Biographie de William Edward Burghardt Du Bois

Voir son actualité

William Edward Burghardt Du Bois (23 février 1868 – 27 août 1963) était un afro-américain originaire d' Haïti qui milita pour la reconnaissance des droits civiques des Noirs aux États-Unis. Il était également sociologue, éditeur et poète. Il appartenait à la franc-maçonnerie. Il fut naturalisé ghanéen en 1963.

Il fut lauréat du Prix international de la paix (décerné par le Conseil mondial de la paix) en 1952 et du prix Lénine pour la paix en 1959.



Du Bois est né le 23 février 1868 à Great Barrington (Massachusetts) d'Alfred Du Bois et Mary Silvina Burghardt Du Bois. Son père était d'origine haïtienne, mais le jeune William vivait dans la pauvreté avec sa mère. Il étudia à l'Université Fisk de Nashville (Tennessee), puis à l'université Harvard à partir de 1888. En 1892, il reçut un traitement qui lui permit d'intégrer l'université de Berlin. Il voyagea à travers l'Europe et côtoya les meilleurs sociologues et économistes allemands de l'époque, comme Gustav von Schmoller. Il revint aux États-Unis et fut le premier Noir américain diplômé d'un doctorat de philosophie de Harvard en 1895.



Après ces études à Harvard et à Berlin, il enseigna à la Wilberforce University dans l'Ohio, puis à l'université de Pennsylvanie avant se fixer dans le département de sociologie de l'université d'Atlanta.

Du Bois écrivit trois autobiographies et publia l'un des premiers ouvrages sociologiques américains, The Philadelphia Negro (1896). D'autres essais suivirent avec The Souls of Black Folk (1903), John Brown (1909), Black Reconstruction (1935) et Black Folk, Then and Now (1939). Dans Black Reconstruction, il montre le rôle central des Afro-Américains dans la guerre de Sécession et la période de reconstruction[1]. Il fut aussi l’auteur de plusieurs romans, notamment The Dark Princess. Son livre The Negro (publié en 1915) influença les travaux de Drusilla Dunjee Houston et William Leo Hansberry[2],[3].



Pendant toute la première moitié du XXe siècle, W.E.B. DuBois fut l'un des principaux intellectuels et activistes noir-américains. C'est pourquoi on lui attribua le titre de père du panafricanisme (en anglais The Father of Pan-Africanism). En 1905, Du Bois prit part au Niagara Movement avec William Monroe Trotter : une trentaine de Noirs-américains se réunirent au Canada pour discuter de la ségrégation et des moyens pour en sortir ; mais les deux hommes finirent par s'éloigner l'un de l'autre à cause de leur désaccord sur la participation des Blancs dans la défense des droits civiques. En août 1906, il participa à une autre réunion à Harpers Ferry, sur le campus du Storer College. Trois ans plus tard, en février 1909, il contribua à la création de la NAACP : la National Association for the Advancement of Colored People est une organisation chargé de défendre les droits des minorités aux États-Unis.

En 1910, DuBois abandonna son poste d'enseignant à l'université d'Atlanta University pour se consacrer pleinement aux activités de la NAACP. Il écrivit plusieurs articles dans différents journaux de la communauté noire (Chicago Defender, Pittsburgh Courier, New York Amsterdam News) ; il travailla également pour le San Francisco Chronicle. Mais surtout, il occupa pendant 25 ans le poste d'éditeur en chef du journal de la NAACP appelé The Crisis.

Du Bois publia des auteurs de la Harlem Renaissance tels que Langston Hughes et Jean Toomer. En 1934, il reprit sa chaire d'enseignant à Atlanta.



À partir des années 1940, il afficha sa sympathie croissante pour les thèses communistes, ce qui lui valut d'être surveillé par le FBI. Il visita la République Populaire de Chine pendant le Grand Bond en Avant. Le 16 mars 1953 il déclara dans le National Guardian, que « Joseph Staline était un grand homme ; peu d'autres personnalités du XXe siècle ont égalé sa stature » (Joseph Stalin was a great man; few other men of the 20th century approach his stature).

En 1950, il se présenta aux élections sénatoriales pour représenter l'American Labor Party et reçut 4 % des votes. Il reçut le Prix Lénine pour la paix en 1959. En 1961, à l'âge de 93 ans, il adhèra officiellement au Parti communiste des États-Unis d'Amérique.

Il émigra au Ghana, dont il prit la nationalité, et où il mourut en 1963.







  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « W.E.B. DuBois ».