Biographie de Shu Qi

Voir son actualité

fermer

Beyond Chron

SF Global Vietnamese Film Festival
Beyond Chron
This year, the SFGVFF features narrative, documentary, and experimental films and videos by Cuong Ngo (Pearls of the Far East), Do Quoc Trung (On Duty With Shu Qi), Duc Nguyen (sneak preview of Stateless), Hong-An Troung (Adaptation Fever), Leon Le ...




Le court-métrage séduit mais ne paie pas encore
Vietnam+
... Ngô-I foud you (Ngô, je t'ai trouvé), Diêu con lai (La chose qui reste), Can phong (La chambre), Hai chu chau (Oncle et neveu), Nguoi dàn ông trong bê ca (L'homme dans l'aquarium), Môt ngày (Un jour), Truc nhât voi Thu Ky (Être de service avec Shu ...




TravelDailyNews Asia-Pacific

Sands Cotai Central celebrates first anniversary
TravelDailyNews Asia-Pacific
Left to right: Josef Dolp, Managing Director of Sheraton Macao Hotel, Cotai Central; Edward Tracy, President and Chief Executive Officer of Sands China Ltd.; Maria Helena de Senna Fernandes, Director of the Macau Government Tourist Office; Shu Qi ...




Malaysia GE13: Female candidates woo voters with wholesome image
Straits Times
Senai DAP candidate Wong Shu Qi, 30, said it was important for all candidates to look good at all times, not only women. "But it is equally important to show they have substance behind a pretty face. "I barely have time to pay extra attention to my ...




OPENING THIS WEEK Kam's Kapsules: Weekly Previews That ...
Insight News
With Kate Hudson, Kiefer Sutherland and Liev Schreiber. "Tai Chi Hero" (Unrated) Historical biopic about martial arts master Yang Lu Chan (Yuan Xiaochao) who founded Tai Chi in the 19th Century. With Qi Shu, Tony Leung and Angelababy. (In Mandarin ...




Aquarian Weekly

Kam on Film: 'Kon-Tiki,' 'Pain & Gain' and What's New In Theaters
Aquarian Weekly
With Kate Hudson, Kiefer Sutherland and Liev Schreiber. Tai Chi Hero (Unrated). Historical biopic about martial arts master Yang Lu Chan (Yuan Xiaochao) who founded Tai Chi in the 19th century. With Qi Shu, Tony Leung and Angelababy. (In Mandarin with ...

et plus encore »



News Ticker
Taiwan Today
He will join Steven Spielberg, who is chairing this year's judging panel, and is the first ROC national since actress Shu Qi to serve. Representatives of 17 Turkish companies attended a purchasing event April 23 in Taipei City organized by the Taiwan ...

et plus encore »



Le défilé de la collection Haute Couture de Christian Dior à Shanghai
Centre d'Informations Internet de Chine
... a présenté un défilé de la collection Haute Couture à Shanghai. Il s'agit également de la première visite en Chine du couturier Raf Simons. De nombreuses stars chinoises, comme Zhang Ziyi, Shu Qi, Sun Li et AngelaBaby, étaient présentes à l'événement.




Malaysia Chronicle

Still tough getting the Johor Malay vote - PR - Malaysia Chronicle
Malaysia Chronicle
Another DAP hopeful, newcomer Wong Shu Qi, shared similar sentiments with The Malaysian Insider when speaking about her Senai state seat. “So far we have a very good response from the Chinese community,” the journalist-turned-politician said in a ...

et plus encore »



Culture Fix: Whiskey by Daniel Boulud
Crain's New York Business
The Qi Shu Fang Peking Opera Company will perform The Legend of the White Snake, with music, miming, martial arts and acrobatics in addition to a traditional Chinese orchestra. It is at 3 p.m. at NYU Skirball Center for the Performing Arts, 566 ...


Shu Qi est un nom chinois ; le nom de famille, Shu, précède donc le prénom.
Shu Qi (chinois : 舒淇 ; pinyin : Shū Qí, Wade-Giles : Shu Ch'i), de son nom patronymique Lin Li-Hui (林立慧), est une actrice taiwanaise. Elle est également connue sous le nom latinisé de Hsu Chi ou de Shu Kei (cantonais). Elle apparaît parfois dans certains films occidentaux sous le nom de Shu Qi.





Shu Qi est née le 16 avril 1976 à Sindian City, comté de Taipei, Taiwan, dans une famille très peu argentée. Enfant elle dispose de peu d'argent et n'est que rarement autorisée à s'acheter des affaires pour elle-même. Elle doit lutter sans cesse pour joindre les deux bouts. Sous l'influence de ces difficultés, Shu Qi mûrit précocement et affirme un caractère indépendant. L'adolescente se rebelle contre la sévérité de ses parents, et fugue à dix reprises avant de disparaître pendant six mois à l'âge de 16 ans[1]. Shu Qi émigre à Hong-Kong dès l'âge de 17 ans[1]. Elle commence par exercer diverses activités mal rémunérées. Vers le milieu des années 1990, elle gagne sa vie en posant comme mannequin de charme pour des revues spécialisées et tourne quelques films érotiques[1].

Le producteur de films Manfred Wong la remarque sur la couverture d'un de ces magazines, tombe sous le charme, la contacte et la recrute pour son film rose Sex & Zen II (1996)[1]. Il devient par la suite son agent[1]. Dans une interview accordée au Times en 1997, il déclare : « Si vous êtes inconnu et que vous venez de Taïwan, il vous est impossible de devenir actrice et d'interpréter des films conventionnels. Shu Qi savait que, sans se déshabiller, elle ne serait pas une grande actrice[1] ».

Rapidement, son visage angélique, son sourire éblouissant et sa plastique parfaite[non neutre] lui permettent également d'apparaître dans des clips et films publicitaires.

Toute jeune, Shu Qi rêve de devenir actrice. Elle envisage son travail pour Wong comme son premier rôle important et un un passeport pour l'industrie du film à Hong-Kong.



Elle n'attendra pas longtemps puisque la même année elle tourne dans Viva Érotica (1996), un film de Derek Yee aux côtés de Karen Morris et de feu le légendaire Leslie Cheung. Il s'agit d'une parodie du film rose qui étonne par le jeu brillant des acteurs. Le film est nominé huit fois dont deux pour Shu Qi qui remporte le Prix du Meilleur espoir féminin et celui de Meilleur second rôle féminin aux Hong Kong Film Awards de 1997. Sa carrière est lancée[2].

À partir de ce moment, elle devient une actrice à part entière. Elle enchaîne les tournages au rythme moyen de cinq à six films par an en 1996 et 1997[3]. Au début, Shu Qi tient des seconds rôles sans importance comme celui de prostituée[3]. Au fil du temps, l'actrice acquiert ses lettres de noblesse en incarnant quelques scènes mémorables dans Street Angels, Growing Up, Love: Amoeba Style et Till Death Do Us Laugh entre autres films.

C'est à cette époque qu'elle paraît dans Love is not a Game, But a Joke avec lequel elle remporte Le Prix de la Meilleure Actrice au Golden Horse Film Festival et au Hong Kong Film Awards en 1997.

Redoublant d'efforts, l'actrice n'interprète pas moins de dix films au cours de l'année 1998. On peut la voir dans des productions étonnantes comme Young and Dangerous 5, le dernier de la série, et Portland Street Blues pour lequel elle travaille avec le réalisateur Andrew Lau pour la première fois et reçoit le Prix du Meilleur Second Rôle féminin aux Hong Kong Film Awards. Andrew Lau lui propose, cette même année 1998, un « second rôle » dans sa superproduction The Storm Riders. Il travaille avec elle de nombreuses fois par la suite[3].

Maintenant bien connue pour ses films d'action, Shu Qi dévoile les autres facettes de son talent dans Bishonen, axé sur le thème de l'homosexualité, City of Glass drame de Mabel Cheung qui lui rapporte Le Prix de Meilleure Actrice au Hong Kong Film Awards et ...des rumeurs concernant une liaison avec son partenaire Leon Lai[3]. Le film dramatique Your Place or Mine lui permet d'acquérir le Prix du meilleur second rôle au Golden Horse Film Festival. La consécration vient avec la comédie Love Generation de Wong Jing avec, comme partenaire, à nouveau Leon Lai. Elle fait enfin partie à part entière de l'industrie du film Taiwanais. Elle se hisse au rang de première actrice incontournable pour sa prestation dans Gorgeous (titre en chinois: 玻璃樽), film de Jackie Chan (1999). Elle y incarne une jeune Taïwanaise en mal d'amour qui parcourt les rues de Hong Kong à la recherche de celui qui a écrit la lettre romantique qu'elle découvre dans une bouteille. Bien que ne faisant pas partie des productions habituelles de Jackie Chan, ce film est en tête du Box-office aussi bien à Taïwan qu'à l'étranger[3].

Elle figure encore dans un film d'arts martiaux, A man Called Hero (1999). C'est ensuite Metade Fumaca puis The Island Tales le film du réalisateur Stanley Kwan. Elle est l'actrice de nombreux rôles principaux dans les films asiatiques mais son succès ne dépasse pas encore les limites de l'Asie. Il laisse néanmoins entrevoir son important potentiel[non neutre][2].

En 1999, Ang Lee contacte Shu Qi pour lui confier le rôle de Jen dans Crouching Tiger, Hidden Dragon. En 2000, elle est sur le tournage depuis six semaines lorsque son impressario et conseiller, Manfred Wong, ne prévoyant pas l'important succès international de ce film, la pousse à abandonner le plateau pour paraître dans une réception publicitaire donnée pour le compte de Coca-Cola au Japon. Face à cette désertion, Ang Lee se rabat sur l'actrice Zhang Ziyi. Shu Qi, qui est en passe d'acquérir une stature internationale, cède son tour à une Zhang Ziyi propulsée starlette à sa place[2]. Cette erreur monumentale coûte son poste à Wong[3] et Shu Qi doit chercher un nouvel agent après ce désastre. La suite de l'année ne s'avère pas du meilleur cru pour elle avec l'inévitable Young and Dangerous 6 et Skyline Cruisers.

Malgré cet échec, Shu Qi continue sa montée désormais inexorable vers les sommets de la célébrité. Elle est la tête d'affiche de Visible Secret, une superproduction de Ann Hui qui renoue avec le surnaturel dans les films Taiwanais. Millennium Mambo (2000) de Hou Hsiao-hsien, unanimement salué par la critique, lui permet enfin d'accéder à la gloire internationale et la fait connaître en Europe[1]. Il s'agit d'un drame sur le thème de la futilité de la vie moderne. Ce film a fait un parcours brillant dans la plupart des festivals internationaux dont celui de Cannes où il a été nominé pour la Palme d'Or[3].

Considérée comme la meilleure actrice en Asie, les rôles dans des superproductions affluent. il est rare qu'on ne la voie pas sur les écrans au cours de l'année 2002 : le film d'horreur Hauted Office de Marco Mak; deux productions de Andrew Lau: Women From Mars et The Wesley's Mysterious File, un film de science fiction plein d'effets spéciaux qu'elle tourne avec l'acteur Andy Lau comme partenaire ; So Close (un film d'action spectaculaire) de Corey Yuen ; et enfin, Charlie's Angel un film d'épouvante dans lequel, avec l'acteur Zhao Wei, incarne les assassin de deux soeurs poursuivis par Karen Mok, une policière déterminée. Bien réalisé et explosif, cet excellent drame est fort bien perçu par les admirateurs du genre dans le monde entier et sert à l'actrice de lettre d'introduction pour la suite de sa carrière[3].

On la retrouve en 2002 pour une coproduction franco-hollywoodienne, Le Transporteur réalisé par Corey Yuen et Louis Leterrier sur un scénario du légendaire Luc Besson. Elle est ici une Chinoise passée en fraude, pourchassée et finalement protégée par l'ambitieux acteur anglais Jason Statham. Shu Qi doit parler en anglais pour les besoins du film. Comme elle ne connaît absolument pas cette langue, elle apprend son texte phonétiquement[3]. Sa carrière la conduit dans divers pays de la planète : la Chine pour The Foliage, drame du réalisateur Lu Yue; la Thailande pour The Eye 2, film surnaturel de Dany et Oxide Pang mettant en scène une femme aux tendances suicidaires (Shu Qi) qui a soudainement la capacité de voir les fantômes; la Corée du Sud pour une superproduction de Jingle Ma, suite de Seoul Raiders, dans laquelle elle donne la réplique à Tony Leung Chiu-wai. Ce dernier film lui permet de faire valoir ses talents de chanteuse en interprétant la chanson du générique aux côtés de son partenaire Taiwanais Richie Jen.

En 2005, elle remporte un nouveau succès avec Three Times, de Hou Hsiao-hsien. Il s'agit d'un film ambitieux en trois épisodes qui suivent les changements dans les rapports humains. Le film connaît une brillante carrière internationale avec une nomination pour la Palme d'Or au Festival de Cannes et vaut à Shu Qi le Prix envié de la Meilleure actrice au Golden Horse Film Festival de Taipei.

En dépit de sa réputation, Shu Qi se produit encore dans des films du V-cinema[3]. On la découvre dans Home Sweet Home, un film d'horreur sans avenir de Soi Cheang, dans lequel elle incarne une femme affolée dont le fils est emporté par le monstre mystérieux qui rôde dans un lotissement. Mais la grande actrice est bientôt de retour[non neutre] avec une production à gros budget Confession of Pain de Andrew Lau et Alan Mak suite de Infernal Affairs et de Initial D dans lequel elle fournit un prétexte au machisme de Tony Leung Chiu-wai et Takeshi Kaneshiro. Bien qu'ayant reçu des critiques mitigées, le film connaît un grand succès à Hong Kong. Une autre version a vu le jour à Hollywood.

Ironie du sort, le film suivant de Shu Qi, une superproduction coréenne connue sous le titre de My Wife is a Gangster 3 est une revanche sur Zhang Ziyi, le second épisode ayant manifestement été pensé pour elle[non neutre]. Sa prestation dans cette production coréenne souligne son aura internationale ainsi que le fait qu'elle est une des rares stars aux talents variés[non neutre] et suffisamment charismatique pour surmonter les barrières linguistiques en travaillant aisément dans n'importe quel pays[non neutre]ce qui est extraordinaire[non neutre] pour une actrice qui a commencé sa carrière comme mannequin de charme dans des magazines érotiques.

En Europe, on a pu l'apercevoir au Festival du film asiatique de Deauville et au Festival de Cannes.
En 2008, elle est membre du Festival international du Film à Berlin.

Il devient de plus en plus évident, au vu des rôles qu'elle assume dans Forest of Death et le thriller Blood Brothers (inspiré du désormais classique Bullet in the Head de John Woo) qu'elle se propulsera toujours plus haut dans la cinématographie au cours des années à venir[non neutre][3].





  • Meilleur espoir et meilleur second rôle féminin aux 16e Hong Kong film awards pour Viva Erotica
  • Meilleur second rôle féminin aux 18e Hong Kong film awards, pour Portland Street Blues
  • Meilleure actrice au 42e Golden Horse Award, à Taipei, pour Three Times


  1. ↑ a  b  c  d  e  f  g  Biography. Consulté le 20-07-2008 (en)
  2. ↑ a  b  c  Biographie de Shu Qi. Consulté le 20-07-2008 (en).
  3. ↑ a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  Shu Qi: A Cinderella Story. Consulté le 21-07-2008 (en).