Biographie de Vannevar Bush

Voir son actualité

fermer

Día del internet con breve historia: 15 mentes detrás
El Golfo Info
No mencionados pero tampoco olvidados: Lawrence G. Roberts, Vannevar Bush, Richard Stallman, Bram Cohen (BitTorrent), Lawrence Lessing (Creative Commons), Steve Jobs, Marissa Meyer (Yahoo), John Doerr, Pierre Omidyar (Amazon), Julian ...

et plus encore »



West Seattle Blog (blog)

Next up for The Whale Trail: Erich Hoyt, 'Adventures with Orcas in the North ...
West Seattle Blog (blog)
A former Vannevar Bush Fellow in the Public Understanding of Science at the Massachusetts Institute of Technology and twice James Thurber Writer-in-Residence at The Thurber House, Hoyt was awarded the Mandy McMath Conservation Award in April this ...

et plus encore »



Rensselaer Polytechnic Institute

Meet the Rensselaer Polytechnic Institute Class of 2013: An Overview of the ...
Rensselaer Polytechnic Institute
Calling her a “national treasure,” the National Science Board selected her as its 2007 Vannevar Bush Award recipient for “a lifetime of achievements in scientific research, education, and senior statesman-like contributions to public policy.” Class ...




The Scientific Star Chamber?
Huffington Post
The NSF was created in 1950, and its mission, to support basic, curiosity-driven science, was the vision of Vannevar Bush. In "Science: The Endless Frontier," a report commissioned by President Roosevelt and given to President Truman in 1945, Vannevar ...

et plus encore »



The Invisible Handout
The Claremont Institute
In its account of the modern era, the lack of balance is particularly pronounced. It appears that Lind thinks the greatest hero of modern American economic advance is Vannevar Bush, an engineer and inventor who promoted government investment in science.




Back to Basics at the National Science Foundation
Forbes
Vannevar Bush died long before the launch of Forbes.com, but he built analog computers in the 1920s and described a mechanism that anticipated hypertext and the Internet in the 1940s. He also led the development of military technology that helped the ...




Microfilm dreams may live on
UW Badger Herald
Many scholars at the time of microfilm's introduction, such as Vannevar Bush, thought that books obscured knowledge, and that book authors relied heavily on “irrelevant rhetorical flourish,” Murrell said. They argued that connecting ideas between books ...

et plus encore »



As We May Think - Vannevar Bush
La Revue des Ressources
As We May Think » (en français, « Comme nous pourrions penser ») est un article écrit par Vannevar Bush, et publié pour la première fois dans Atlantic Monthly en juillet 1945. Il développe l'idée que la recherche scientifique doit, au lendemain de la ...




MIT to help promote STEM education in Haiti
Boston Business Journal (blog)
The agreement was signed Thursday in MIT's Vannevar Bush Room by Haitian Prime Minister Laurent Lamothe and MIT Provost Chris Kaiser. New educational resources are needed in Haiti following the January 2010 earthquake that devastated the country, ...

et plus encore »



Trips To Mars And RoboSquirrels Are Great, But They're Not The Job Of ...
Forbes
In the summer of 1945 the agency's director Vannevar Bush issued a report firmly establishing scientific research – “the opening of new frontiers” – as a new responsibility of the federal government. “Without scientific progress the national health ...


Vannevar Bush (11 mars 1890 à Everett, Massachusetts, États-Unis - 1974) est un ingénieur américain, conseiller scientifique du président Roosevelt et chercheur au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il est principalement connu en tant que maître d’œuvre de la recherche scientifique des États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale et comme l'un des pionniers d'Internet.



Né le 11 mars 1890 à Everett (Massachusetts), il soutient sa maîtrise en 1913. Chargé des inspections du matériel de la US Navy entre 1914 et 1915, il obtient un doctorat au MIT et à l'Université de Harvard entre 1916 et 1917. En 1919, il intègre le département d'électrotechnique du MIT auquel il appartiendra 25 ans durant.

En 1927, il est le co-inventeur de l’ « analyseur différentiel », ordinateur résolvant des équations différentielles simples et se consacre dès lors aux appareils optiques, ainsi qu’au traitement automatisé des microfilms.

En 1932, Bush est nommé doyen de l’Institut, puis président du Carnegie Institute of Technology, (maintenant Carnegie Mellon University, voir Andrew Carnegie) et titulaire d’une chaire au NACA (National Advisory Committee for Aeronautics, comité consultatif national sur l’aéronautique et ancêtre de la NASA) en 1938. C’est à cette époque que l'État américain fait appel à lui pour réorganiser différentes officines gouvernementales. En 1940, il est notamment chargé de l’organisation de la nouvelle National Defense Research Committee (NDRC) voulue par le Conseil de défense nationale et le président Franklin D. Roosevelt.

Le but du NDRC était principalement la conception de nouvelles armes. D’éminents scientifiques y furent employés, tels Nikola Tesla et Edward Condon (qui sera chargé de faire taire les rumeurs et de conclure scientifiquement à la non-viabilité de l’étude du phénomène OVNI). En 1947, le NDRC sera dissous en même temps que l’Office of Scientific Research and Development (OSRD), dont il était partie intégrante depuis juin 1940 par ordre exécutif.

En 1941, Bush prend la tête du OSRD et devient le maître d’œuvre de la recherche scientifique des États-Unis en guerre, avec d’importants effectifs, environ 6 000 scientifiques. Il sera une des têtes pensantes du projet Manhattan qui conférera l’arme atomique aux États-Unis.

Il est l'un des pionniers d'Internet, à travers notamment son article As We May Think, paru en 1945 dans le magazine Atlantic Monthly, dans lequel il anticipe l'invention de l'hypertexte. Dans cet article, il décrit un système, appelé Memex, sorte d'extension de la mémoire de l'homme. Ce texte jette les bases de l'ordinateur et des réseaux informatiques. Il envisage de pouvoir y stocker des livres, des notes personnelles, des idées et de pouvoir les associer entre elles pour les retrouver facilement. Il y évoque déjà les notions de liens et de parcours, prenant pour modèle le fonctionnement par association du cerveau humain.

Au mois de juillet 1946, Bush est nommé directeur des Joint Research and Development Board (JRDB) aux départements de la guerre et de la marine. Cette organisation dépendait du Département de la Défense des États-Unis et s’efforçait de coordonner les travaux de recherche et de développement des différentes armes. C’est au sein de cette organisation qu’il aurait rencontré Lloyd Viel Berkner, et lui aurait proposé d’intégrer l'hypothétique agence Majestic 12.

De septembre 1947 à octobre 1948, il dirige le Development Board of the National Military Establishment avant d’être nommé en 1948 à la tête de la firme AT&T, puis de Merck & Co. Directeur dès 1950 de la National Science Foundation (NSF), qui se proposait de « promouvoir l’avancement de la science, faire évoluer la santé, la prospérité et le bien-être national et sécuriser la Défense nationale ». Il en restera membre jusqu’en 1955.

Il est président de la MIT Corporation de 1957 à 1959, puis président honoraire jusqu’en 1971.

Il était franc-maçon[1].

Vannevar Bush décède en 1974.