Biographie de Sepp Blatter

Voir son actualité


Joseph « Sepp » Blatter, né le 10 mars 1936 à Viège, est le huitième président de la FIFA (nommé le 8 juin 1998).



Il fait ses études à Sion et à Saint-Maurice avant d'obtenir un diplôme de commerce et d'économie politique à HEC Lausanne. Footballeur de 1948 à 1971, il commence sa carrière professionnelle en tant que directeur des relations publiques à l'office du tourisme valaisan. En 1964, il devient secrétaire général de la Ligue suisse de hockey sur glace. Il s'intéresse entre temps au journalisme : en 1956, il adhère à l'Association des journalistes sportifs suisses.

En 1970, il entre au sein de la direction du Neuchâtel Xamax FC. Il reste à ce poste jusqu'en 1975. De 1972 à 1976, il débute sa carrière internationale en faisant partie de l'organisation des Jeux olympiques. Durant l'été 1975, la FIFA lui attribue le poste de directeur des programmes de développement. Sous la direction de João Havelange, il met en place plusieurs compétitions :

  • Championnats du Monde de football féminin
  • Championnats du Monde juniors
  • Football en salle
Au début des années 1980, Sepp Blatter grimpe dans la hiérarchie de la FIFA. En 1981, il devient secrétaire général de l'association. En 1990, il est nommé directeur exécutif et s'occupe de plusieurs coupes du monde. Au printemps 1998, il se porte candidat à la présidence de la FIFA. Il accède à ce poste le 8 juin de la même année.

Depuis 1999, il est membre du CIO. Le 29 mai 2002, son mandat de président de la FIFA est prolongé.

La présidence de Sepp Blatter est également marquée par la publication de deux livres très critiques envers sa gestion de la FIFA. David Yallop publie ainsi en 1999 How they stole the game (comment ils ont volé le jeu). Il y dénonce la gestion de João Havelange. Dans la même veine, Andrew Jennings publie en 2006 Carton rouge !, où il dénonce la gestion de Sepp Blatter en reprenant nombre de données déjà publiées par Yallop (élections "truquées" en 1996 et 1998, par exemple), ainsi que des accusations de corruption liée à la société de marketing ISL (spécialisée dans les droits TV et commerciaux de la FIFA). ISL a été mise en faillite en 2001 puis liquidée judiciairement. La FIFA tenta, en vain dans les deux cas, de faire interdire la publication de ces ouvrages. Dès l'année 2001, le juge d'instruction du canton de Zoug Thomas Hildbrand, spécialisé dans les crimes et délits économiques, mène son enquête sur la société désormais en faillite ISL. Ses investigations l'ont amené à perquisitionner dans les bureaux de la FIFA à Zurich en novembre 2005, en raison de forts soupçons de détournement de fonds et de corruption. En mai 2002 déjà, le secrétaire général de la FIFA, Michel Zen-Ruffinen, avait publiquement dénoncé les dysfonctionnements au sein de l'association de football et critiqué le "système Blatter". Un mois plus tard, il était contraint de démissionner.

Intéressante aussi, sa position de négation sur le dopage dans le foot : interviewé par France Télévisions en septembre 2006, Blatter nie l'existence du dopage dans le foot, en soutenant que la pratique du dopage dans les sports collectifs en général "n'existe pratiquement pas" puisqu'elle ne serait d'aucune utilité. L'interview a été retransmise par exemple dans le Journal Télévisé "Soir 3" de France 3 du jeudi 7 décembre 2006.



Sepp Blatter a reçu de nombreux prix et distinctions dont :

  • L'ordre du Mérite olympique
  • L'ordre du Mérite de l'UEFA
  • Chevalier de la Légion d’honneur
  • Président d'Honneur de Neuchâtel Xamax
  • "Or Tambo" et "Order of Good Hope" décernés par l'Afrique du Sud
  • "Grand Officier du Wissam Al Arch" et "Grand Cordon du Wissam Alaouite", décernés par le Maroc
  • Membre d'honneur de l'ASF (Association suisse de football)
  • Le American Global Award for Peace
  • "Humaniste de l'Année" et "Charte d'Or de la Paix et de l'Humanisme" décernés par la Ligue internationale des Humanistes pour la Paix et la Tolérance
  • Docteur honoris causa en arts, université De Montfort (Leicester)
La Bolivie, la Jordanie, la Tunisie, le Yémen, le Soudan, Djibouti, Saint-Marin et la République centrafricaine lui ont également décernés des ordres et des titres pour ses services.