée électorale du 17 juin 2007, jour du second tour des élections législatives françaises de 2007, marqué par une bien meilleure performance de la gauche qu'au premier tour[9].





Elle adhère au Parti socialiste, à la section du 6e arrondissement de Paris en 1978, l'année de son diplôme de Sciences-Po.
Remarquée par Jacques Attali alors qu'elle est conseillère de tribunal administratif en disponibilité, elle devient de 1982 à 1984 chargée de mission au secrétariat général de la présidence de la République pour suivre les questions de jeunesse et de sports. De 1984 à 1988, François Mitterrand lui confie les affaires sociales et l'environnement en remplacement de Yannick Moreau, partie diriger le cabinet de Jean-Pierre Chevènement, nouveau ministre de l'Éducation nationale. C'est à ce poste qu'elle travaille pour l'Elysée à la préparation des sommets internationaux.

En 1983, elle trouve sa première implantation locale d'élue en devenant conseillère municipale d'opposition en Normandie, dans le secteur où habite sa mère. Mais Louis Mexandeau, député de Caen lui refuse une place sur sa liste aux élections législatives de 1986, qui se font à la proportionnelle. Dès 1988 elle gagne une circonscription des Deux-Sèvres historiquement ancrée à droite. Elle a depuis été réélue à ce poste à chaque élection, et en a démissionné deux fois, pour occuper des fonctions ministérielles. Elle n'est cependant pas parvenue à devenir maire, sa dernière tentative datant de 1995, où elle obtient l'investiture du Parti socialiste pour l'élection à Niort, mais échoue face au maire socialiste sortant Bernard Bellec qui avait refusé de se retirer.

Sa carrière politique nationale prend son véritable essor à partir du Gouvernement Bérégovoy, en 1992, dans lequel elle est ministre de l'Environnement. Puis, de 1997 à 2000, elle est ministre déléguée à l'Enseignement scolaire du Gouvernement Jospin, puis Ministre déléguée à la Famille, à l'Enfance et aux Personnes handicapées de 2000 à 2002.

En 2004, elle fait basculer à gauche le conseil régional de Poitou-Charentes dont elle devient présidente. Région traditionnellement de droite, elle gagne dans le fief du Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, qui en était le président, en y réalisant le meilleur score du PS en France. Elle n'est pas la première femme à présider une région, mais elle était jusqu'en 2008 et l'élection de Marie-Marguerite Dufay au poste de Raymond Forni en Franche-Comté, la seule femme à exercer cette fonction.

Le 16 novembre 2006, elle a été désignée au premier tour par 60,65 % des 178 000 militants socialistes[10] comme candidate officielle du parti socialiste pour la présidentielle de 2007. Elle devance Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius[11].

Le 22 avril 2007 avec 25,87 % des voix (contre 31,18 % à son rival Nicolas Sarkozy) ; elle accède au second tour de scrutin lors de l'élection présidentielle française[12], auquel elle obtient 46,94 % des voix[13].

Ses détracteurs lui reprochent l'usage qu'elle fait de son apparence physique en politique[14], d'autant qu'à l'été 2005, elle s'est fait faire une opération de chirurgie esthétique faciale[15]. D'une façon générale, les mêmes lui reprochent un style porté sur un registre émotionnel, moral voire messianique avec une tendance marquée à la victimisation. Cette statégie qui s'avère souvent payante, vise à obtenir l'empathie des militants[16].



En 1983, elle souhaite s'implanter électoralement à Villers-sur-Mer (Calvados), où réside sa mère. Cependant, face au refus du maire d'alors, si l'on en croit les propos de Micheline Vincent, elle s'éloigne de quelques kilomètres et rejoint la liste d'« Union de la gauche » de Trouville-sur-Mer, menée par Gilbert Hurel (PS). La liste battue, elle devient conseillère municipale d'opposition. Elle a été présente à 12 conseils municipaux sur 39 et est intervenue 8 fois en séance[17]. Elle souhaite être investie aux législatives de 1986, mais essuie le refus des socialistes bas-normands, notamment Louis Mexandeau. Elle démissionne alors du conseil municipal de Trouville pour chercher une nouvelle implantation politique.

En 1988, elle demande à François Mitterrand, le jour de son investiture pour son second septennat, s'il peut l'aider à s'implanter dans une circonscription en vue des prochaines élections législatives. Elle est ainsi « parachutée » dans les Deux-Sèvres, en remplacement de Jean-Paul Jean, la veille de la clôture des candidatures, dans une circonscription que la gauche a peu de chance de gagner.

Après une campagne vigoureuse, « expliquant aux paysans qu'elle allait leur donner des cours d'anglais dans les villages pour qu'ils puissent exporter leur chabichou[18] », elle est élue députée de la 2e circonscription, celle de Saint-Maixent-l'École au second tour avec un score de 50,57 %.

Commentant son succès dans une circonscription historiquement ancrée à droite, elle déclare : « Pour un parachutage, l'atterrissage est réussi ». À sa demande, François Mitterrand accorde en 1992, dans le cadre de ses grands travaux présidentiels, une subvention de 50 millions de francs aux communes du Marais poitevin des Deux-Sèvres, dans la circonscription de Ségolène Royal. L'assise locale de la députée en est confortée : elle sera réélue en 1993, 1997 et 2002.





Du 3 avril 1992 au 29 mars 1993, elle est ministre de l'Environnement[19] du Gouvernement Bérégovoy. Durant son ministère, elle s'attache aux questions du traitement et du recyclage des déchets, des nuisances visuelles et sonores et aux problèmes liés à l'eau. Elle fait voter une loi sur le traitement et le recyclage des déchets (loi de juillet 1992), avec un soutien aux technologies innovantes pour le traitement et la collecte des déchets.

Contre les nuisances, elle fait voter une loi de lutte contre le bruit (loi-cadre de décembre 1992) avec la prévention du bruit des transports, dans les bâtiments publics (les cantines scolaires par exemple), les lieux de travail, etc. Elle fait ensuite voter une loi sur la « reconquête des paysages » (loi de janvier 1993), suivie de la labellisation de cent paysages et de leurs produits (opération « Sauvons nos paysages, savourons leurs produits »).

Elle s'attache aux problèmes liés à l'eau en travaillant à l'application de la loi sur l'eau votée peu de temps avant sa prise de fonction, à l'initiative de son prédécesseur, Brice Lalonde : création d'une Direction de l'eau au sein du ministère, lancement des schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), augmentation du budget des agences de l'eau et réforme de la police des eaux (coordination interministérielle de la gestion de l'eau).

Son quatrième enfant, Flora, naît alors qu'elle est ministre. Profitant que pour la première fois en France, une ministre accouche pendant son mandat, elle a fortement médiatisé cette naissance, contre l'avis de son compagnon, François Hollande, en montrant son bébé aux caméras de télévision et aux photographes (elle fera notamment la couverture de Paris-Match), suscitant un débat sur la séparation entre la vie publique et la vie privée[20].



L'enseignement scolaire
Du 4 juin 1997 au 27 mars 2000, elle est ministre déléguée à l'Enseignement scolaire du Gouvernement Jospin auprès du ministre de l'Éducation nationale Claude Allègre. Elle abandonne alors son mandat de député qu'elle reconquiert en juin 2002. Durant son mandat, elle s'attache à l'aide aux enfants défavorisés ou en difficultés scolaires avec la relance des zones d'éducation prioritaire, la création de fonds sociaux pour les élèves (comme le fonds social pour les cantines scolaires), la création des heures de soutien scolaire ou encore la création des classes et des premiers internats-relais. Elle lance aussi des initiatives telles que le contrat éducatif local et les itinéraires de découverte au collège.

En matière de sécurité, elle s'attache à la défense des droits de l'enfant et à la lutte contre la violence à l'école (loi de juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu'à la protection des mineurs). Elle fait voter également la loi de juin 1998 contre le bizutage et soutient des campagnes de sensibilisation contre le racket. Enfin, dans le domaine de la santé, elle s'attache à la revalorisation du rôle des infirmières scolaires et rend disponible gratuitement la pilule du lendemain dans les lycées.

Elle signe en 1997 une circulaire contre les violences sexuelles.

La famille et à l'enfance
Du 27 mars 2000 au 27 mars 2001, elle est ministre déléguée à la Famille et à l'Enfance[21] du Gouvernement Jospin auprès de la ministre de l'Emploi et de la Solidarité, brièvement Martine Aubry puis Élisabeth Guigou.

Ensuite, du 28 mars 2001 au 5 mai 2002, elle est ministre déléguée à la Famille, à l'Enfance et aux Personnes handicapées[22] du Gouvernement Jospin auprès de la ministre de l'Emploi et de la Solidarité Élisabeth Guigou. C'est à ce poste qu'elle se fit connaître du grand public notamment par sa réforme de la loi sur l'autorité parentale.



Le 18 juin 2002, elle est réélue députée de la 2e circonscription des Deux-Sèvres. Elle l'avait déjà été à 3 reprises auparavant : du 12 juin 1988 au 2 avril 1993 (mais elle dut démissionner le 2 mai 1992 pour entrer dans le gouvernement Bérégovoy), du 2 avril 1993 au 21 avril 1997 et du 1er juin 1997 au 16 juin 2002 (mais elle dut démissionner le 4 juillet 1997 pour entrer dans le gouvernement Jospin). En 2002, donc, elle est membre de la commission des lois, présidente du groupe d'études sur les droits de l'enfant et occupe la place numéro 500 dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

D'après l'hebdomadaire L'Express, elle se classe au 469e rang[23] des 577 députés les plus actifs, avec 8 interventions en séance. Elle a aussi présenté deux propositions de loi, alors que la moyenne dans l'assemblée est de six : l'une portant sur « la prévention des violences faites aux femmes », l'autre sur « la lutte contre l’utilisation marchande et dégradante du corps humain dans la publicité », ce qui est souligné par ses détracteurs[24].

Elle a annoncé en 2006 son intention de ne pas se représenter au poste de députée, décision qu'elle a confirmée le 11 mai 2007, à l'issue de la présidentielle[25]. Le PS a investi Delphine Batho pour briguer son siège.



En mars 2004, elle remporte la présidence de la région Poitou-Charentes face à son prédécesseur Élisabeth Morin (UMP).

Ségolène Royal fait de l'éducation une de ses priorités (la région, comme d'autres en France, consacre près de la moitié de son budget à la formation, l'apprentissage, l'éducation et l'enseignement supérieur).

La région Poitou-Charentes a fortement augmenté les impôts en 2005 (+14,5 % pour une moyenne nationale de +21 %) et stabilise également la dette publique (augmentation inférieure à 2 % en 2006) qui n'avait cessé de croître depuis 2001.

En matière économique, la région met en place une charte d'engagements réciproques qui engage les entreprises touchant des aides de la région à ne pas délocaliser, à ne pas licencier (si elles font des bénéfices) et à respecter la loi en matière d'environnement. En 2005, les 182 chartes signées auraient créé 832 emplois et permis 1415 formations. Elle soutient les programmes de recherche appliquée (10 millions d'euros) et utilise les commandes publiques pour soutenir des « productions locales d'excellence » (comme les installations pour les énergies renouvelables). Elle met en place les « bourses tremplins » pour l'emploi qui auraient participé à la création de 2000 entreprises (dont la moitié pour les jeunes) et les « emplois tremplins » pour les jeunes qui en deux ans auraient créé 2900 emplois (dont 1560 dans le secteur associatif). Elle favorise l'accompagnement des salariés licenciés par la création d'une plate-forme de conversion à Châtellerault et le développement des « comités de bassins d'emploi ». Elle accorde également des aides pour les projets de reprise d'entreprises par les salariés ou un repreneur. Enfin, elle met en place une aide pour les jeunes agriculteurs (35 installations aidées en 2005) et à la production agricole de qualité et respectueuse de l'environnement (687 exploitations ont bénéficié des Contrats régionaux d'exploitation en 2005).

En matière de santé, la région créé un fonds social régional pour assurer la gratuité d'accès à la contraception pour les jeunes filles des lycées professionnels et des centres de formation des apprentis de Poitou-Charentes[26].

Enfin, en matière d'infrastructure et de technologie, la région soutient, dans la continuité de ses prédécesseurs, le développement des TER (achat de 27 nouveaux trains Bombardier pour 100 millions d'euros), crée l'opération « TER à un euro » et défend les lignes de trains Corail menacées de fermeture. Via Arantis[27] la région équipe 500 petites communes en ordinateurs reliés à Internet et propose une aide à la création de sites Internet pour les entreprises et les agriculteurs de la Région.

Sa gestion politique des institutions de la région est néanmoins la cible de critiques. Ainsi la totalité des décisions du comité régional de tourisme (CRT) de Poitou-Charentes a été annulée par la justice pour l'absence de convocation d'une élue de l'opposition[28].

L'UMP parle de clientélisme pour certaines affectations de subventions et donne l'exemple du Fonds Régional d'Intervention Locale (FRIL) dont 24% des subventions sont destinées à la circonscription de Ségolène Royal qui ne représente que 5.3 % de la population[29]. Dans Le Livre noir des régions socialistes, l'UMP affirme aussi que les investissements dans l'action sociale ont chuté de 87 % entre 2005 et 2006 et que les frais de personnel ont augmenté de 57 % depuis le début de sa présidence[30].

Depuis son élection à la tête du conseil régional, Ségolène Royal est également porte-parole de l'Association des régions de France. Tentée par la présidence de l'ARF en juillet 2007, elle renonce à concourir contre Alain Rousset, en poste depuis 2004, et conserve sa fonction[31].



En 2006, le parti socialiste organise des élections primaires pour choisir un candidat à l'élection présidentielle française de 2007. Ségolène Royal déclare sa candidature, tout comme Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn. Plusieurs sondages menés au début de l'année 2006 indiquaient qu'elle pouvait remporter cette investiture[32], ainsi que l'élection présidentielle[33]. Finalement, le 16 novembre 2006, Ségolène Royal obtient 60,65 % des voix — contre 20,69 % pour Dominique Strauss-Kahn et 18,66 % pour Laurent Fabius — et est ainsi désignée candidate du Parti socialiste. La participation a été de 82,03 %, soit 178 000 votants pour près de 218 000 militants inscrits[10]. Ségolène Royal constituera son équipe de campagne autour de Jean-Louis Bianco et François Rebsamen, tous deux codirecteurs de campagne et désigne Dominique Bertinotti comme sa mandataire financière. Elle a également créé l'association Désirs d'avenir pour l'épauler à côté du PS, certains dans le parti craignant d'ailleurs une sorte de contournement du PS par cet appareil.

Après une phase d'écoute et de débats participatifs, elle présente son pacte présidentiel[34] le 11 février 2007 à Villepinte.

Malgré la présentation de son programme et la fin de la phrase participative décriée par les commentateurs, la campagne de Ségolène Royal n'enregistre pas de gains d'électeurs dans les sondages. Elle doit par ailleurs faire face à la montée en puissance de François Bayrou.

Ségolène Royal s'est qualifiée pour le second tour le 22 avril 2007 avec un score de 25,87 % des suffrages exprimés[35] mais perd le second tour de l’élection présidentielle avec 46,94 % des suffrages contre 53,06 % pour Nicolas Sarkozy.

Elle ne se présente pas à la députation lors des élections législatives de 2007, en accord avec son opposition au cumul des mandats annoncée durant la campagne présidentielle.

En janvier 2009, Ségolène Royal s'attire des sarcasmes en déclarant que la campagne victorieuse de Barack Obama à l'élection présidentielle américaine de 2008 s'est inspirée de la sienne, propos qu'elle tempère par la suite, en affirmant que c'était de l'humour[36].



Ex-candidate à l'élection présidentielle de 2007, Ségolène Royal envisage sa candidature au poste de Premier secrétaire du Parti socialiste au prochain congrès de 2008 si elle est en capacité de « faire une offre politique »[37].

Le 14 février 2008, elle signe, avec 16 autres personnalités politiques de tous bords, l'« Appel du 14 février » pour une vigilance républicaine lancé par l'hebdomadaire Marianne[38]. Le 17 mai 2008, elle annonce officiellement sa candidature au poste de Premier secrétaire du Parti socialiste[39], puis la met entre parenthèses le 15 septembre, en proposant « que chacun mette au Frigidaire les questions de candidature »[40].

Le 6 novembre 2008, lors du vote des militants socialistes pour le congrès de Reims, la motion qu'elle a signée arrive en tête avec 29,08 % des suffrages, devant celles de Bertrand Delanoë (25,24 %), de Martine Aubry (24,32 %), de Benoît Hamon (18,52 %), du Pôle écologique (1,59 %) et d'Utopia (1,25 %)[41]. Le 14 novembre, alors que le congrès de Reims peine à dégager une synthèse, elle confirme sa candidature au poste de premier secrétaire du PS. Le 20 novembre 2008, lors du premier tour de l'élection du premier secrétaire du Parti socialiste, elle arrive en tête, et se qualifie pour le second tour avec 42,9 % des votes des militants socialistes, devant Martine Aubry (34,5 %) et Benoît Hamon (22,6 %), qui appelle aussitôt à voter pour cette dernière[42].

Le lendemain, le second tour l'opposant à Martine Aubry donne Ségolène Royal perdante de 42 voix, soit 50,02 % contre 49,98 %. Contestant ce résultat, elle réclame un nouveau vote[43]. Le 25 novembre, la commission de récolement, après un nouveau décompte des voix, annonce les résultats définitifs et confirme la victoire de Martine Aubry avec 102 voix de plus que sa rivale (soit 50,04 % des suffrages contre 49,96 %). Le soir même, le Conseil national valide ce résultat et l'élection de Martine Aubry comme première secrétaire du PS. Mme Royal diffuse alors sur Internet une vidéo appelant ses partisans à s'organiser pour l'élection présidentielle française de 2012[44].



Ses partisans ont créé au sein du PS le courant L'Espoir à gauche, tandis que Désirs d'avenir continue son existence et lui finance certains de ses déplacements dans le pays[45]. Parallèlement, Pierre Bergé a créé l'Association des Amis de Ségolène Royal en février 2008 qui lui permet d'occuper pour une somme symbolique des locaux au coeur du 6e arrondissement[46]. Ce soutien financier substantiel de Pierre Bergé lui a valu une mise en garde du ministre des finances Eric Woerth[47].







Au conseil municipal :
  • 1983-1986 : conseillère municipale de Trouville-sur-Mer (Calvados). Elle quitte son poste à la fin de l'année 1986, attitude qu'elle justifie par des fonctions d'importance croissante à l'Élysée. Il semble, toutefois, que son départ du Calvados soit davantage expliqué par ses faibles chances d’investiture par le PS local la même année.
  • 13 mars 1989 au 18 juin 1995 : conseillère municipale de Melle (Deux-Sèvres)
  • 18 juin 1995 au 18 mars 2001 : conseillère municipale de Niort (Deux-Sèvres)
Au conseil général :
  • 2 avril 1992 au 23 mars 1998 : conseillère générale des Deux-Sèvres
Au conseil régional :
  • 23 mars 1992 au 3 avril 1992 : conseillère régionale de Poitou-Charentes (démissionne pour entrer dans le gouvernement Bérégovoy)
  • 2 avril 2004 - en cours : présidente du conseil régional de Poitou-Charentes
Autres :
  • 2004-2006 : présidente du syndicat mixte du Parc naturel régional du Marais poitevin


Députée :
  • 13 juin 1988 au 2 mai 1992 : députée des Deux-Sèvres (démissionne pour entrer dans le gouvernement Bérégovoy)
  • 2 avril 1993 au 21 avril 1997 : députée des Deux-Sèvres
  • 1er juin 1997 au 4 juillet 1997 : députée des Deux-Sèvres (démissionne pour entrer dans le gouvernement Jospin)
  • 16 juin 2002 - 17 juin 2007: députée de la 2e circonscription des Deux-Sèvres (élue au 2e tour)


Ministre déléguée :
  • 4 juin 1997 au 27 mars 2000 : ministre déléguée à l'Enseignement scolaire du Gouvernement Jospin auprès du ministre de l'Éducation nationale Claude Allègre
  • 27 mars 2000 au 27 mars 2001 : ministre déléguée à la Famille et à l'Enfance du Gouvernement Jospin auprès de la ministre de l'Emploi et de la Solidarité, brièvement Martine Aubry puis Élisabeth Guigou
  • 28 mars 2001 au 5 mai 2002 : ministre déléguée à la Famille, à l'Enfance et aux Personnes handicapées du Gouvernement Jospin auprès de la ministre de l'Emploi et de la Solidarité Élisabeth Guigou
Ministre :
  • 3 avril 1992 au 29 mars 1993 : ministre de l'Environnement du Gouvernement Bérégovoy


Ségolène Royal a plusieurs fois exprimé sa volonté d'appliquer une politique économique keynésienne. Par ailleurs, elle a plusieurs fois critiqué la « logique boursière ». Le 27 avril 2007, elle défend « le choix, toujours, des valeurs humaines sur les valeurs financières et sur les valeurs boursières[48] ». Ségolène Royal a déclaré adhérer à certaines idées de l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair (réinvestissement dans les services publics, lutte contre le chômage des jeunes et prise en charge des jeunes diplômés), ce qui lui valut l'étiquette de « blairisme ». Cependant elle a aussi critiqué le manque de réactivité de celui-ci face aux fermetures d'usines au Royaume-Uni et dit penser qu'il a fait le mandat de trop. En 2005, elle soutient, comme le Parti socialiste et la plupart des partis socialistes et sociaux-démocrates européens, le Traité établissant une Constitution pour l'Europe, mettant en avant par exemple des progrès de ce texte sur la question des services publics dans l'Union européenne.

Pendant les troubles au Tibet du printemps-été 2008, Ségolène Royal s'exprime à plusieurs reprises sur le sujet et rencontre diverses personnalités tibétaines[49] y compris le Dalaï Lama. Elle déclare son intention d'aller au Tibet dans les plus bref délais [50],[51],[52] et elle invite les autorités chinoises à dialoguer avec les Tibétains[53].





En 1978, elle assigne son père en justice car celui-ci refuse de payer ses études universitaires. Après de nombreuses années, elle obtient gain de cause[55].



Après la dissolution de 1997, Ségolène Royal a conservé trois collaboratrices lors des élections législatives. Pour un litige concernant leurs salaires, deux de ces dernières saisissent le conseil de prud'hommes de Niort et obtiennent en 1999 une condamnation de Ségolène Royal à un rappel de salaires de trois semaines sur les trois mois demandés. En 2001, Ségolène Royal est déboutée de la plainte pour « diffamation » qu'elle avait déposée contre ses anciennes collaboratrices qui portent plainte au pénal pour « recours au travail clandestin » pour laquelle Ségolène Royal obtient un non-lieu en 2003. Le 16 janvier 2007, le non-lieu est cassé par la Cour de cassation qui condamne Ségolène Royal à payer 2 500 euros aux plaignantes, dans l'attente d'un nouveau procès[56]. L'une des plaignantes, Evelyne Pathout, a écrit un ouvrage sur Ségolène Royal[57]. Le 10 avril 2008, la Cour d'appel de Rennes la condamne au versement de plusieurs mois de salaires non payés à deux de ses anciennes attachées parlementaires, arguant notamment d'un licenciement « sans cause réelle et sérieuse »[58].





  • Le Printemps des grands-parents : la nouvelle alliance des âges, Paris, Cogite-R. Laffont, 1987. ISBN 2-221-05314-1; (France Loisirs, 1988) (ISBN 2-7242-3948-2); (Presses pocket, 1989) (ISBN 2-266-02730-1). (Broché) (ISBN 978-2221053140)
  • Le Ras-le-bol des bébés zappeurs, Paris, R. Laffont, 1989. (ISBN 2-221-05826-7) (ISBN 978-2221058268). Note : La couverture porte en plus : « Télé-massacre, l'overdose ? » ; Sujet(s) : Télévision et enfants, Violence télévision. Au-delà de la dénonciation du système, cet ouvrage est un appel aux gestionnaires de chaînes de télévision pour que ce moyen de communication social soit mieux utilisé.
  • Pays, paysans, paysages, Paris, R. Laffont, 1993. (ISBN 2-221-07046-1). (Broché) (ISBN 978-2221070468) Sujet(s) : Environnement Protection, Politique de l'environnement, Développement rural. Les efforts faits en France par la ministre Ségolène Royal dans la lutte pour la protection de l'environnement.
  • France. Assemblée nationale (1958-…), Commission des affaires étrangères, Rapport d'information sur les suites de la Conférence de Rio (Assemblée nationale, 1994) présenté par M. Roland Nungesser et Mme Ségolène Royal, (ISBN 2-11-087788-X).
  • La vérité d'une femme, Paris, Stock, 1996. (ISBN 2-234-04648-3). (ISBN 978-2234046481) Une étude sur des problèmes sociaux contemporains et sur des solutions appropriées ; exemples : le désordre politique et une morale de l'action ; le désordre du chômage et la valorisation du travail ; le désordre de l'environnement et les métiers pour protéger la vie, etc.
  • Désirs d'avenir, Paris, Flammarion, 2006 (ISBN 978-2080688057). Ségolène Royal revient sur sa carrière politique, ses sept années de chargée de mission à l'Élysée pendant la présidence de François Mitterrand. Elle propose une réflexion sur le pouvoir politique et son exercice.
  • Parler du patrimoine roman : enjeux, démarches et mises en oeuvre : actes de la première Université d'automne des professionnels de la médiation du patrimoine, abbaye royale de Saint-Jean d'Angely, 17-19 octobre 2005 / [organisée par la Région Poitou-Charentes et le Centre de culture européenne] ; sous la direction de Ségolène Royal, Paris, L'Harmattan, 2006. (ISBN 978-2296015838)
  • Maintenant, Paris, Hachettes littératures, 2007. (sous la dir. de Marie-Françoise Colombani), Hachette Littérature et Flammarion, (ISBN 978-2012372467). Dans ce livre d'entretien avec Marie-Françoise Colombani — le titre est une référence au Ici et maintenant de François Mitterrand sorti sur fond de campagne présidentielle victorieuse en 1981 —, Ségolène Royal détaille son projet « pour changer la France » et se livre à quelques confidences sur sa vie de couple et de mère. Elle y développe notamment les concepts de « démocratie participative » et d'« ordre juste » qui sont au cœur de sa campagne.
  • Les Droits de l'Enfant, Paris, Dalloz, 2007 (ISBN 978-2247072590). C'est un petit livre citoyen qui met de précieux repères à la portée de tous ceux qui s'intéressent à l'enfance et à ses droits.
  • Ma plus belle histoire, c'est vous, Paris, B. Grasset, 2007. Elle revient sur sa campagne présidentielle, sa défaite, et elle annonce notamment avoir proposé un poste de Premier Ministre à François Bayrou au cas où elle serait élue.
  • Si la gauche veut des idées, Paris, B. Grasset, 2008. Avec Alain Touraine.
  • Femme Debout, Paris, Denoël, 2009. Entretiens avec Françoise Degois, journaliste à France Inter.


  • Cécile Amar et Didier Hassoux, Ségolène et François (Privé, impr. 2005) (ISBN 2-35076-002-2).
  • Daniel Bernard, Madame Royal (Jacob-Duvernet, impr. 2005) (ISBN 2-84724-091-8).
  • Marie-Ève Malouines et Carl Meeus, La Madone et le Culbuto, ou l'inlassable ambition de Ségolène Royal et François Hollande (Fayard, impr. 2006) (ISBN 2213623546).
  • Cassandre, La Prétendante - Le livre qui la révèle (Ed Philippe Rey, impr. 2006) (ISBN 2-84876-074-5) ; Sujet : critique de Ségolène Royal par un(e) proche écrivant sous un pseudo. Il révèle que Ségolène Royal aurait plagié en 1996 les 10 commandements de Bernard Poignant, proche de Lionel Jospin[1] [2] [3].
  • Philippe Alexandre, Les éléphants malades de la peste (Albin Michel, 2006)
  • Maurice Séveno, Ségolène à la plage (éditions Méditions Coprah, 2006)
  • Marie-Monique Robin, L'école du soupçon. Les dérives de la lutte contre la pédophilie (La découverte, 2006)
  • François Moulin Ségolène Royal, un destin français (éditions de la Nuée Bleue, janvier 2007). (ISBN 978-2-7165-0245-0)
  • Évelyne Pathouot, Ségolène Royal, ombre et lumière, Edition Michalon, 2007 (ISBN 2841863948)
  • Éric Besson, Qui connaît Madame Royal ?, Éditions Grasset, 2007 (ISBN 2246726514)
  • Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, La Femme fatale, Éditions Albin Michel (ISBN 978-2226179296)
  • Guillaume Bachelay, Désert d’avenir : le Parti socialiste 1983-2007, Éditions Bruno Leprince
  • Jacques Mazeau, Merci Madame Royal, Éditions Hors commerce
  • Marie-Noëlle Lienemann, Au revoir Royal, Librairie académique Perrin
  • Lionel Jospin, L'Impasse, Éditions Flammarion, 2007
  • Claude Fouchier Ségolène, l'électron libre, chroniques picto-charentaises, comment elle gouverne la région Poitou-Charentes [Éditions Anne Carrière] 2006
  • Patrick Menucci Ma candidate, récit du Directeur adjoint de campagne présidentielle de Ségolène Royal [Éditions Albin Michel] 2007
  • François Rebsamen De François à Ségolène, entretien avec Phillipe Alexandre, récit du co-Directeur de campagne présidentielle de Ségolène Royal [Édition Fayard] 2007
  • Aymeric Mantoux et Benoist Simmat, Ségolène Royal la dame aux deux visages, Edition l'Archipel 2006


  1. Le temps des revirements, Christine Clerc
  2. http://www.defense.gouv.fr/terre/breves/l_ethique_du_soldat_francais_la_conviction_d_humanite
  3. « Ségolène Royal sur les traces de son enfance en Martinique », Challenges, 26 janvier 2007.
  4. (en) John Lichfield, « When Ségolène came to stay », The Independent, 12 décembre 2006
  5. Les promotions de l'ENA comptent entre 100 et 150 élèves ; François Hollande, Dominique de Villepin, Renaud Donnedieu de Vabres, Henri de Castries, Michel Sapin, Frédérique Bredin, Jean-Marie Cambacérès, Pierre Mongin sont également issus de cette promotion.
  6. « Ségolène Royal avocate », extrait de Maintenant.
  7. Voir le documentaire http://www.dailymotion.com/video/x4xpyz_documentaire-inedit-un-fils-en-camp_news Un fils en campagne]
  8. « Les secrets de Ségolène Royal. François et elle : un couple en équilibre », L'Express, 21 juin 2007.
  9. « Royal-Hollande : étrange timing pour une séparation officielle », Rue89, 17 juin 2007.
  10. ↑ a  b  résultats définitifs
  11. Déclaration de l'ouverture du scrutin, le 16/11 de 16h à 22h
    Annonce des résultats du scrutin
  12. Résultats de l'élection présidentielle
  13. Id.
  14. Le livre Sexus Politicus pointa le fait qu'elle se faisait photographier par des photographes spécialisés en mannequinat.
  15. « PARIS. La mâchoire de Ségolène, secret d'Etat », Le Temps, 31 mai 2007.
  16. « Combat de femmes », Direct Matin, 20 novembre 2008.
  17. Maurice Séveno, Ségolène à la plage, éditions Méditions Coprah, 2006.
  18. « Les secrets de Ségolène Royal - Trouville : premiers pas en politique », l'Express, 25 mai 2006.
  19. Le décret de nomination au Gouvernement
  20. émission spéciale sur Ségolène Royal sur M6, dimanche 20 novembre 2006
  21. Voir le décret relatif à ses attributions
  22. Décret relatif à ses attributions
  23. Voir L'Express du 28/09/2006/
  24. Voir un site d'opposants
  25. « Royal : "Je n'ai pas l'intention de me représenter à la députation" », Libération, 11 mai 2007.
  26. Site de la région Poitou-Charentes
  27. Arantis
  28. Nouvelobs
  29. Les perles des régions socialistes, UMP, Lire en ligne
  30. Le livre noir des régions socialistes, UMP, Lire en ligne
  31. Nathalie Segaunes, « L'ex-candidate cherche comment rebondir », Le Parisien, 5 juillet 2007.
  32. Sondage CSA paru dans Le Parisien Dimanche du 8 janvier 2006 ; sondage TNS Sofres-Unilog publié dans Le Figaro du 20 avril 2006.
  33. sondage TNS Sofres-Unilog publié dans Le Figaro du 20 avril 2006 ; sondage Ipsos paru dans Le Point du 18 mai 2006.
  34. Ségolène Royal présente son pacte présidentiel le 11 février 2007
  35. Résultats officiels de la présidentielle 2007
  36. « Obama "inspiré" par Royal : c'était de l'humour, explique la socialiste », Le Monde, 21 janvier 2009.
  37. Les Quatre Vérités, France 2, jeudi 3 janvier 2008
  38. L'Appel républicain de Marianne dans Marianne nº565 du 16 février 2008.
  39. « Ségolène Royal lance la bataille du congrès du PS », Le Nouvel Observateur, 17 mai 2008.
  40. Libération, 16 septembre 2008.
  41. Résultats par fédérations
  42. « Duel serré entre Aubry et Royal pour la direction du PS », Le Figaro, 21 novembre 2008.
  43. « Aubry s'impose avec 50,02%, Royal exige un nouveau vote », LeFigaro.fr, 22 novembre 2008.
  44. « Au PS la guerre des dames ne fait que commencer », L'internaute, 26 novembre 2008.
  45. Nos comptes sont transparents, Le Parisien, 4 février 2009
  46. Le trésor de guerre de Ségolène Royal, Le Parisien, 4 février 2009.
  47. Ségolène Royal organise ses soutiens financiers, Le Parisien, 4 février 2009
  48. article de L'express, 27 avril 2007
  49. En Inde, la socialiste rencontre la sœur du dalaï-lama
  50. Ségolène Royal rencontrera le dalaï-lama à Nantes
  51. Royal promet au dalaï-lama d’aller au Tibet
  52. Ségolène Royal et le Dalaï Lama Vidéo du site de Dailymotion
  53. Reçue hier par le dalaï-lama, S. Royal veut se rendre au Tibet
  54. Le JDD Un amour Royal (1er mai 2007) Grégory BLACHIER
  55. Madame Royal, Ed Jacob Duvernet, 2005.
  56. Nouvel Observateur, 2 février 2007
  57. Evelyne Pathouot, Ségolène Royal, ombre et lumière, 2007.
  58. [pdf] Jugement de la Cour d'Appel de Rennes sur Rue89.








Informations générales

Biographie relatives